City maquette : La population danse sa ville

On est au coeur de l'humain et de l'invention, Photo Marc Coudrais

On est au coeur de l'humain et de l'invention. Photo Marc Coudrais

C’est un pari un peu fou. Montrer la ville, lui donner vie, à partir de ses habitants. La chorégraphe ouvre une pièce sur l’espace urbain comme on ouvrirait une boite d’allumettes pour disposer son contenu sur la scène. Mathilde Monnier propose un plateau tel le réalisateur pose son cadre. Un plan fixe dans lequel entrent et sortent les acteurs de la vie urbaine. Et les lignes que l’on pensait parallèles se croisent. Le recrutement des danseurs s’est opéré à l’école, au club sportif, ou à celui de l’Age d’or du coin. Les groupes amateurs ont travaillé séparément puis se sont retrouvés sans avoir une vision globale. Ils sont ensemble authentiques, responsables et singuliers. Sous nos yeux leurs parcours se rencontrent et se fondent comme des paysages.

Dépollué de l’artifice

Le résultat est étonnant. On reconnaît notre ville. Elle semble en même temps avoir changé, comme dépolluée de l’artifice. Les lois de la causalité marchande sont abolies. Les habitants ne courent plus pour faire leurs achats ou commercer. Ils ont oublié la politique. Ne cherchent plus à garer leur voiture. Ils rythment le temps de leurs mouvements, sans se soucier de leur apparence. Les défaillances sont permises. On est au cœur de l’humain et de l’invention. Hommes, femmes et enfants s’approprient l’espace répondant à l’harmonie naturelle du banc de poisson. Ils délimitent leur territoire à la craie, puis l’effacent, se battent et se réconcilient, donnent suite à leurs émotions, à leur désir d’évolution. Parfois la machine s’emballe les saisissant dans une force centrifuge, puis se relâche pour une nouvelle distribution.

L’approche quasi cinématographique associe le travail remarquable du compositeur contemporain Heiner Goebbels dont la musique contribue pleinement à l’esthétisme de la pièce. La bande son flirt entre la VO des films américains des année 40 et les comédies musicales des année 60 intègrant les mots de Paul Auster et du dramaturge Hener Müller.

Ensemble dans un même espace

Au carrefour des expressions artistiques la chorégraphe opère une conversion subtile dans le spectacle vivant. Mathilde Monnier s’affirme à travers le regard porté. On mesure la confiance transmise et ses conséquences, acte artistique et social sans que rien ne soit laissé au hasard. Le travail s’inscrit dans le sensible. Prenant le contre pied de la ville machine, du monstre qui dévore ses habitants. C’est l’anti Métropolis de Fritz Lang. On ne s’intéresse pas aux classes, ou à la hiérarchie du pouvoir, mais à l’humain, à sa dimension individuelle, aux conditions de l’altérité, à l’espace dans lequel il évolue. C’est aussi un regard civilisationnel. L’espace urbain se dessine à partir du corps et des groupes en mouvement. On comprend comment les villes se font à la manière d’une image qui apparaît en superposition sur une autre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>