Sarkozy et la notion du pire. Anatomie d’un passage à l’acte

pervers-pepere-1Vendredi 19 novembre, alors qu’il assiste à Lisbonne au sommet de l’Otan, le président de la République discute en off avec quelques journalistes. A lire dans Libération la transcription des échanges, on éprouve le malaise d’assister en direct à une désorganisation psychique croissante de Nicolas Sarkozy. Le débat tourne autour de son éventuelle implication dans l’affaire de Karachi. Le Président nie farouchement. Un journaliste persiste : «Il semblerait qu’il y ait votre nom, que vous avez donné votre aval à la création de deux sociétés au Luxembourg…» Le Président l’interrompt, s’énerve, s’embrouille quelque peu, puis contre-attaque en revenant à l’insinuation initiale : «Il semblerait, c’est quoi ?», demande-t-il au journaliste. Puis choisit, pour démontrer la supposée vacuité d’une telle notion, d’imaginer le contre-exemple, qui sans doute se voulait drôle : «Et vous – je n’ai rien du tout contre vous – il semblerait que vous soyez pédophile… Qui me l’a dit ? J’en ai l’intime conviction… Pouvez-vous vous justifier ?» Cette référence à la pédophilie n’est pas un lapsus mais relève d’un choix délibéré.

Nicolas Sarkozy immédiatement va au pire et entraîne l’imaginaire des uns et des autres dans ses régions les plus troubles. Qu’est-ce en effet qu’un pédophile ? Quelqu’un qui s’attaque aux enfants pour les souiller, les violer souvent, les tuer parfois. Qui plus est, les pédophiles sont généralement des hommes dont les victimes sont des petits garçons. Ainsi Nicolas Sarkozy, par le détour d’un tout sauf innocent parallèle, accusera d’un mot ce journaliste à la fois de relever d’une sexualité infantile semi-châtrée (n’être qu’un adulte qui ne peut entretenir comme objet de désir que des enfants), d’être un pervers homosexuel (les petits garçons) et potentiellement un assassin. Accusation «pour rire» bien entendu. Mais plaisanterie qui s’effondre immédiatement sous le poids de sa propre transgression et de la répulsion des images qu’elle convoque.

«Je ne suis pas du tout agressif [dénégation, nda], d’abord je ne vous en veux pas, mais attends [passage intrusif du vouvoiement au tutoiement intempestif], vous me trouvez fâché ? D’abord, le pauvre, il n’est pas pédophile» (rires). Pirouette séductrice : mais non, je plaisantais, je ne suis pas fâché. Sous-texte : mais vous avez vu ce que ça pourrait donner, si fâché je l’étais vraiment… «D’abord, le pauvre, il n’est pas pédophile.» Curieux énoncé : «le pauvre» n’est pas pédophile, c’est-à-dire même pas pédophile, sinon pourquoi pauvre ? Deux possibilités : soit il est «le pauvre» parce que sa sexualité n’est même pas pédophile (castration), soit il est «le pauvre» parce que je viens de le ridiculiser (castration). Pile, je gagne. Face, tu perds. Délire interprétatif ? Oh que non, parce que ce n’est pas fini. Et que le dossier s’alourdit. Et que les preuves s’accumulent. Un peu plus tard : «C’est sans rancune, hein, le pédophile ?» (Rires collectifs) Et voilà l’ex-pédophile de tout à l’heure qui d’un coup le redevient. Enfin, en guise, d’adieu au groupe : «Amis pédophiles, à demain !» Nicolas Sarkozy persiste et signe. Quel boute-en-train, que cet homme !

Crescendo en quatre étapes de la pulsion non maîtrisée : de «prenons l’absurde exemple de votre supposée pédophilie» à «vous êtes tous des pédophiles», en passant par «le pauvre n’est (même) pas pédophile» et «pédophile tout de même, hein le pédophile ?» Du parallèle rhétorique initial, on passe à l’injure individuelle et, enfin, à l’injure collective. Confronté à un danger possible, le fonctionnement psychique du Président rapidement se désorganise. Du contre-exemple qui se voulait une aide à la démonstration, il passe presque immédiatement aux insultes. Il n’est plus tout à fait maître de son discours et c’est rapidement le thème de la pédophilie qui le tient, et non l’inverse. Qui le tient et ne le lâche plus. Et à ces insultes, il reviendra trois fois. Or une insulte, chacun le sait, n’est plus tout à fait une simple verbalisation, c’est déjà un acte. Un passage à l’acte qui, comme toujours, a pour fonction de décharger l’excitation et l’agressivité d’un sujet incapable de se maintenir à un niveau supérieur de fonctionnement cognitif, verbal, et moteur. Un acte régressif qui tient lieu de métabolisation psychique à ceux qui, dans l’instant ou pour longtemps, n’en sont plus capables.

Une péripétie ? Si l’on veut. Quelques plaisanteries qui tombent à plat ? Peut-être. Mais que de saleté véhiculée dans ces escarmouches. Et de mépris à peine déguisé… Non, décidément nous ne rirons pas. Entre autre parce que le populisme le plus répugnant, en s’adressant aux processus et représentations primaires, est toujours gros de l’insidieuse séduction du laisser-aller pulsionnel. C’est précisément en cela qu’il est dangereux. Le pire, toujours, trouve à parler au pire. Et Nicolas Sarkozy ainsi de faire carrière.

Patrick Declerck,

Membre de la Société psychanalytique de Paris et écrivain

Voir aussi : rubrique Science humaines Psychanalyse un douteux discrédit, rubrique rencontre Daniel Friedman, Rolan Gori, rubrique livre Qu’est ce que la critique ?, Todorov La signature humaine,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>