Persécution des femmes, interventions et carences

persecution3Persécutions des Femmes est un ouvrage qui pose une pierre solide face au problème universel des violences faites aux femmes à travers le monde. A l’heure où l’on célèbre en grande pompe le centenaire de la naissance de Simone de Beauvoir, l’histoire contemporaine fait l’impasse sur ce qui figure de nos jours comme la plus courante négation du droit humain. Le réseau scientifique Terra contribue efficacement à lever l’ignorance dont se couvrent les faits. Compte tenu de l’ampleur géographique et démographique des faits, l’urgence pousse à analyser les différents types de persécutions subies, expliquent Jane Freeman et Jérôme Valluy qui ont co-dirigé le livre. L’ouvrage se veut dépositaire de nombreuses recherches qui prennent en compte l’ensemble de la problématique. Il regroupe le travail de plus de trente chercheurs. On y découvre utilement que dans le système de persécution des femmes, les frontières sont plus minces qu’on ne le pense entre les pays développés et les pays en voie de développement. La violence domestique (physique, psychologique et sexuelle), présente d’étonnants points communs avec les pratiques de la  torture. La violence politique comme outil du contrôle social permet l’existence de la violence privée.

La première partie du livre dresse une anthropologie des persécutions des femmes à travers le monde. La seconde dessine le paysage de la mobilisation sociale et sa réception mitigée. Comme le confirme l’enquête Enveff sur les violences envers les femmes en France qui établit que la violence conjugale ne suit guère la hiérarchie sociale habituellement opérante. Autrement dit, le  danger n’est pas le monopole des classes fréquentant les caves des HLM. L’ouvrage se conclut par le témoignage d’associations telles que Médecin du monde, la Cimade ou Amnesty International qui mettent l’accent sur la nécessité d’adaptation aux besoins des femmes persécutées ainsi que  l’attitude ambiguë des sociétés d’accueil aux réfugiées victimes de ce type de persécution.

Un réveil s’impose. Dans les années 70, les féministes avaient dénoncé le statut subordonné des femmes au système de pouvoir masculin. Vingt ans plus tard les travaux de chercheuses militantes ont abouti aux conventions internationales du Caire en 1994 et de Pékin en 1995. C’est ainsi par exemple, que le mouvement contre la stérilisation forcée a pu freiner l’esprit néo-malthusien des institutions en charge des politiques démographiques.

Le poids des cultures et des conceptions éducatives est aussi évoqué. L’évolution des pratiques en matière d’excision ou de mariage forcé suppose une approche spécifique pour éviter la défense réactionnelle aux attaques souvent mal conduites par les opposants qui mêlent jugements moraux culturels et réalités objectives. « Le repli identitaire qui en a découlé a figé ainsi la pratique qui est devenue porteuse d’une valeur mythifiée », souligne Christine Bellas Cabane qui a mené une enquête au Mali.

Très documenté, l’ouvrage ne prétend pas combler tous les déficits de connaissance mais les résultats qu’il présente indiquent l’importance du travail qui reste à mener en terme d’études et de  recherches comme la nécessité de lever de nouveaux fonds au moment où les  pays financeurs réduisent leur aide.

A travers la condition des femmes, cet ouvrage miroir reflète les questions que nos sociétés se posent sur elles-mêmes. Un livre à lire et à offrir…

Persécution des femmes 640p, 30 euros, éditions du Croquant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>