Europe : Emmanuel Macron veut fissurer le camp «nationaliste»

 Emmanuel Macron entre les premiers ministres tchèque, Andrej Babis, et slovaque, Peter Pellegrini, le 30 juin 2018, à l'Élysée. Regis Duvignau DUVIGNAU/AFP

Emmanuel Macron entre les premiers ministres tchèque, Andrej Babis, et slovaque, Peter Pellegrini, le 30 juin 2018, à l’Élysée. Regis Duvignau

Le président espère trouver des relais à Bratislava et à Prague pour accentuer les fissures au sein du groupe de Visegrad.

La statistique fait la fierté de l’Élysée. «Après ce voyage, Emmanuel Macron aura visité plus de vingt pays de l’Union en l’espace de dix-huit mois. Un record.» À l’approche des européennes de mai 2019, que ses opposants veulent transformer en référendum anti-Macron, le chef de l’État intensifie ses déplacements. À son agenda, il ajoute des destinations jusqu’à présent boudées ou méprisées par ses prédécesseurs. C’était le Danemark et la Finlande, fin août. C’est, ce vendredi et samedi, la Slovaquie et la République tchèque.

Sur le papier, cette halte de deux jours a de faux airs de rendez-vous commémoratif: on célèbre, ces jours-ci, le centième anniversaire de la création de la Tchécoslovaquie, qui surgit sur les ruines de l’Autriche-Hongrie le 28 octobre 1918 et perdura jusqu’en 1993, avec une parenthèse pendant la Seconde guerre mondiale. La France fut l’une des toutes premières nations à reconnaître cette nouvelle entité. Mais, l’enjeu pour le chef de l’État, qui s’entretiendra successivement avec les dirigeants des deux pays, ne sera pas mémoriel. Car l’urgence est de retisser des liens, dans une région où la voix française a perdu du crédit, ces derniers mois. «On ne peut pas être fâché avec tous les pays de l’est de l’Europe, lâche un proche du président. Il nous faut des relais.»

Si la Hongrie du premier ministre Viktor Orban et la Pologne du PiS demeurent infréquentables pour Emmanuel Macron, lequel ne rate jamais une occasion de dénoncer leur dérive «populiste» et les manquements aux droits de l’homme, il en va autrement de la Slovaquie et de la Tchéquie. Deux pays moins controversés, gouvernés par des attelages baroques, moins identifiables que leurs voisins ultraconservateurs: le premier ministre tchèque, le milliardaire probusiness Andrej Babis, s’est par exemple allié à des sociaux-démocrates et à des néocommunistes.

Ces pays sont membres du «groupe de Visegrad» (Hongrie-Pologne-Tchéquie-Slovaquie), alliance qui porte une ligne dure sur les migrants et s’est battue contre les répartitions de migrants par quotas ou la redéfinition du règlement de Dublin sur la gestion des demandes d’asile. «Ces deux gouvernements veulent rester dans le cœur européen, relativise l’Élysée. Il est faux de dire qu’il y a un clivage entre les pays de l’Est et ceux de l’Ouest de l’Europe. On trouve des proeuropéens partout.»

Emmanuel Macron a d’ailleurs prévu de profiter de sa halte à Bratislava, vendredi, pour participer à une «consultation citoyenne» sur l’Europe, en compagnie du premier ministre slovaque, Peter Pellegrini. Cette rencontre en anglais est organisée par le think tank proeuropéen Globsec. Pour le président, ce sera sa sixième et dernière intervention dans ce genre de cénacles, lancés il y a un an pour promouvoir le débat autour d’une relance de l’Europe, mais qui n’a pas rencontré un succès monstre.

Leader des progressistes européens

Après avoir fait bouger les lignes politiques en France, Emmanuel Macron espère-t-il enfoncer un coin au sein du «groupe de Visegrad», en chouchoutant certains de ses membres et en stigmatisant les autres? Soucieux de ramener le débat de la campagne à un duel entre «progressistes» et «nationalistes», le gouvernement français a fait de Victor Orban sa bête noire – lequel ne se prive pas de concentrer ses piques en retour contre le président français.

La macronie n’oublie jamais de rappeler que le premier ministre hongrois siège au Parlement européen dans les rangs du Parti populaire européen (PPE), en compagnie des Républicains de Laurent Wauquiez. «Il est assez cocasse de voir l’autoproclamé leader des progressistes européens, grand pourfendeur des populistes, aller draguer des gouvernements tchèques et slovaques qui sont à bien des égards et sur bien des sujets (immigration, travailleurs détachés, etc.) sur la même ligne que leur voisin Orban, cingle l’eurodéputé LR Arnaud Danjean. Mais eux ne sont pas “de droite”, ça explique sans doute l’indulgence macronienne…»

Cette stratégie de polarisation extrême entre réformateurs et eurosceptiques, «Europe du repli» et «Europe de la démocratie», n’est pas sans risques, à un moment où la question migratoire alimente, à l’Est comme à l’Ouest, les courants populistes. Des voix commencent même à s’interroger sur la pertinence de cette approche, au sein de la majorité. À l’instar de Marielle de Sarnez. La vice-présidente du MoDem, qui dirige la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, a suggéré, le 21 octobre dans l’émission «Internationales», organisée par TV5 Monde, RFI et Le Monde, d’«élargir la campagne des européennes à l’ensemble des Français, à ceux qui doutent de l’Union». En clair de dépasser le clivage Macron-Orban.


Le MoDem met en garde contre un «comportement binaire»

Le MoDem a mis en garde, mardi, la majorité contre un «comportement binaire» en vue des élections européennes au sujet du clivage entre «progressistes»et «populistes» établi par Emmanuel Macron, jugeant que «le clivage Orban-Macron»n’était «pas un clivage national».

«La question de populistes contre progressistes, au sens très large, ça va être dans les équilibres européens, au moment de la composition des groupes», après le scrutin européen de mai 2019, a précisé Sarah El Haïry, porte-parole du parti. Mais «en France, la question n’est pas de dire: est-ce qu’on est pro ou anti-Orban, mais quel message politique envoyer, quelle Europe on veut et qui on envoie pour la défendre»,a développé la députée de Loire-Atlantique.

Marcelo Wesfreid

Source : Le Figaro 25/10/2018

Italie : fusillade raciste en pleine campagne électorale

picture alliance dpa

picture alliance dpa

Samedi à Macerata, dans la région des Marches, un homme a tiré 30 coups de feu sur des personnes noires, faisant six blessés, graves pour certains. Lors de son arrestation, le membre du parti Lega Nord a fait le salut fasciste. Un mois avant des législatives que les partis nationalistes et d’extrême droite risquent de remporter, cet attentat revêt une importance particulière.

La disparition du centre politique, un facteur de risque

L’immigration est désormais un thème majeur de la campagne :

«La Lega Nord xénophobe va faire monter les enchères sur les thèmes de la politique migratoire et de la prise en charge des réfugiés. Lors de la dernière participation au pouvoir de la Lega Nord aux côtés du parti de Silvio Berlusconi, la politique de la coalition dans ce domaine portait la signature brutale du petit partenaire. Il n’est pas exclu que l’alliance de centre-droit forme à nouveau un gouvernement début mars, à l’issue des législatives. L’Italie, qui a vu ses grands partis traditionnels se déliter bien avant ceux des autres pays d’Europe de l’Ouest, illustre le pouvoir que peuvent exercer les partis xénophobes si on leur laisse carte blanche et s’il n’y a plus de centre politique. Ils constituent un danger pour la démocratie.»

Source Frankfurter Rundschau 04/02/2018

 

 L’Italie se sent abandonnée par l’Europe

A l’approche de l’échéance électorale, tous les partis exploiteront l’attentat, redoute Delo :

 

«Actuellement, il n’existe aucun parti qui ne soit pas populiste. Certains observateurs redoutent que la fusillade, perpétrée devant un monument aux morts, soit un coup de pouce pour la Lega Nord – une formation comparée en Europe au parti de Marine Le Pen en France. A une époque où une partie croissante de la population, surtout dans la partie sud du pays, souffre de privations, l’Italie cultive le souvenir de temps ‘plus glorieux’. La crise économique et l’arrivée en masse de personnes en provenance d’Afrique rendent les évènements de Macerata d’autant plus inquiétants. Car l’Italie se sent abandonnée, négligée et sous-estimée par l’Europe.»

Source : Delo , quotidien Slovène 05/02/2018

 

La Slovénie fait de l’eau potable un bien qui ne peut «être privatisable»

 La Slovénie, pays alpin, est riche de ses eaux pures. Le lac de Bled, avec son île, est un des plus beaux du pays. © Lars Halbauer / DPA


La Slovénie, pays alpin, est riche de ses eaux pures. Le lac de Bled, avec son île, est un des plus beaux du pays. © Lars Halbauer / DPA

Le parlement slovène a inscrit le 17 novembre 2016 le droit à l’eau potable dans sa Constitution, insistant sur le fait que cette ressource ne peut être privatisée. L’amendement constitutionnel stipule que «chacun a le droit à l’eau potable» et que celle-ci n’est «pas une marchandise».

Le texte adopté à l’unanimité précise clairement que «l’approvisionnement en eau de la population est assuré par l’Etat via les collectivités locales, directement et de façon non-lucrative».

Lancée par le milieu associatif, l’initiative avait été endossée, notamment, par le gouvernement de centre-gauche du Premier ministre Miro Cerar. Avant le vote, ce dernier avait appelé les députés à offrir à «l’or liquide du 21e siècle le plus haut niveau de protection légale», l’eau étant appelée, selon lui, à devenir un bien «de plus en plus convoité à l’avenir».

La Slovénie est un pays alpin qui dispose d’importantes ressources en eau. Une eau qui a de plus en plus de «valeur» aux yeux de nombreuses industries. «L’eau est un sujet controversé en Slovénie, car les entreprises étrangères de l’industrie alimentaire achètent des droits d’une grande quantité de ressources locales en eau», a rappelé après ce vote l’European Water Movement.  

En 2014, l’Union européenne a accepté d’exclure «l’approvisionnement en eau et la gestion des ressources hydriques» des règles régissant le marché intérieur européen. Une Initiative citoyenne européenne avait mis la pression sur l’UE pour que l’eau bénéficie d’une approche particulière. L’ONU a aussi voté une résolution qui garantit le droit à l’eau potable.

A propos de ce pays alpin, où l’eau est abondante, Amnesty International rappelle que tout le monde n’a pas accès à l’eau et espère que les Roms pourront ainsi bénéficier d’une eau potable. «Il est choquant que dans un pays très développé comme la Slovénie, certaines communautés roms doivent lutter pour ramasser même de petites quantités d’eau pour boire, cuisiner et se baigner», a déclaré Fotis Filippou, un responsable d’Amnesty Europe.

Reste à savoir concrètement ce que signifie ce texte dans la gestion de l’eau. L’interdiction de la privatisation de l’eau potable ne signifie pas forcement que la gestion de celle-ci ne peut être privatisée, comme elle l’est en France, avec des délégations de service public.

Pierre Magnan

Source Géopolis 18/11/2016

Ventes d’armes pour la Syrie et le Yémen : la filière des Balkans

884588-ar-15-rifles-line-a-shelf-in-the-gun-library-at-the-atf-national-tracing-center-in-martinsburg-west-

En recoupant contrats officiels, photos d’avions, de cargos ou d’hommes armés sur les front syrien ou yéménite, un collectif de journalistes met pour la première fois au jour un circuit de vente d’armes entre les pays des Balkans et du Moyen-Orient.

Très peu d’informations ont filtré jusqu’ici sur les quantités colossales d’armes qui parviennent depuis cinq ans aux différents groupes combattants en Syrie et au Yémen. L’enquête menée par un groupe de journalistes d’investigation des Balkans (1) lève une partie du voile sur la provenance et la trajectoire de ce matériel destiné aux champs de bataille du Moyen-Orient. Le marché, évalué à 1,2 milliard d’euros, implique huit pays vendeurs d’Europe centrale et orientale (Bulgarie, Croatie, République tchèque, Roumanie et Slovaquie, membres de l’Union européenne, mais aussi Serbie, Bosnie et Monténégro) et quatre acheteurs l’Arabie Saoudite, la Jordanie, les Emirats arabes unis et la Turquie. Des partenaires qui avaient très peu de relations commerciales avant le conflit syrien. Or, depuis 2012, des avions gros-porteurs chargés d’armes légères – fusils-mitrailleurs, lance-roquettes et munitions – décollent régulièrement des aéroports de Zagreb, Sofia ou Bratislava pour se poser à Djedda, Abou Dhabi ou Amman. Les livraisons ont considérablement augmenté en 2015 et comprennent du matériel plus lourd, y compris des chars de fabrication russe, acheminé par bateau.

Embargo contourné

«Ce commerce est certainement illégal, selon les experts des armements comme des droits de l’homme», souligne le rapport des journalistes produit dans le cadre d’un projet «pour une meilleure gouvernance». Ils ont traqué des documents et des photos sur les vols, les contrats, les rapports de l’ONU et de sources gouvernementales. Les licences d’exportation accordées contournent l’embargo décrété par l’UE sur les ventes d’armes aux belligérants en Syrie. Or des photos et des vidéos du terrain en Syrie, postées sur les réseaux sociaux montrent certaines de ces armes aux mains de brigades de l’Armée syrienne libre, soutenues par certains pays occidentaux et arabes, mais aussi de certains groupes salafistes.

Transactions pays par pays

 

Belgrade Airport | BIRN

Belgrade Airport | BIRN

Ces contrats ont rapporté des centaines de millions d’euros aux pays concernés et fait tourner leurs usines de production de munitions à plein régime. L’enquête publie les chiffres détaillés des transactions pays par pays. Ainsi, la Croatie et la République tchèque figurent en tête des vendeurs et 4 700 tonnes de matériel ont été livrés par la Bulgarie et la Roumanie à l’Arabie Saoudite. Le royaume sunnite, acheteur de près de 80% des armes des Balkans est aussi le principal bailleur de fonds des rebelles syriens. Il est en outre engagé dans une guerre au Yémen où des groupes de combattants sunnites porteurs d’armes d’origine balkanique ont été repérés sur des photos.

Les informations inédites de l’enquête des reporters des Balkans ont le mérite de révéler l’existence de l’une des filières d’armes vers les conflits sanglants de Syrie ou d’ailleurs dans la région. Les journalistes reconnaissent qu’il doit y en avoir bien d’autres et s’étonnent par exemple que le Qatar, connu pour être l’un des principaux fournisseurs des groupes armés syriens islamistes, n’apparaisse pas dans le commerce qu’ils ont mis au jour.

Hala Kodmani

(1) The Balkan Investigative Reporting Network (BIRN) and the Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP)

Source : Libération 28/07/2016

Voir aussi : Rubrique Politique Comment la France est devenue une cible « légitime » pour les groupes djihadistes, rubrique Affaires, La France et l’Italie, premiers fournisseurs européens d’armes à KadhafiKarachi le dossier avance, Renault et la “fabrication de chars pour la Wehrmacht, rubrique Economie, Rubrique UE, rubrique Moyen Orient, Israël, Drones : les secrets de la success-story israélienne,

Migrants: jusqu’à 70.000 pourraient être «pris au piège» en Grèce

Des réfugiés attendent à la frontière entre la Grèce et la Macédoine à Idomeni, le 28 février 2016 Photo LOUISA GOULIAMAKI. AFP

Des réfugiés attendent à la frontière entre la Grèce et la Macédoine à Idomeni, le 28 février 2016 Photo LOUISA GOULIAMAKI. AFP

La Grèce a averti dimanche que le nombre de migrants bloqués sur son territoire risquait de tripler en mars, pour atteindre le chiffre de 70.000 personnes, en raison des quotas imposés par les pays des Balkans aux candidats à l’établissement en Europe occidentale.

«Selon nos estimations, le nombre de ceux qui seront pris au piège dans notre pays s’établira entre 50.000 et 70.000 personne le mois prochain», a déclaré le ministre grec de la Politique migratoire, Yiannis Mouzalas.

«Aujourd’hui, il y a 22.000 réfugiés et migrants» en Grèce, a-t-il dit dans une interview télévisée à la chaîne Mega Channel.

Et environ 6.500 d’entre eux étaient bloqués dimanche dans un camp de fortune installé près du village d’Idomeni, dans le nord de la Grèce, à la frontière macédonienne. La veille, les autorités de Skopje n’ont laissé passer que 300 personnes par ce poste-frontière. Aucune ne l’avait traversée dimanche en milieu d’après-midi.

Et ils étaient des dizaines — hommes, certains avec leurs enfants dans les bras, et femmes — à manifester dimanche, allongés sur les rails, pour exiger l’ouverture du point de passage.

Idomeni s’est transformé en goulot d’étranglement après la décision, la semaine dernière, de Skopje de refuser l’accès à son territoire aux Afghans et de renforcer le contrôle des documents d’identité pour les Syriens et Irakiens.

Et la situation devrait encore empirer avec la décision vendredi de la Slovénie et la Croatie, membres de l’UE, ainsi que la Serbie et la Macédoine de limiter à 580 le nombre d’hommes, de femmes et d’enfants transitant quotidiennement par leur territoire.

Ces pays des Balkans ont emboîté le pas à l’Autriche qui a choisi il y a plus d’une semaine de limiter l’entrée des migrants à 80 demandeurs d’asile par jour, et à 3.200 personnes en transit.

La décision de ces pays de la route des Balkans de faire cavalier seul a profondément irrité Athènes, qui a rappelé la semaine dernière son ambassadrice à Vienne pour «consultations» après une réunion à laquelle la Grèce n’avait pas été associée.

Le chancelier autrichien Werner Faymann a enfoncé le clou dimanche, accusant Athènes de se comporter «comme une agence de voyages» en laissant librement passer les migrants.

«Je ne comprends plus la politique des Grecs. Il est inacceptable que la Grèce agisse comme une agence de voyages et laisse passer tous les migrants. La Grèce a accueilli l’an passé 11.000 demandeurs d’asile, nous 90.000. Cela ne doit pas se reproduire», a-t-il estimé dans la presse autrichienne.

- ‘Effet ricochet’ -

Face à la cacophonie européenne sur la question des migrants, le pape François a exhorté les pays de l’Union à trouver une «réponse unanime» et à «répartir équitablement les charges» entre eux.

Le pape, qui s’exprimait dimanche lors de l’Angélus sur la place Saint-Pierre à Rome, a salué «le généreux secours» apporté par la Grèce et «les autres pays en première ligne», et estimé que cette urgence humanitaire «nécessitait la collaboration de toutes les nations».

En quête d’un hypothétique «consensus» sur la gestion de la crise qui divise comme jamais l’Europe, le président du Conseil européen Donald Tusk doit se rendre du 1er au 3 mars à Vienne, Ljubljana, Zagreb, Skopje et Athènes avant un sommet UE-Turquie le 7 mars.

L’enjeu a été posé par le commissaire européen aux Migrations, Dimitri Avramapoulos, qui a prévenu que l’Europe irait au «désastre» s’il n’y avait pas de «convergence» lors de ce sommet à Bruxelles.

La Grèce, elle, semblait surtout compter sur une baisse de l’afflux de migrants en provenance de Turquie, «quand les nouvelles de la fermeture du poste-frontière d’Idomeni se diffuseront», a expliqué le ministre grec de la Politique migratoire, M. Mouzalas.

«Nous préparons une campagne d’information à destination de la Turquie», a-t-il dit, estimant que cette initiative, ajoutée au déploiement prévu de navires de l’Otan en mer Egée, devrait réduire le nombre des arrivées en Grèce de 70%.

Plus à l’ouest, c’est l’Italie qui craignait un «effet ricochet», selon les mots du procureur régional de la ville de Lecce dans les Pouilles (sud), et se préparait donc à faire face à un afflux possible de migrants, en quête d’une nouvelle route vers l’Europe du Nord.

Source AFP 28/02/2016

Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique UE, La plupart des migrants ne se réfugient pas en Europe, Grèce, rubrique Grèce, Grèce. Le croque-mort de Lesbos, rubrique Politique, De l’Etat de droit à l’Etat de sécurité , Politique de l’immigrationLe camp de Grande-Synthe, enfer et contre tout,  rubrique Société,