Il y a un an, ils se disaient « Charlie »…

Paris 11 janvier 2015

Certains États dont les représentants ont manifesté le 11 janvier 2015 à Paris, avec François Hollande, sont loin d’être des défenseurs de la liberté d’expression. Petit rappel non exhaustif de leurs pratiques en 2015.

Il y a tout juste un an, ils étaient « Charlie ». Ou tout du moins le proclamaient-ils. Le 11 janvier 2015, une cinquantaine de représentants d’États étrangers a défilé à Paris aux côtés de François Hollande pour défendre la liberté d’expression. Clic, une photo pour la postérité. Et puis ils sont rentrés. « Charlie », certains de ces politiciens ne l’ont été qu’une journée. Un an après, on ne compte plus les atteintes à la liberté d’expression dans de nombreux pays représentés. Petit tour d’horizon, non exhaustif.

Espagne

- Personne présente : Mariano Rajoy, Premier ministre

Déjà il y a un an, la présence de Mariano Rajoy à la grande marche du 11 janvier avait fait grincer des dents. Car, en toute discrétion, le pouvoir conservateur ne se privait pas de rogner la liberté d’expression. Poursuites judiciaires contre le journal satirique El Jueves, ou l’humoriste Facu Diaz… Autant de casseroles que le Premier ministre traînait avec lui à Paris. En 2015, la loi « de sécurité citoyenne », votée un an plus tôt, est entrée en vigueur. Une « loi baillon » punissant de lourdes certaines formes de mobilisation sociales développées en Espagne ces dernières années. Au nombre de ces infractions : la résistance pacifique aux forces de l’ordre pour empêcher une expulsion immobilière ou encore l’acte de « perturber la sécurité citoyenne » devant le parlement.

Hongrie

- Personne présente : Viktor Orban, Premier ministre

Le chef du gouvernement hongrois a une définition toute particulière de la liberté d’expression. Invoquée en mai 2015 au parlement européen pour justifier ses déclarations sur une réintroduction de la peine de mort dans son pays (« Nous ne devons pas fuir devant la discussion d’un problème […] la Hongrie respecte la liberté d’expression. »), elle est en général une préoccupation secondaire de ce populiste. Régulièrement dénoncé pour des fermetures et censures de médias depuis son arrivée au pouvoir en 2010, le gouvernement de Viktor Orban aurait notamment ordonné à la télévision publique de censurer les images d’enfants dans ses reportages sur les réfugiés. Il ne faudrait pas que les Hongrois soient trop sensibilisés à leur cause… Notons que le parlement européen a voté, mi-décembre, une résolution demandant l’engagement immédiat d’un « processus de surveillance en profondeur concernant la situation de la démocratie, de la primauté du droit et des droits fondamentaux en Hongrie ».

Pologne

- Personne présente : Ewa Kopacz, Première ministre

Depuis le défilé du 11 janvier, la Pologne a changé de gouvernement, troquant la formation de Donald Tusk et Ewa Kopacz, Plateforme civique (centre-droit) pour le parti Droit et Justice, dont les idées conservatrices font écho aux discours de son voisin hongrois, le Fidesz, parti de Viktor Orban. Arrivés au pouvoir en novembre, les conservateurs de Droit et Justice n’ont pas attendu pour remodeler à leur façon la liberté d’expression polonaise. Fin décembre, le parlement a ainsi adopté une loi sur les médias assurant le contrôle de la télévision et de la radio publiques, en accordant au gouvernement le pouvoir de nomination des dirigeants de la télévision et de la radio publiques et assurant ainsi un contrôle de ces médias. Depuis l’automne, en Pologne, l’ambiance n’est pas très « Charlie ». Pour l’anecdote, un prêtre, accompagné de proches de Droit et Justice, a même tenté d’exorciser l’un des principaux journaux du pays, jugé mensonger, en récitant une prière devant le siège du média. La petite manifestation a été accueillie par une pluie de dessins humoristiques et de tracts défendant la liberté d’expression.

Russie

- Personne présente : Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères

L’autoritaire Vladimir Poutine, père d’une multitude de lois répressives portant gravement atteinte à la liberté d’expression, continue d’instaurer une propagande massive et d’exercer de multiples pressions à l’égard de tous ceux qui pourraient propager des discours dissonants. Depuis le retour de M. Poutine à la présidence, RSF déplore une censure organisée et contrôlée par les autorités de surveillance des télécommunications et le blocage de nombreux sites d’informations. Le Kremlin aurait également embauché des centaines de personnes pour inonder la toile de messages pro-Poutine et anti-Obama. Certaines ONG défendant les droits des médias et la liberté d’expression sont désormais considérées comme « agents de l’étranger ». En 2015, au moins deux journalistes ont été emprisonnés pour avoir critiqué les autorités municipales ou régionales. Afin d’échapper à la répression, de nombreux journalistes et activistes sont contraints à l’exil.

Ukraine

- Personne présente : Petro Porochenko, Président de l’État

Face à des violations de la liberté de la presse de plus en plus nombreuses, et de multiples exactions, RSF a choisi de recenser les incidents majeurs en un fil d’information. De nombreuses agressions ont été signalées, mais aussi des expulsions arbitraires, des arrestations abusives ainsi que des emprisonnements. Le 16 décembre, le parti communiste a été interdit par une décision de justice, portant ainsi atteinte à la liberté d’expression et d’association. Des dizaines de journalistes étrangers ne peuvent plus entrer sur le territoire ukrainien.

Turquie

- Personne présente : Premier ministre Ahmet Davutoglu

Le gouvernement turc, défenseur de la liberté d’expression ? Il y a un an, la présence du Premier ministre turc à la manifestation du 11 janvier était déjà dénoncée comme le comble de l’hypocrisie. L’année écoulée n’a fait que le confirmer. Quelques jours à peine après cette grande marche, quatre sites web étaient censurés par un tribunal turc pour avoir publié la Une de Charlie Hebdo, « Tout est pardonné ». « Nous ne pouvons accepter les insultes au prophète », avait commenté M. Davutoglu. Pas question non plus d’accepter qu’on se moque du Président. En mars, deux dessinateurs de presse turcs ont été condamnés à une amende de 7.000 livres (2.500 euros) pour « insulte » au président Erdogan. Perquisitions musclées dans des locaux de médias, censure, emprisonnements de journalistes et multiples condamnations pour « insulte » ou « propagande en faveur d’une organisation terroriste »… On ne compte plus les atteintes à la liberté d’expression en Turquie. Trente journalistes ont passé le dernier réveillon en prison, selon la Fédération européenne des journalistes, nombre d’entre eux pour leur travail sur le conflit qui oppose le gouvernement turc et les rebelles kurdes du PKK. La Turquie a par ailleurs expulsé plusieurs journalistes étrangers qui couvraient ce conflit. À la 149e place du dernier classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières, la Turquie se place juste devant la Russie (152e) et derrière la Birmanie (144e).

Émirats Arabes Unis

- Personne présente : Cheikh Abdallah Ben Zayed Al-Nahyane, membre de la famille régnante

Procès inéquitables, tortures, violences, emprisonnements et arrestations arbitraires… La liberté d’expression n’existe pas aux Émirats arabes unis. Au moins huit personnes seraient actuellement détenus pour avoir brisé la loi du silence. Ce chiffre ne représente pas grand chose dans un pays où les décisions de justice sont abusives et les principes démocratiques inexistants. Selon Human Rights Watch, « l’État empiète systématiquement sur la sphère privée de ses citoyen-ne-s et la communication à travers le web est strictement contrôlée ». Parmi ces huit détenus – militants politiques ou défenseurs des droits de l’homme figure Mohammed al Roken, membre d’Amnesty International.

Arabie Saoudite

- Personne présente : Abdallah Ben Zayed Al-Nahyane, ministre des Affaires étrangères

Lorsque tout est interdit, contrôlé et réprimé, il est difficile de parler d’information. Si le journalisme existe, en théorie, la liberté d’expression n’est pas tolérée. Les associations indépendantes et les manifestations sont interdites en Arabie Saoudite. L’apostasie est passible de la peine de mort. Chez les journalistes, l’auto-censure fait des ravages. Pour les autres : emprisonnements, actes de torture, violences… Au moins deux journalistes et huit net-citoyens seraient actuellement incarcérés. Des prisonniers d’opinions muselés et torturés, comme l’est encore le blogueur Raif Badawi, déjà flagellé publiquement, toujours dans l’attente de nouveaux coups de fouet. Si une présence militante et pacifique existe bien sur la toile, elle est contrôlée de très très près par le régime.

Israël

- Personne présente : Benyamin Netanyahou, Premier ministre

Le 25 septembre 2015, deux journalistes de l’AFP en reportage en Cisjordanie ont été sauvagement agressés par des soldats israéliens. Un cas loin d’être isolé, selon Reporters sans frontières qui dénonce la multiplication en 2015 des exactions de l’armée et de la police israéliennes à l’encontre de journalistes. En 2015, Israël a dégringolé de cinq rangs dans le classement mondial de la liberté de la presse de l’ONG, s’installant à la 101e place (sur 180). Au moins trois stations de radios palestiniennes ont été fermées - accusées de « promouvoir et encourager le terrorisme contre les civils et les forces de sécurité israéliennes ». Un tribunal israélien a confirmé en septembre l’assignation à résidence surveillée à Mordechai Vanunu, lanceur d’alerte sur les questions du nucléaire - bien qu’il ait déjà purgé une peine de 18 ans d’emprisonnement. Par ailleurs, un roman traitant d’une histoire d’amour entre une Israélienne et un Palestinien a été retiré des programmes scolaires par le gouvernement conservateur de Netanyahou. Il ne faudrait pas encourager les couples mixtes...

Égypte

- Personne présente : Sameh Shoukry, ministre des Affaires étrangères

En septembre dernier, le président Abdel Fattah Al-Sissi affirmait sur CNN que l’Égypte jouissait désormais d’une liberté d’expression « sans précédent ». On rit jaune. Pour rappel, l’Égypte plafonnait en 2015 à la 158e place (sur 180) du classement de Reporters sans frontières (RSF). Selon un communiqué du Comité de protection des journalistes, basé à New York, seule la Chine a emprisonné plus de journalistes en 2015 que ce « paradis de la liberté d’expression » autoproclamé. En août, une nouvelle loi est venue entamer un peu plus cette liberté, en imposant une amende particulièrement lourde aux journalistes et médias qui contrediraient les communiqués et bilans officiels en cas d’attentats.

Tunisie

- Personne présente : Mehdi Jomâa, ancien chef du gouvernement provisoire

Empêchés de couvrir certains événements, des dizaines de journalistes ont, cette année encore, été agressés par les forces de police. Frappés, insultés et menacés ils sont aussi la cible de procès abusifs, souvent poursuivis sur la base du code pénal, au lieu du code de la presse. De multiples interpellations et jugements ont également été prononcés à l’encontre de blogueurs, d’acteurs de l’information ou de militants. Les organisations dénoncent aussi des ingérences de l’exécutif dans le secteur médiatique.

Togo

- Personne présente : Faure Gnassingbé, président de la République

Le très contesté Faure Gnassingbé ne fait pas de la liberté d’expression une priorité, malgré sa présence à la marche républicaine du 11 janvier 2015. Cette année encore, des sites d’information indépendants ont été suspendus par le gouvernement, bloquant les activités de l’opposition et la parole des contestataires remettant en question les dernières élections présidentielles. Le journaliste Bonéro Lawson-Betum a également été arrêté en mai dernier, son matériel saisi et son domicile perquisitionné.

Sénégal

- Personne présente : Macky Sall, président de la République

Alors que le Sénégal était l’un des pays de la région où la liberté de la presse était la mieux établie selon RSF, le contexte sécuritaire et la menace terroriste servirait de prétexte à un contrôle accru sur le secteur. Les organisations de défense des médias ont également dénoncé dans l’année l’utilisation « récurrente du délit d’offense au Chef de l’État, la criminalisation des expressions critiques et l’emprisonnement systématique d’opposants politiques ».

Gabon

- Personne présente : Ali Bongo Ondimba, président de la République

« Depuis l’arrivée au pouvoir du président Ali Bongo Ondimba en 2009, la liberté d’expression et la liberté de la presse n’ont jamais été aussi importantes au Gabon », clame le site Stop Kongossa, lancé en juillet 2015 par l’équipe du président pour contrer les rumeurs et « rétablir la réalité des faits ». Alors certes, le Gabon, 95e sur 180 au classement 2015 de Reporters sans frontières, respecte la liberté d’expression bien plus que son voisin camerounais (133e), mais y a-t-il vraiment de quoi se rengorger ? En 2015, un journaliste a fui le pays, affirmant être victime de menaces de mort, un autre a été détenu par la police militaire et le ministre de la communication a été critiqué pour des velléités d’ingérences médiatiques.

Niger

- Personne présente : Mahamadou Issoufou, président de la République

Si la Constitution donne le droit aux citoyens d’user de leur liberté d’expression et que les délits de presse ont été dépénalisés, cette liberté reste soumise à conditions. La société civile et les journalistes dénoncent des arrestations arbitraires et l’utilisation de nombreuses mesures d’intimidation visant à faire taire les voix qui s’élèvent. Tour à tour accusés de « démoraliser les troupes », ou assimilés à des terroristes, les membres d’organisations citoyennes peuvent être inculpés grâce à une loi liberticide sous couvert d’anti-terrorisme. Moussa Tchangari, secrétaire général d’une l’ONG, a été arrêté, accusé « d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », libéré, puis inculpé pour « atteinte à la défense nationale ». Ces procédures ont été engagées après que le militant ait dénoncé les conditions d’évacuation des réfugiés du lac Tchad, zone infiltrée par Boko Haram, où de nombreuses personnes ont trouvé la mort. Les médias sont eux aussi la cible de violences. Au moins cinq journalistes ont été emprisonnés tandis que d’autres ont été inculpés et empêchés de couvrir des événements.

Tchad

- Personne présente : Idriss Deby Itno, président de la République

Lorsque la famille présidentielle est visée par les médias, elle prend des mesures. La présidence tchadienne est ainsi accusée par RSF d’instrumentaliser la justice afin de censurer les journalistes. Certaines décisions vont jusqu’à la fermeture de l’organe de presse concerné, comme ce fut le cas de l’hebdomadaire Abba Garde. Les journalistes sont également harcelés à titre personnel, poursuivis pour diffamation, ou mis en garde à vue - bien que les restrictions de liberté ne soient pas légales en cas de délit de presse. Pour avoir critiqué le gouvernement, le directeur de la publication du Haut Parleur a plusieurs fois été poursuivi par la famille Déby, notamment Salay, le frère du président qui occupe le poste de directeur général des douanes. Le journaliste Stéphane Mbaïrabé Ouaye a lui été tabassé dans un commissariat en octobre afin qu’il révèle ses sources.

Actualisation à 18h02 :

« Et la France ? » Cette question revenant dans les commentaires et sur les réseaux sociaux, nous ajoutons ce lien, résumant la situation française :

Retrouvez les articles de Rue 89 sur les libertés publiques en France

Chloé Dubois, Lena Bjurström

Source Politis 11/01/2016

Afrique de l’Ouest : la boucle ferroviaire de Bolloré est-elle en train de dérailler ?

En août, une concession de construction et d'exploitation a été signée entre le Bénin, le Niger et le groupe Bolloré. © Erwann Benezet/MAXAPP
La justice béninoise a ordonné l'arrêt des travaux du chemin de fer ouest-africain réalisé par Bolloré et une procédure arbitrale internationale a été lancée. Derrière cette offensive, deux groupes qui s'estiment lésés.

Le risque planait sur la boucle ferroviaire que le groupe Bolloré construit en Afrique de l’Ouest. En moins de deux semaines, il a pris forme. Le 5 novembre, l’avocat parisien Jean-Georges Betto a envoyé à la Cour internationale d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale, le plus important tribunal arbitral au monde, une demande d’ouverture d’une procédure contre le Bénin et le Niger pour le compte de son client, le bureau d’étude français Geftarail, et de sa filiale basée au Niger, Africarail. « L’objectif est clair : faire stopper les travaux car leur poursuite aggrave le préjudice », explique un proche.

Deux semaines plus tard, le 19 novembre, la cour d’appel de Cotonou imposait, dans le cadre d’une procédure lancée par le groupe Petrolin de Samuel Dossou-Aworet, « la cessation par Bolloré Africa Logistics de tous travaux entrepris sur le site de l’OCBN [Organisation commune Bénin-Niger des chemins de fer et des transports] à Cotonou » et ordonnait « tant à l’État béninois qu’à Bolloré Africa Logistics de s’abstenir de tous travaux sur les composantes du projet « Épine dorsale » [programme de développement des infrastructures du Bénin] également ».

Droits

Geftarail comme Samuel Dossou-Aworet revendiquent des droits sur le chantier de construction et de rénovation de la ligne de chemin de fer reliant les capitales béninoise et nigérienne.

Lancé en avril 2014 par le groupe Bolloré sans la moindre autorisation juridique, celui-ci a depuis été formalisé par une concession en bonne et due forme, signée le 13 août 2015 par les deux États africains et le groupe français.

Mais Geftarail met en avant un protocole d’accord signé en janvier 1999 avec le Bénin, le Niger et le Burkina, rejoints en août 2000 par le Togo. Ce document lui donne notamment, selon le préambule des statuts de la société concessionnaire Africarail, créée en 2002 par les États concernés et Geftarail, le « droit de construire et d’exploiter les ouvrages d’art et les infrastructures ferroviaires sur l’axe Kaya (Burkina) – Niamey (Niger) – Parakou (Bénin) – Aného (Togo) – Ouidah (Bénin) ».

Samuel Dossou, de son côté, estime détenir également des droits sur la ligne développée par le groupe Bolloré, à la fois via le programme « Épine dorsale » mais aussi via une notification d’attribution provisoire de concession accordée (en 2010) par le Bénin et le Niger dans le cadre de la privatisation de l’OCBN.

Côté nigérien, près de 140 kilomètres de rail ont été construits

Retournement brutal

Joint par Jeune Afrique, Ange Mancini, conseiller de Vincent Bolloré, a réagi à la sentence de la cour d’appel de Cotonou en concédant que le groupe français « arrêtera les travaux dès que la décision nous aura été signifiée ».

Chargé du dossier de la boucle ferroviaire, il explique : « nous n’allons pas nous mettre en situation de risque juridique », même si « nous sommes surpris par ce retournement brutal, avec un arrêt qui dit l’exact inverse de ce qui avait été dit en première instance, un an plus tôt ».

Côté nigérien, près de 140 kilomètres de rail ont été construits. Mais l’OCBN appartenant à la fois au Bénin et au Niger, difficile de penser que cette partie-là du chantier ne sera pas également affectée. Niamey, Cotonou, Bolloré et leurs conseils ont-ils sous-estimé le risque juridique entourant les négociations ?

« Non, nous étions conscients de ces dossiers », explique Amadou Boubacar Cissé, ministre du Plan du Niger jusqu’en septembre dernier, impliqué de longue date dans le projet de boucle ferroviaire. « Mais la conclusion était que cela n’affecterait pas la mise en œuvre du projet », explique celui qui est désormais dans l’opposition et qui dénonçait encore récemment sur le site de Jeune Afrique les accords « déséquilibrés » signés avec Bolloré.

Dossier vide

Les deux États africains ont été accompagnés juridiquement par un prestigieux cabinet international, grâce à un financement de la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF) de la Banque africaine de développement. Et Hogan Lovells n’a jamais semblé très inquiet. « Ils ont longtemps pensé que Michel Bosio, l’expert ferroviaire fondateur de Geftarail, n’irait pas jusqu’à l’arbitrage, considérant que son dossier juridique était vide et que les États lui avaient simplement demandé de réaliser une étude de projet et un accompagnement dans le montage financier », explique une source bien informée.

« Le cas Dossou les a davantage inquiétés, mais ils ont tout de même jugé que l’adjudication provisoire dont disposait l’homme d’affaires béninois pouvait légalement être cassée à tout moment et que le projet « Épine dorsale » était un contrat léonin. »

Samuel Dossou-Aworet a entamé sa procédure au Bénin dès début 2014. À ses côtés, l’avocat parisien Stéphane Brabant, rejoint depuis peu par William Bourdon, a travaillé à une conciliation (qui a échoué).

Ayant pour principal objectif, selon ses conseils, la qualité de la réalisation de la boucle ferroviaire, Michel Bosio a quant à lui longtemps privilégié la discussion, avant d’entamer, via son ami Michel Rocard une bataille médiatique en septembre dernier. « Bolloré a trop joué la carte politique, celle des présidents, estime un familier du dossier. Cela se retourne aujourd’hui contre lui. » Toutefois, le groupe s’est en partie couvert. « Tout ce qui est antérieur à la concession de 2015, les États se sont engagés à en faire leur affaire », rappelle Ange Mancini.

Compliquée

Pour le groupe français, la situation semble toutefois très compliquée. Selon Reuters, il a mandaté des banques pour travailler sur une introduction en Bourse de son réseau ferroviaire en Afrique, avec l’objectif de lever une partie des 2,5 milliards d’euros nécessaires au chantier. Mais les décisions de la cour d’appel de Cotonou et la procédure d’arbitrage en cours devraient lui compliquer la tâche, les autorités de surveillance des marchés étant peu enclines à accorder des visas alors que des doutes juridiques subsistent.

Par ailleurs, si le groupe français a signé en août une concession allant de Cotonou à Niamey, la partie allant de Niamey au Burkina Faso n’est toujours pas attribuée et fait partie du périmètre réclamé par Geftarail. Enfin, la concession des chemins de fer détenue par Bolloré via sa filiale Sitarail en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso n’a toujours pas été renouvelée.

« Samuel Dossou comme Michel Bosio ne souhaitent pas que le groupe Bolloré soit exclu du projet, il y a donc une marge de négociation possible », estime un avocat. Ange Mancini répète que la porte reste ouverte : « Vingt pour cent de la société concessionnaire doivent être attribués à des nationaux, nous prendrons les noms qui nous seront soumis par les États. » Pas certain que cela suffise à calmer les tensions.


Samuel Dosso-Aworet, du pétrole aux infrastructures

L’homme d’affaires béninois de 71 ans vient de remporter une bataille judiciaire contre Bolloré. Si c’est dans le négoce du pétrole, notamment au Gabon, que ce proche de l’ancien président Omar Bongo Ondimba a fait fortune, il est aujourd’hui davantage consultant et investisseur.

Son groupe Petrolin, présent dans treize pays africains, revendique un chiffre d’affaires de plus de 1 milliard de dollars en 2013 (726 millions d’euros), et se diversifie dans les infrastructures.

Source Jeune Afrique 09/12/2015
Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique Afrique, Congo Brazzaville, rubrique Politique, Affaire,

Burkina Faso : l’opposition ne veut pas d’homme politique pour mener la transition

Le nouvel homme fort du Burkina, Isaac Zida (au centre) arrive à Ouagadougou pour rencontrer Mogho Naba, le «roi» de la tribu Mossi le 4 novembre. (Photo Issouf Sanogo. AFP)

Plusieurs présidents africains sont arrivés mercredi à Ouagadougou pour rencontrer les acteurs de la crise politique, après la chute de Blaise Compaoré.

Assimi Kouanda, le chef du parti du président burkinabè déchu Blaise Compaoré, a été arrêté mardi soir, selon des sources sécuritaires. Assimi Kouanda, secrétaire exécutif national du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), a été «convoqué» par la gendarmerie «suite à des propos pouvant troubler l’ordre public et appelant à des manifestations», a déclaré à l’AFP un officier de gendarmerie. Il a ensuite été arrêté, a indiqué une autre source sécuritaire.

Par ailleurs des leaders de l’opposition a plaidé plus tôt mercredi pour que le futur chef de la transition au Burkina Faso ne soit pas un homme politique, laissant entendre sa préférence pour un représentant de la société civile. «Il est évident qu’on doit trouver quelqu’un qui n’a pas des engagements politiques affichés, pour ne pas créer un aspect biaisé sur les questions de transition», a déclaré Roch Marc Christian Kaboré, précisant qu’il devait s’agir d’un candidat «civil».

Roch Marc Christian Kaboré, président du Mouvement du peuple pour le progrès, est un ancien Premier ministre et président de l’Assemblée nationale, qui était passé dans l’opposition à Blaise Compaoré en janvier. Il s’exprimait à l’issue d’une rencontre à Ouagadougou avec les chefs de l’Etat ghanéen, sénégalais et nigérian, en compagnie des autres leaders de l’opposition.

Les présidents John Dramani Mahama, Macky Sall et Goodluck Jonathan sont arrivés mercredi dans la capitale burkinabè pour rencontrer les acteurs de la crise politique, afin de faciliter une transition démocratique, après la chute du président Compaoré le 31 octobre.

Ultimatum

Les trois chefs d’Etat – John Dramani Mahama étant également le président en exercice de la Cédéao, l’organisation régionale de l’Afrique de l’Ouest – avaient discuté précédemment avec le lieutenant-colonel Isaac Zida, actuel homme fort du pays désigné par l’armée. Rien n’a filtré de ce premier entretien.

Les trois présidents médiateurs devaient ensuite s’entretenir avec la société civile, le président du Conseil constitutionnel, les présidents des partis de l’ancienne majorité et les leaders religieux. Choisi le 1er novembre par l’armée pour conduire la transition, Isaac Zida s’est engagé, sous la pression populaire et internationale, à «remettre le pouvoir aux civils» auprès du plus influent chef traditionnel du pays.

L’ancien numéro 2 de la garde présidentielle a ensuite déclaré à un leader syndical que la transition devrait se faire sous quinze jours, un délai correspondant à l’ultimatum de l’Union africaine, qui a brandi lundi la menace de sanctions.

AFP 5 novembre 2014

Voir aussi : Rubrique Actualité Internationale, rubrique Afrique , Burkina Faso, Rubrique Politique , Société civile, Politique internationale, La Françafrique se porte bien avec Sarkozy ,

Questions autour d’une libération

ALeqM5iYURJODSDtA7TN8njLUHvuxI2Spw

Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) est affaibli par l’opération militaire au Mali, mais la menace terroriste demeure. La libération des quatre otages est intervenue dans des conditions encore mal connues. Le Niger, dont le président a accueilli les ex-otages à Niamey mardi 29 octobre, a joué un rôle clé dans les négociations.

La négociation qui s’est soldée par l’« heureuse nouvelle » annoncée par François Hollande a été un long processus mené dans la discrétion. Ayant réuni de nombreux acteurs, avec pour toile de fond l’intervention militaire française au Mali et la fragilité des États de la région, elle soulève de nombreuses questions.

Comment se sont déroulées les négociations ?

La libération des quatre otages d’Arlit est le résultat d’une négociation délicate avec la branche d’Aqmi à l’origine du rapt, en septembre 2010. Celle-ci est à l’époque dirigée par Abou Zeid, responsable de l’assassinat d’un otage britannique en 2009, et tué dans un raid de l’armée française en février.

Pour mener les discussions avec son successeur, la France a placé ses espoirs dans un proche du président nigérien?: Mohamed Akotey, président du conseil d’administration d’Imouraren SA, filiale d’Areva, et ancien ministre de l’environnement. « Homme très sérieux, très droit et très organisé », il a joué un « rôle clé » dans la libération, explique à La Croix une source ayant participé à des négociations.

Originaire de la vallée de Tidene, dans le nord du Niger, Mohamed Akotey appartient à la famille d’une figure emblématique de l’identité touarègue?: Mano Dayak, son oncle, mort en 1995 dans un accident d’avion alors qu’il dirigeait un mouvement de rébellion. C’est cependant « comme Nigérien et non comme Touareg que Mohamed Akotey a mené les négociations », poursuit la même source, démentant l’hypothèse selon laquelle des rebelles touaregs auraient pu jouer un rôle dans l’enlèvement ou la détention des otages.

Mohamed Akotey avait déjà participé aux négociations en vue de la libération, en février 2011, de trois des sept « otages d’Arlit »?: Françoise Larribe, l’épouse de Daniel Larribe, le Malgache Jean-Claude Rakotoarilalao et le Togolais Alex Kodjo Ahonado, tous deux employés du sous-traitant Satom. À l’époque, il avait rencontré Abou Zeid à deux reprises.

En trois ans, des rumeurs de libération ont plusieurs fois couru. Les plus récentes remontent à la semaine dernière, alors que les ultimes négociations se déroulaient dans la ville malienne d’Anéfis, fief touareg, à 100 km de Kidal. En mars 2011, Aqmi avait réclamé 90 millions d’euros pour libérer les quatre otages. Diverses sources ont affirmé hier qu’une rançon de 20 à 25 millions d’euros avait été versée. « La France ne paie pas de rançon », a déclaré l’entourage de François Hollande.

Quel a été le rôle du président nigérien ?

Le Niger est situé au cœur d’une zone « menacée par les trafics en tous genres, et surtout par le terrorisme », résumait il y a une semaine le président nigérien, depuis Dakar. Mardi 29 octobre au soir, Mahamadou Issoufou accueillait à Niamey les quatre ex-otages français que son pays « s’est employé » à libérer, précisait-il. C’était une occasion unique de prouver, via les écrans, à la France et au monde, qu’il contrôlait un peu de son désert. Au cœur du Sahel, l’un des pays les plus pauvres du monde sert de base aux terroristes islamistes, de passage à la drogue et aux armes, de réservoir aux migrants vers l’Europe. 30 000 clandestins Africains ont migré en Libye via le nord du Niger entre mars et août 2013, selon l’ONU.

Le Niger détient aussi des gisements d’uranium qui sont sa richesse unique. Ils sont exploités à Arlit par la compagnie française Areva, pour laquelle travaillaient les quatre Français. Le président nigérien, élu en mars 2011, est un ancien cadre d’Areva. Diplômé de l’école des mines de Saint-Étienne, membre de l’Internationale socialiste, il entend à la fois rassurer les Occidentaux sur la bonne gouvernance de son pays et mieux négocier les conditions d’exploitation de son uranium avec Areva. Mahamadou Issoufou estime que « ce secteur de l’uranium doit nous fournir davantage de revenus ».

En 2008, Areva avait accepté une « augmentation des prix d’environ 50 % » en échange du permis d’exploitation du gisement d’Imouraren, l’un des plus grands du monde. Aujourd’hui, la compagnie française retarde son exploitation et les conditions du marché de l’uranium sont en train de changer. Les cours mondiaux sont passés de 138 dollars (102 €) la livre en juillet 2007 à 35 dollars (30 €) aujourd’hui. Des nouveaux pays de production, comme la Mongolie, proposent aux expatriés des conditions de sécurité meilleures que le Niger. Alors, Mahamadou Issoufou voudrait rassurer Areva avant d’être certain de posséder d’autres richesses alternatives. C’est peut-être pour demain. Les Chinois commencent à exploiter des champs de pétrole dans l’est du Niger.

Quel est l’état des forces d’Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) ?

Au faîte de sa puissance lors du rapt d’Arlit, il y a trois ans, « Aqmi est aujourd’hui très affaibli », estime Mathieu Guidère, professeur d’islamologie et de pensée arabe à l’université Toulouse-II le Mirail. Réunissant environ 1 500 combattants en 2010, le mouvement n’en compterait plus que 500 aujourd’hui. Une division par trois de ses effectifs, qui résulte de défections et de décès, intervenus dès le début de l’opération militaire au Mali, en janvier.

Aqmi a également perdu une partie de son équipement à cette occasion, les militaires français ayant découvert des armes et des véhicules dans des grottes ou parfois sous terre. Le commandement d’Aqmi s’est quant à lui affaibli. Deux de ses trois chefs de brigades ont été tués, dont Abou Zeid. Le troisième, Mokhtar Belmokhtar, a fait sécession avec un groupe de combattants, les « enturbannés ».

 « Cette déstructuration a profité à d’autres », poursuit Mathieu Guidère. En août dernier, Mokhtar Bel­mokh­tar, qui a étoffé son arsenal en Libye, où il s’est un temps réfugié, a annoncé la fusion des « enturbannés » avec le Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), lui aussi né de sécessions d’Aqmi. Le mouvement né de cette alliance, baptisé « Al Mourabitounes » (les Almoravides), compte un millier d’hommes et évolue entre le Sud algérien et le Nord mauritanien. « C’est le groupe le plus structuré, le mieux armé et le mieux entraîné », explique Mathieu Guidère. Et d’ajouter?: « Malgré l’affaiblissement d’Aqmi, la menace terroriste reste latente car les groupes sont en recomposition. »

PIERRE COCHEZ et MARIANNE MEUNIER

Source : La Croix 30/10/2013

Voir aussi : Rubrique Afrique, Niger, Mali élections bidon mais profits béton, rubrique Economie, Areva,

Pas de réconciliation nationale au Mali sans acceptation des Touaregs

Un Touareg se promenant dans les rues de Kidal avec ses ânes.  Photo AFP

Un Touareg se promenant dans les rues de Kidal avec ses ânes. Photo AFP

La démocratisation et la stabilisation du pays sont les deux mamelles de la sécurité régionale, affirment Occidentaux et États voisins ; rien n’est moins sûr, rétorquent les politologues, pour lesquels le Mali reste la pièce maîtresse de « l’échiquier terroriste » au Sahel.

Après l’Afghanistan et les régions tribales du nord-ouest du Pakistan, le Sahel africain est devenu le terrain de jeu de prédilection des islamistes jihadistes. Depuis quelques années, ils y sévissent presque impunément, excepté en de rares occasions comme la récente intervention française au Mali (opération Serval) qui a mis les extrémistes au pas. Enclavé au cœur du Sahel, le Mali était la plaque tournante des jihadistes et une pièce maîtresse de « l’échiquier terroriste » instauré par el-Qaëda au Maghreb islamique (AQMI) dans la région. Quoique le conflit dépasse largement le cadre de ce pays, Occidentaux et États voisins, eux-mêmes concernés par la nébuleuse jihadiste, pensent que la sécurité régionale passe par la démocratisation et la stabilisation du Mali. Pour ce faire, après en avoir chassé les islamistes avec l’aide de quelques pays africains, la France a imposé un calendrier électoral en dépit des réticences de certains acteurs politiques locaux. La présidentielle, qui s’est tenue hier, est ainsi censée sceller la « réconciliation » d’un pays divisé et rétablir l’ordre constitutionnel interrompu par le coup d’État militaire du 22 mars 2012, qui avait renversé le président élu Amadou Toumani Touré (surnommé ATT). Le président malien par intérim, Dioncounda Traoré, et même le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, avaient prévenu d’avance que ce scrutin serait « imparfait », mais qu’il faudrait néanmoins en « accepter » les résultats.

Le pari de Paris

L’élection présidentielle malienne est-elle réellement la solution miracle tant souhaitée par les parties prenantes au conflit ? Les jihadistes sont-ils définitivement muselés, au Mali, et dans le Maghreb par extension ? Selon les analystes, rien n’est moins sûr : la solution ne peut être que régionale et globale, d’autant que le problème implique tous les pays du Sahel et de l’Afrique du Nord.

Roland Marchal, chargé de recherche au Centre national de recherche scientifique (CNRS) et au Centre d’études et de recherches internationales (CERI), estime que la présidentielle malienne relève d’un pari de la France et, derrière Paris, de la communauté internationale. « Il y a consensus sur le fait qu’il faut changer, avoir un nouveau président pour achever les tâches de la transition débutée en avril 2012. Mais nombre d’observateurs, maliens et étrangers, s’inquiètent du fait que des élections tronquées à cause de l’empressement à tenir une date puissent aboutir à des fraudes substantielles », déclare M. Marchal, faisant allusion notamment au nord du Mali. L’analyste s’inquiète d’une forte contestation qui minerait les efforts du président élu. « S’il faut opérer une refondation de l’État malien, mieux vaut donner aux populations l’assurance qu’elles sont toutes partie prenante de ce projet. Aujourd’hui, une partie de la jeunesse et de la diaspora (et des zones entières du pays) peuvent en douter », affirme-t-il.

Confirmant cette fragilité du processus électoral, le général Grégoire de Saint-Quentin, qui a commandé l’opération Serval, a reconnu que le Mali n’est pas encore « complètement stabilisé ». « D’une part, le général de Saint-Quentin a raison car les jihadistes ont un enracinement social ; en particulier dans la région de Gao et les villages alentour, mais aussi à Bamako où près de 20 % de la population est wahhabite (bénéficiant du soutien du Qatar et de l’Arabie saoudite) », assure Michel Galy, politologue et professeur de géopolitique à l’Ileri (Institut des relations internationales, Paris) et coauteur de La Guerre au Mali, comprendre la crise au Sahel et au Sahara, enjeux et zones d’ombre (éditions La Découverte). « D’autre part, les Touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) veulent instaurer leur Etat dans le nord du Mali », poursuit-il, relevant que beaucoup de problèmes ont entaché la tenue du scrutin. Il s’est tenu en plein ramadan et à la saison des fortes pluies, ce qui fait craindre une possible faible participation des électeurs. « Les listes électorales étaient incomplètes car basées sur un vieux recensement ; les jeunes de 18 à 20 ans n’y étaient pas comptabilisés », ajoute-t-il, soulignant que beaucoup de votants au Nord n’ont pas eu leurs cartes électorales car n’ayant pas de carte d’identité. « Mais même si 20 % des électeurs ne votent pas, cela reste mieux que d’avoir un gouvernement fantoche comme celui de Dioncounda Traoré qui est illégitime. Ma position personnelle est qu’un président élu, même avec des imperfections, reste meilleur et plus légitime que M. Traoré qui est un président intérimaire non élu », assure M. Galy.

Réconciliation nationale
Pour Philippe Hugon, de l’Institut de recherches internationales et stratégiques (IRIS) et auteur de Géopolitique de l’Afrique (Paris, A. Colin 2013), la question de la légitimité du nouveau président est centrale. « Bien entendu, il y aura des contestations liées aux listes électorales et aux organisations matérielles du vote, aux difficultés de vote des réfugiés ou déplacés (environ 500 000), aux difficultés d’organisation dans la région de Kidal (malgré l’accord de Ouagadougou) ou aux insécurités lors du vote », dit-il. Selon lui, la question reste toutefois de savoir quelle sera l’ampleur de ces difficultés et les écarts entre les candidats pour le premier et, vraisemblablement, le second tour du scrutin. « Une nette victoire d’un des candidats ne remettrait pas en cause la légitimité de son élection, mais il est important que le Nord puisse voter, même s’il ne représente que 37 000 électeurs sur 6,8 millions », estime-t-il.
De ce qui précède découle le thème-clé de la présidentielle : la réconciliation nationale. « Le Mali a su historiquement gérer les différences, même si la question touareg est restée permanente entre révolte, répression et négociation », poursuit M. Hugon. Pour lui, les facteurs de division sont largement extérieurs au Mali : AQMI bouté hors d’Algérie, mercenaires revenant de Libye après la chute de Kadhafi, développement des trafics, diverses mouvances composées d’Algériens ou de Mauritaniens. « Il faut évidemment que des droits soient reconnus aux différentes communautés et minorités. Ce qui suppose un approfondissement de la décentralisation, l’autonomie des provinces et/ou une institution des règles de partage des rentes minières à venir », affirme l’analyste.

Le vrai débat
« Les élections ont un objectif limité, mais il est clair que le fossé ne peut être comblé ainsi », estime Roland Marchal. L’accord de Ouagadougou, signé en juin 2013 entre les rebelles touareg et l’Etat malien, le dit déjà : il y aura un processus de réconciliation à la suite de l’élection présidentielle, quel que soit l’élu. « Le vrai débat est sur la forme de ce processus et sur l’association des autres régions du pays à une discussion qui, sur bien des points, touche à des revendications communes : la décentralisation, la transparence de l’administration locale, la lutte contre la corruption (…) », ajoute M. Marchal.

Ce qui est à noter, relève pour sa part Michel Galy, c’est l’inversion entre Paris (l’Occident en général) et Bamako. « Au Mali, ce sont les Touareg qui sont rejetés et mal acceptés, alors qu’à Paris, ils sont plutôt bien vus. À Bamako, les jihadistes sont tolérés, en dépit de leur extrémisme, car ils sont considérés comme des citoyens maliens, contrairement aux Touareg. En Occident, les jihadistes font peur », dit-il. La réconciliation nationale se jouera donc, pour les Maliens, au niveau de l’acceptation des Touaregs. M. Galy poursuit sur sa lancée : « Militairement parlant, l’opération Serval a été une réussite (toutefois confinée au Mali). Elle a arrêté la progression des jihadistes vers Bamako, les a refoulés au Nord et les a neutralisés après de rudes combats. Des centaines de combattants jihadistes ont été tués ou détenus, tandis que le reste s’est éparpillé dans les pays voisins comme la Libye, l’Algérie, le Niger ou la Mauritanie. » Et c’est là où le danger guette, selon l’expert. Le conflit risque de s’étendre à ces pays frontaliers et pourrait embraser tout le Sahel. « Il y aura certainement des attentats ponctuels au Mali, mais la crainte est que les jihadistes ne se lancent dans des opérations terroristes du style de celles qui ont eu lieu récemment à Arlit (au Niger) et In Amenas (en Algérie) », déclare-t-il, redoutant un « scénario catastrophe » plus pessimiste encore : un enracinement islamiste, une extension de la nouvelle « guerre nomade » aux pays limitrophes du Mali, à commencer par le Niger.

Le silence de l’UE
Cette « guerre nomade » pourrait s’étendre vers l’ouest du continent africain depuis le Sahara occidental, avec le Front Polisario pour fer de lance. « Des combattants du Polisario, de Boko Haram (secte islamiste nigériane) et des shebab somaliens ont combattu avec les jihadistes maliens », rappelle l’analyste ; cela a engendré des liens entre les différents mouvements. « La crainte est de voir s’embraser une bande de terre allant d’Est en Ouest (séparant l’Afrique du Nord de l’Afrique subsaharienne) », selon lui, une alliance des islamistes avec le Polisario créant une ceinture de feu sur le continent africain.

« L’opération Serval a été une grande réussite sur le plan militaire face à la défaillance des armées africaines (exception faite des Tchadiens et des Nigériens) et du silence de l’Union européenne », renchérit Philippe Hugon. « Bien entendu, elle ne règle pas la question de fond de la lutte contre les jihadistes. Ceux-ci se sont en partie disséminés, notamment au sud de la Libye, et ont encore des moyens de nuisance », ajoute l’expert. L’espace de l’arc sahélo-saharien est gigantesque (20 fois la superficie de la France), rappelle-t-il, et les réseaux de trafic n’ont pas été éradiqués. De plus, ajoute le chercheur, les jeunes ont très peu de perspectives d’insertion dans une zone qui n’a pas enclenché sa transition démographique, formant ainsi un terreau fertile pour les islamistes.

Décalage
Un avis partagé par Roland Marchal, pour qui « l’opération Serval n’est qu’une opération militaire et, comme telle, elle peut être considérée comme une réussite ». Le problème, selon lui, est le décalage entre cet aspect militaire et la stratégie politique mise en œuvre. « Une stratégie un peu simpliste », assure l’expert. « Les militaires français savent qu’il faut poser le problème régionalement ; mais peut-on, comme le fait la France ou l’Union européenne, se limiter à une stratégie sahélienne alors que des États comme la Libye, l’Algérie et la Tunisie sont volontairement ou non des acteurs de la crise ? » se demande l’analyste. « La définition de stabilité est très politique », poursuit-il. « En 2010, la communauté internationale estimait le Mali stable alors que pratiquement tous les ingrédients de la crise étaient là. On peut, sans se tromper, estimer que la résolution de la crise sera longue et qu’elle dépasse de loin le Mali. Celui-ci peut retrouver une normalité (au sens de 2010), mais les États de l’ensemble de la zone doivent savoir qu’il n’y aura qu’une solution collective », conclut M. Marchal.

Son confrère Philippe Hugon estime, lui, que le Mali a été au cœur des réseaux jihadistes du fait de la faiblesse, voire de la connivence, des autorités politiques et militaires à l’époque d’Amadou Toumani Touré. « L’armée est à reconstruire. Le pouvoir politique doit être légitimé. La présence des Casques bleus accompagnant les forces françaises doit assurer la sécurité. Le futur dépendra de la reconstruction économique et des perspectives d’insertion des jeunes, actuellement prêts à se mobiliser pour des causes extrêmes », dit-il.

Les apprentis sorciers
Autre son de cloche du côté de Michel Galy. D’après l’analyste, les États-Unis ont voulu jouer aux apprentis sorciers dans la région. Ils ont dépensé beaucoup d’argent pour ce qu’ils ont appelé « l’Initiative Pan-Sahel ». Washington a formé et fourni du matériel à des hommes pour combattre les islamistes. « Mais cela s’est retourné contre eux et s’est terminé en catastrophe », estime M. Galy. « Le capitaine Amadou Sanogo, parfait anglophone formé aux États-Unis, est devenu le chef des putschistes ; certains militaires, eux, sont passés du côté des rebelles touaregs », ajoute-t-il. Il faut savoir en outre que, depuis des siècles, pour les Touaregs et les Arabes, leur mode de vie est basé sur la guerre qu’ils considèrent valorisante, rappelle le chercheur. « Ainsi, depuis 1960, cinq rébellions touaregs ont eu lieu », note-t-il, insistant sur le fait que le problème, chose que l’Occident a tendance à occulter souvent, est également d’origine « culturelle ».

Et M. Galy de conclure : « Les islamistes jihadistes se sont infiltrés dans la brèche laissée par les gouvernements successifs corrompus. Ils offrent des services sociaux divers (scolarisation, hospitalisation, aides humanitaires, etc.), se substituant ainsi au gouvernement central ; et bâtissent de la sorte leur base partisane. » Pour pallier au problème, dit-il, le meilleur remède passe par le développement économique et social des régions pauvres ; mais pour cela, il faudrait un gouvernement central fort et non corrompu.
En espérant, pour le Mali, que la présidentielle d’hier puisse accoucher d’une telle quasi-utopie…

Joe Mezher

L’Orient du Jour 29/07/2013

Voir aussi : Rubrique Afrique, Mali, rubrique Livre, Géopolitique de l’Afrique,