Roman. Dans les geôles sinistres du Baron Duvalier

 Un rappel du prix à payer pour rester libre  Crédit Photo dr


Un rappel du prix à payer pour rester libre Crédit Photo dr

Roman * A l’ombre du Baron
Le premier roman de Fabienne Josaphat, originaire de Haïti vivant aujourd’hui à Miami plonge avec une grande authenticité aux racines  d’un vécu noir et douloureux.

On sait que le roman est un relais permettant une connaissance active du champ social. Le contexte que dépeint Fabienne Josaphat, Haïti en 1965, offre une lecture politique de l’histoire du pays et une vision générale de la société sous François Duvalier, allias «Papa Doc». Une vision noire qui entraîne progressivement le lecteur dans les lieux les plus sombres de la dictature.

Au volant de son vieux taxi Raymond  masse de ses doigts crasseux le visage du dictateur imprimé sur les petits billets que lui laissent ses clients. Pas de quoi subvenir aux besoins élémentaires de sa famille mais comme la majorité du peuple haïtien, il trime pour s’en sortir à l’ombre des villas magnifiques des dignitaires du régime et autre diplomates étrangers. Raymond  connaît Port-au Prince comme sa poche. Il a vu la ville se métamorphoser du temps de l’ancien président Malgloire les touristes étaient plus nombreux mais maintenant il doit satisfaire ses clients du mieux qu’il peut afin d’assurer le repas du soir avant le couvre feu. Son frère Nicolas paraît plus conformiste. Il enseigne à la faculté de droit et gagne bien sa vie. L’intellectuel occupe son temps à la rédaction d’un livre, fréquente la bourgeoisie et snobe son frère  en méconnaissant ses vraies qualités.  Leur destin va devenir cauchemardesque mais il ne le savent pas encore.

Loin de vouloir entretenir un divertissement inoffensif, à partir de l’histoire de ces deux frères, Fabienne Josaphat, tisse une intrigue haletante au coeur de laquelle se glisse une forte connotation politique. A l’ombre du Baron dévoile les crimes de «Papa doc», les crimes du pouvoir et toutes les causes bonnes à le servir. Lutte des classes, négritude, militant de la cause noir, combat contre le communisme, contre la religion catholique, sécurité de la nation,  accord avec le Vatican transgression des droits civiles et des droits de l’homme, toutes les causes opportunément défendues en sont aussi la négation. Le Vaudou en faisait partie, le Baron sur lequel Duvalier à modeler son image est représenté vêtu d’un chapeau haut de forme blanc, de lunettes de soleil dont un verre est cassé, avec du coton dans les narines. C’est l’esprit de la mort et de la résurrection.

Si ce roman pourrait être lu comme une forme de procès différé de François Duvalier, le processus de  détermination aveugle déployée par le dictateur pour se maintenir au pouvoir peut également être utilisé comme schème de critique de nos sociétés. Sous Duvalier père cette violence usurpatrice a duré près de 15 ans. Et elle semble s’être inscrite dans le temps Haïtien avec  «-Bébé Doc-» le fils Duvalier, les militaires, Jean-Bertrand Aristide …

Aujourd’hui encore la corruption et le chaos règne. Cela s’est tristement illustrée lors du tremblement de terre de 2010 et figure désormais dans les anales comme un des plus grand échec de la coopération internationale.  Le voyage noir que nous propose ce premier roman livre des clés de compréhension et d’humanité.

JMDH

Source La Marseillaise 14/04/2017

* A l’ombre du Baron, ed Calmann Lévy 19,90 euros

Voir aussi : Rubrique  Livre, rubrique Haïti, rubrique Rencontre Gary Victor, Elvire Maurouard debout dans les ruines, Trois rencontres avec le poète James Noël,

 

Maison de la poésie Jean Joubert. Printemps des Poètes

James Noël parrain du festival à Montpellier Crédit Photo dr

James Noël parrain du festival à Montpellier Crédit Photo dr

La Maison de la poésie Jean Joubert se prépare à la fête.

L’édition 2017 du Printemps des Poètes débute à Montpellier dans la nouvelle page de l’histoire de la Maison consacrée renommée le 7 octobre 2016, Maison de la poésie Jean Joubert. Ce lieu soutenu par la ville depuis 2010, est ouvert sur le monde local et international pour le plaisir du public montpelliérain. Il est à l’origine du label  « Ville en poésie », obtenu en 2012. Le 19ème Printemps des Poètes, aura pour thème national « Afrique(s) ». Le jeune Haïtien James Noël, invité en décembre 2016 en sera le parrain. Il se produira avec Arthur H, pour une lecture concert de La migration des murs, texte essentiel en pleine résonance avec notre époque.

En partenariat avec l’Institut Confucius, la Maison Jean Joubert construit une rencontre passionnante autour de trois poètes, artistes et calligraphes chinois. A noter également, la présence de la poète tahitienne Flora Aurima Devatine publiée aux Editions Bruno Doucey.

Ce Printemps rayonnera aussi fortement à partir de ce noyau que constitue la création poétique dans notre territoire. Valery Larbaud, le poète aux longs séjours montpelliérains, qui célèbre la ville dans de nombreux textes, sera mis à l’honneur à l’occasion des soixante ans de sa disparition.

Parmi les invités figurent plusieurs de ses confrères vivant à Montpellier ou à proximité : Laurent Grison, Michaël Glück, Patricio Sanchez, Sandrine Cnudde, Guillonne Balaguer, Lili Frikh, qui tous ont une riche actualité de publication.

Et c’est avec l’immense Frédéric Jacques Temple, l’un des plus anciens compagnons de route de la Maison de la Poésie, que s’annonce le Printemps, par un prélude, en février, autour de son nouveau livre.

Cette année encore, les partenariats noués favorisent de belles collaborations artistiques. Une soirée est programmée salle Molière avec la grande violoniste Dorota Anderszewska, autour des textes de Laurent Grison en partenariat avec OONM. On retrouve les partenaires habituels du Printemps : la médiathèque centrale Émile Zola, l’Institut Confucius de Montpellier, la Société des poètes français, Radio FM+, Radio Clapas, le comité de quartier Saint Roch, Radio Aviva, ainsi que l’ensemble des collectivités.

Tous les alliés sont à l’œuvre pour que le Printemps soit un temps fort de la Poésie à Montpellier. Poésie libre pour une parole si nécessaire dans les temps que nous traversons.

Printemps des poètes du 4 au 19 mars 2017

Source La Marseillaise

Voir aussi : Actualité Locale, Rubrique Montpellier, rubrique Poésie,

Poésie. Trois rencontres à Montpellier avec le poète James Noël

Jamesss_wiiiiiiiJames Noël est né à Hinche (Haïti) en 1978. Poète prolifique, il écrit dans deux langues : « Le créole pour la main gauche, le français pour la main droite. » Son premier recueil de poèmes, Poèmes à double tranchant (Seul le baiser pour muselière), publié en 2005, est ainsi présenté par le poète Frankétienne : « Un recueil de poésie à double tranchant, esthétique et idéologique, à résonance individuelle et collective… Entrez dans l’univers fabuleux du poète, vous en sortirez ébloui, transfiguré ! »

En 2006, il publie Le Sang visible du vitrier, qui reçoit une mention spéciale d’excellence au Grand prix des Amériques Francophones à Montréal en 2007. Considéré comme la révélation de l’anthologie L’Année poétique 2008, James publie régulièrement, chez des éditeurs haïtiens, québécois, français, des livres marqués par le sceau d’une grande originalité :  Le Pyromane adolescent (2013), Cheval de feu (2014), La Migration des murs (2012/2016). Ses publications lui valent de nombreuses distinctions, et il est pensionnaire de la Villa Médicis en 2012.

Mardi 13 décembre, 19h: Maison de la Poésie Jean-Joubert ; mercredi 14 décembre, 16h-18h : site universitaire Saint-Charles de l’Université Paul-Valéry ; mercredi 14 décembre, 20h-21h30 : boutique d’écriture & Co ,

Source : La Marseillaise

Voir aussi : Rubrique Agenda, rubrique Livre, Poésie, rubrique Montpellier,

 

Voir aussi : Actualité Locale : rubrique Livre, Littérature, Poésie rubrique Edition,  rubrique Montpellier,

Le prix Femina décerné à l’Haïtienne Yanick Lahens pour « Bain de lune »

1060357_le-prix-femina-decerne-a-lhaitienne-yanick-lahens-pour-bain-de-lune-web-tete-0203908648300_660x352p

« Bain de lune », est un roman sur Haïti, traversé par la destruction, l’opportunisme politique, les familles déchirées mais aussi les mots magiques des paysans qui se fient aux puissances souterraines.

Haïti est à l’honneur. Vaudou et vent d’ailleurs ont soufflé lundi sur le prix Femina qui a sacré l’Haïtienne Yanick Lahens pour « Bain de lune », ample roman d’une violente beauté sur son pays, traversé par les cataclysmes, les magouilles politiques et les puissances invisibles.

« C’est une merveilleuse surprise et une reconnaissance pour la littérature francophone en Haïti », a dit à l’AFP, Yanick Lahens, radieuse. « J’habite très très loin du monde parisien de l’édition. Ce roman, et ce prix, témoignent de la force de la culture haïtienne », a poursuivi la lauréate, née à Port-au-Prince en 1953 et grande figure de la littérature haïtienne francophone. Elle est aussi très engagée dans le développement social et culturel de son pays. « Je suis très sensible au fait que le jury a compris que cette histoire, si elle se passe en Haïti, est universelle ».

Pour Christine Jordis, porte-parole de ce jury exclusivement féminin, « Bain de lune » (Sabine Wespieser) est un « beau roman qui a le sens du mystère et de l’invisible et qui nous sort de notre horizon habituel. L’auteure évoque les ancêtres disparus, à l’influence très forte sur les vivants ».

En 2013, déjà, les dames du Femina avaient récompensé une romancière venue d’ailleurs, la Camerounaise d’expression française Leonora Miano, pour « La saison de l’ombre » (Grasset). « Mais c’est un hasard », assure Paula Jacques, également jurée.

Amour et mort

Après des études en France, Yanick Lahens est retournée en Haïti enseigner la littérature à l’université jusqu’en 1995. Elle a aussi été journaliste. Elle a cofondé l’Association des écrivains haïtiens, qui lutte contre l’illettrisme, et créé en 2008 « Action pour le changement », qui forme notamment les jeunes au développement durable et a permis de construire quatre bibliothèques en Haïti.

Brossant sans complaisance le tableau de la réalité haïtienne dans ses livres, Yanick Lahens a publié en 2000 son premier roman, « Dans la maison du père » (Serpent à plumes). Chez Sabine Wespieser, sont parus en 2008 « La Couleur de l’aube », prix du livre RFO et prix Richelieu de la Francophonie, « Failles », récit inspiré du séisme qui a frappé Haïti en 2010, puis « Guillaume et Nathalie », prix Caraïbes 2013.

Tout sourire, son éditrice Zeruya Shalev à la tête de la maison éponyme fondée… le 11 septembre 2001, s’est réjouie de « ce formidable encouragement pour l’édition indépendante. C’est aussi un excellent signe pour les libraires indépendants qui ont beaucoup soutenu ce roman ». « J’ai aussitôt fait réimprimer 30.000 exemplaires de +Bain de lune+, tiré initialement à 10.000 », précise-t-elle à l’AFP.

Dans le roman, un pêcheur découvre une jeune fille échouée sur la grève. La voix de la naufragée, qui en appelle aux dieux du vaudou et à ses ancêtres, scande cet ample roman familial qui convoque trois générations pour tenter d’élucider le double mystère de son agression et de son identité. Près de là, à Anse Bleue, les Mésidor, seigneurs du village, et les Lafleur, se détestent depuis des lustres. Quand Tertulien Mésidor rencontre Olmène (une Lafleur), le coup de foudre est réciproque. Leur histoire va s’écrire à rebours des idées reçues sur les femmes soumises et les hommes prédateurs. Mais, dans cette île balayée aussi par les ouragans politiques, la terreur et la mort s’abattent sur Anse Bleue…

Yanick Lahens a reçu en 2011 le prix d’Excellence de l’Association d’études haïtiennes pour l’ensemble de son oeuvre. Membre du Conseil international d’études francophones, elle a fait partie du cabinet du ministre de la Culture, Raoul Peck (1996-1997). Elle a reçu cette année le titre d’officier des Arts et des Lettres.

Le Femina étranger à Zeruya Shalev

Pour le Femina étranger, le jury a choisi une autre femme, l’Israélienne Zeruya Shalev, pour « Ce qui reste de nos vies » (Gallimard, traduit de l’hébreu), envoûtante variation, sur les mystérieux liens tissés entre parents et enfants, au soir de la vie d’une mère. La lauréate a été distinguée au quatrième tour par cinq voix contre quatre au romancier irlandais Sebastian Barry.

L’historien de la Rome antique Paul Veyne (84 ans) a remporté quant à lui le Femina de l’Essai pour l’attachant livre de souvenirs, « Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas » (Albin Michel).

Source : Les Echos.fr 03/11/2014

Voir aussi : Rubrique Livres Littérature, Editions,

Entretien avec Dany Lafferière. Un jardin imaginaire nourri par la réalité

Dany Laferrière. Photo David Maugendre.

Dany Laferrière: J’ai voulu mettre les gens dans leur lumière naturelle. Photo David Maugendre.

Tout bouge autour de moi n’est pas un livre de plus ni un retour sur la vision catastrophique d’un pays détruit par le séisme. Ce pourrait même être tout le contraire. Rencontre avec l’auteur haïtien Dany Laferrière Prix Médicis 2009, pour L’Enigme du retour.

Votre livre apporte un regard nouveau sur la catastrophe à laquelle vous avez assisté en direct. D’où vient cette distance qui imprègne votre récit ?
Au moment du tremblement de terre je me suis tenu à mon carnet de notes. Dès les premières secousses je me suis concentré sur l’écriture, par réflexe. L’homme est un animal. Je pensais maintenir la peur à distance cela a marché jusqu’à ce que la panique intérieure me rattrape. A cet instant, je me disais vraiment que la mort allait me surprendre. Ensuite j’ai pris de la distance en adoptant un ton au plus près de la réalité, là où se situe la dignité du peuple.

Votre livre regorge d’images proprement littéraires. Le séisme s’est attaqué au béton en laissant survivre la fleur dites-vous ?

Ces images me sont venues face à un événement spectaculaire, inattendu, dont la force efface le paysage et les hommes. Dès que j’ai pu retrouver un peu mes esprits, je suis allé dans le jardin de l’hôtel où je me trouvais pour voir l’état des fleurs à longues tiges. Je pensais qu’il n’en resterait rien mais elles étaient là indemnes. Le partage de ces émotions s’adresse au simple lecteur, que je considère comme le plus haut grade de la littérature.

Votre version se présente comme une antithèse de ce qui a été montré à la télé où les Haïtiens semblaient fixés dans leur statut de victimes…
Les médias ont beaucoup filmé les scènes de pillages alors que dans l’ensemble les gens se sont conduits avec beaucoup de sérénité et de pondération. On a focalisé sur les équipes de secours étrangères. Ils ont parlé d’eux-mêmes. Je pense que l’on aurait dû être beaucoup plus attentif à la vie quotidienne, parce que le quotidien dure plus longtemps qu’un tremblement de terre. Et il absorbera le séisme.

La télé transforme tout en fiction, est-ce en travaillant l’imaginaire que l’on parle du réel ?

La TV a filmé les décombres. Moi j’ai voulu mettre les hommes dans leur lumière naturelle. J’ai consacré les trois quart du texte aux gens pour ne pas nourrir le monstre. Le 12 janvier, des milliards ont été envoyés pour la reconstruction. Comment les Haïtiens faisaient-ils avant ? Voilà une question que personne ne pose.

Le séisme semble avoir ramené votre regard sur la force de la culture ?

Je montre un peuple qui souffre dont le vernis culturel n’a pas craqué. Ce n’est pas chaque jour que meurt 300 000 personnes. A Haïti la culture est tout ce qui structure l’individu. Quand on a rien il reste cela. C’est au nom de la culture et à travers elle que les gens vivent. Le confort n’est pas la mesure de toute chose. Toute analyse internationale se fait autour du confort. Je m’efforce de montrer tous ce que les gens ont pu faire sans cela.

Vous assimilez la catastrophe à un instant pivot pour le peuple haïtien…

Il y a une énergie nouvelle dans la jeunesse qui sent que nous sommes arrivés à un moment où les Haïtiens vont pouvoir se faire entendre. Tout le monde a été touché par cette histoire. Haïti a pénétré la conscience universelle. La catastrophe a permis que les gens se renseignent après avoir été touchés. Il y a un grain de tendresse chez les peuples du monde entier pour Haïti qui va se manifester. C’est le début d’une reconnaissance. Celui d’un autre regard.

Que vous évoque le retour de Duvalier ?

Je n’opine même pas sur son retour parce que le séisme l’a basculé dans le passé. Pour moi son dessein n’a aucune importance. Sa dictature fut un séisme, donc il a trouvé à qui parler.
Jean-Marie Dinh
Tout bouge autour de moi, Editrions Grasset, 15 euros