Crise: dialogue de sourds entre Europe et Amérique

A crise globale, réponse globale: cette devise, martelée lors de chaque sommet international, fait toujours figure de vœu pieu. Faire des appels à la coordination autre chose qu’une déclaration de principe, voilà à quoi vont travailler les argentiers des 19 grandes puissances et de l’Union Européenne, rassemblés à Washington pour le G20-finances.

Cette réunion est une étape vers le grand sommet de Cannes, les 3 et 4 novembre prochain. Elle mettra face-à-face Européens, Américains et pays émergents, trois groupes dont il ne sera pas simple d’accorder les intérêts et les stratégies. Notamment après que les divergences américano-européennes ont été étalées au grand jour lors du sommet des ministres de la zone euro, le week-end dernier en Pologne. Devant l’émissaire de Washington, le secrétaire au Trésor Timothy Geithner, le président de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker avait poliment relevé « des différences d’approche avec nos collègues américains ».

Relance contre rigueur

D’un côté de l’Atlantique, le nôtre, on se serre la ceinture: priorité au dégonflement des dettes publiques et à la réduction des déficits. De l’autre, on mise sur la relance budgétaire, en témoigne le plan pour l’emploi de 447 milliards de dollars que veut lancer le président Obama. Pourquoi ces divergences? « Certes, les Etats-Unis font face à des problèmes d’endettement et de déficit, commente l’économiste Elie Cohen. Mais ils ont le dollar, monnaie de réserve mondiale, très recherchée. Or, plus la crise se développe, plus les investisseurs ont besoin de valeurs refuge. Les bons du trésor américains sont donc à des niveaux historiquement bas », permettant ainsi à Washington un financement facile.

Barack Obama peut donc tenter de relancer l’économie à coups d’argent public, en ciblant particulièrement les ménages les plus pauvres. La zone euro peut-elle se le permettre? Prise globalement, sa situation économique est comparable à celle des Etats-Unis. C’est la fracture entre des pays en difficultés et d’autres bien-portants, mais peu enthousiastes à l’idée de régler la note pour tout le monde, qui ferme la porte à la relance.

« Notre logique, avec dix-sept Etats séparés, ne nous permet pas d’aller aussi loin que leur logique fédérale, reconnaît dans La Tribune le ministre belge des Finances Didier Reynders. Ils ont les bons du trésor américain alors que nous n’avons pas d’euro-obligations et que nous n’avons pas un budget fédéral fort ».

L’Europe sous pression

Il est donc à craindre que le G20 de Washington ne tourne au dialogue de sourds. D’un côté, des Européens réclamant le soutien américain à l’idée d’une taxe sur les transactions financières, déjà rejetée par Geithner. De l’autre, des Américains fatigués des chamailleries européennes, qui menacent la reprise économique mondiale.

D’autant que, pratiquant la relance quand le vieux continent se soigne à l’austérité, Washington craint d’être le dindon de la farce. « Si un pays fait de la relance budgétaire, il augmente la consommation, donc les exportations européennes sur ses marchés, explique Christine Rifflart, économiste à l’OFCE. Une partie des effets bénéfiques de la relance est donc captée par l’Europe ».

Mais c’est clairement sur l’UE que pèse la pression. Après les Etats-Unis, c’est le FMI qui a exhorté les capitales européennes à mettre plus d’argent au pot pour soutenir leurs banques. Et les chiffres de croissance publiés hier par le Fonds monétaire sont plus inquiétants pour la zone euro (1,1% en 2012 au lieu des 1,8% prévus) que pour les Etats-Unis (1,8% au lieu de 2,8%).

La question chinoise

Américains et Européens devraient au moins s’accorder pour demander plus d’efforts à la Chine, toujours priée de réévaluer sa devise nationale. Grâce à un strict contrôle des changes, Pékin arrive en effet à maintenir la valeur du yuan bien en-dessous de ce qu’elle devrait être. De là un avantage de compétitivité dénoncé comme déloyal par ses partenaires commerciaux.

D’après un document européen, cité par l’agence Reuters, « le G20 doit examiner avec soin le rôle que les régimes de change, et en particulier celui du renminbi [yuan] doivent jouer dans le rééquilibrage de la croissance mondiale ». Mais rien ne dit que le nouveau géant économique, et les autres pays émergents, soient prêts à jouer les infirmières pour Occidentaux affaiblis.

Dominique Albertini (Libération)

Voir aussi : Rubrique Finance rubrique UE,

Kourmanbek Bakiev : « Aucun pouvoir ne peut m’arrêter »

 Bakiev Kourmanbek mercredi 21 avril, à Minsk.

Le président déchu du Kirghizistan, Kourmanbek Bakiev, réfugié en Biélorussie, a affirmé mercredi 21 avril être toujours le chef d'Etat de ce pays stratégique d'Asie centrale. Le gouvernement kirghize intérimaire réclame pour sa part l'extradition de ce "criminel" et de ce "sadique".

Arrivé sous bonne escorte au siège de la Communauté des Etats indépendants (ex-URSS moins les Etats baltes et la Géorgie), à Minsk, sa terre d'exil, Kourmanbek Bakiev a lu un communiqué dans lequel il s'est posé en dirigeant de son pays. "Moi, Kourmanbek Bakiev, je suis le président élu du Kirghizistan et reconnu par la communauté internationale. Je ne reconnais pas ma démission. J'ai été élu président (...) et aucun pouvoir ne peut m'arrêter. Seule la mort peut m'arrêter."

"DES BANDITS TENTENT DE S'EMPARER DU POUVOIR"

Kourmanbek Bakiev a été renversé au début du mois par un soulèvement populaire sanglant à Bichkek, la capitale du Kirghizistan, à l'issue duquel l'opposition s'est emparée du pouvoir. Il s'était envolé le 15 avril du Kirghizistan pour le Kazakhstan voisin, remettant sa démission après des négociations coordonnées par la Russie et les Etats-Unis, les deux puissances qui disposent de bases militaires sur le sol kirghiz. Puis il a rejoint la Biélorussie, lundi 19 avril.

M. Bakiev n'a pas mâché ses mots à l'égard du gouvernement intérimaire, formé à la suite des affrontements sanglants du 7 avril entre manifestants de l'opposition et policiers, qui ont fait quatre-vingt-cinq morts. "Tout le monde doit savoir que les bandits qui tentent de s'emparer du pouvoir sont les exécutants d'une force extérieure et n'ont aucune légitimité", a-t-il lancé, sans pour autant préciser ses accusations sur l'identité de la puissance étrangère.

LE POIDS DE LA RUSSIE

Certains analystes estiment que la Russie soutenait en sous-main l'opposition à M. Bakiev, ce dernier étant revenu sur une promesse de fermer la base aérienne américaine, près de Bichkek, qui est essentielle au déploiement des troupes en Afghanistan. Moscou s'est d'ailleurs empressé d'établir des relations avec le gouvernement provisoire, débloquant une aide financière de 50 millions de dollars, sous forme de crédit et de don à cette ancienne république soviétique au bord de la ruine.

Les autorités kirghizes, qui accusent M. Bakiev de corruption, de népotisme, et d'avoir approuvé l'usage des armes contre les manifestants de l'opposition, ont pour leur part prévenu qu'elles allaient demander l'extradition du président déchu. "Tous ceux qui ont souffert pensent qu'il ne peut y avoir de refuge nulle part au monde pour ce sadique. Ce criminel doit être extradé vers notre pays", a ainsi lancé mardi la chef du gouvernement provisoire, Rosa Otounbaïeva, s'adressant à des journalistes.

Le Monde fr et AFP 21/04/10

Manifestation contre la corruption du régime du président Kourmanbek Bakiev

Quelque 3 000 partisans de l'opposition du Kirghizistan ont manifesté mercredi 17 mars à Bichkek pour protester contre la corruption du régime du président Kourmanbek Bakiev et les pressions dont sont victimes les médias indépendants et opposants, a constaté sur place une journaliste de l'AFP.

Les manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Bakiev, cesse de voler ton peuple" ou encore "Liberté pour Ismaïl Issakov", un ex-ministre de la défense passé à l'opposition et condamné en janvier à huit ans de prison. Les protestataires ont aussi crié des slogans de soutien à la radio en langue kirghize de Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL), qui est privée d'antenne depuis plusieurs jours. "Il faut créer des organes parallèles à ceux du pouvoir et avoir pour but de prendre le pouvoir", a déclaré devant les manifestants Omourbek Tekebaïev, un des dirigeants de l'opposition.

Kourmanbek Bakiev est arrivé au pouvoir en mars 2005 à l'issue d'une révolution émaillée de violences, promettant de démocratiser le Kirghizistan. Mais depuis, la plupart de ses compagnons de route ont rejoint l'opposition, accusant le président de corruption et de dérive autoritaire. Les militants des droits de l'homme sont de plus en plus critiques du régime, notamment en raison de la multiplication des attaques contre les journalistes et des poursuites judiciaires contre les opposants.

AFP 17/03/10


Le coup d'Etat au Kirghizistan montre la tragédie de l'Asie centrale

Après de violents affrontements, l'opposition a renversé le gouvernement au Kirghizistan. C'est le signe général de la mauvaise gestion et de la répression dans les pays d'Asie centrale que sont le Kirghizistan, l'Ouzbékistan, le Turkménistan, le Tadjikistan et le Kazakhstan, estime le quotidien The Times : "Les cinq pays, qui formaient autrefois le bas ventre musulman prospère et relativement stable de l'Union soviétique, affichent depuis leur indépendance un bilan misérable : régimes autoritaires, stagnation économique, violations des droits de l'homme et instabilité. … L'Asie centrale est une région immense, stratégiquement importante et potentiellement très riche. Les cinq nations disposent d'énormes ressources, très demandées en Chine, leur voisin oriental, et dans le sous-continent. Aucune d'entre elles n'a pourtant compris qu'un minimum de bonne gestion, de cohésion sociale et de tolérance politique sont nécessaires afin d'attirer les investissements étrangers. Le Kirghizistan est seulement l'exemple le plus récent de cette tragédie post-soviétique."

The Time 08/04/10

Voir aussi : Rubrique Asie centrale: Bichkek promet une enquête sur le déclenchement des violence au Kirghizistan, Kirghizistan l'armée mobilisée,