Quel avenir pour nos étudiants ? Quel avenir pour notre université ?

les-emplois-d-avenir-urgence-jeunes-chomeurs_reference

La réforme ParcourSup et son « monde »
par Angela Biancofiore, Professeur, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Un changement sans précédent voit le jour dans l’Education nationale :  la nouvelle plateforme ParcourSup oblige les lycéens à bien se « vendre » pour pouvoir être acceptés au sein de l’université. Une lettre de motivation est demandée pour chaque filière, un cv et des informations détaillées  sur les notes et appréciations figurant dans le bulletin scolaire.

Le lycéen est pratiquement obligé de se « faire aider » par les parents ou par des sociétés qui lui proposent des services pour 100€ minimum. Récemment, la directrice du Département d’Anglais dans notre Université de Montpellier 3 a reçu une élégante mallette provenant de  Cambridge de la part d’une société privée qui proposait ses services aux étudiants et aux lycéens.

Le savoir a un prix, le savoir est considéré à tort comme une arme de discrimination et de sélection. Par notre mobilisation, nous voulons libérer le savoir de sa conception « utilitariste » pour revendiquer notre statut d’enseignant-chercheur au sein d’une université ouverte et solidaire.

Les sociétés qui visent la privatisation de l’enseignement savent très bien que c’est une grosse affaire, l’université c’est rentable !

On peut donner l’exemple des USA où les parents doivent souvent s’endetter pour envoyer leurs enfants à l’école et à l’université (10 000 $ environ dans une université comme CUNY, New York, 40 000 $ à Harvard), ou bien c’est les étudiants qui s’endettent pour pouvoir payer leurs études.

Notre gouvernement a pour objectif (à peine caché) la sélection des élèves, en particulier ceux qui sont en bac pro, et la hausse à court terme des frais d’inscription : une libéralisation des politiques d’accueil et des frais d’inscription dans les différentes universités françaises qui sont déjà mises en concurrence.

Un lycéen doit pouvoir sélectionner la filière de son choix, il a aussi le droit de se tromper, de comprendre quel est le chemin à suivre. Il a le droit de s’instruire, de découvrir d’autres savoirs, d’autres champs de connaissance. Il est à l’université pour un apprentissage actif, où lui aussi participe à la construction de nouveaux savoirs.

La recherche scientifique et technologique avance très vite, ses résultats ne sont pas tellement divulgués dans la société, mais ce qui est plus effrayant c’est que la recherche risque d’être subordonnée de plus en plus à la logique marchande.

Or, nous enseignants-chercheurs, administratifs et étudiants de l’université Paul-Valéry et d’autres universités mobilisées aujourd’hui en France, nous réclamons le droit de dire « non » à ce type de savoir qui discrimine au lieu d’unir, un savoir au service du profit.

Le savoir est avant tout un bien commun, et l’enseignement un travail relationnel, tout se passe dans la relation.

A l’heure où j’écris l’une de mes étudiantes vient de tenter le suicide : ce n’est pas un cas isolé, l’an dernier aussi une autre étudiante a fait la même chose. Comment expliquer ceci ? Nous observons aujourd’hui une immense crise de valeurs : les jeunes ont besoin de valeurs « durables » comme l’entraide, la fraternité, la solidarité. Cela ne pousse pas spontanément, cela se cultive.

Un savoir ouvert, une université où chacun a le droit de s’exprimer et de choisir sa voie en adéquation avec ses qualités est absolument indispensable dans un monde fragile où la société civile peut rapidement se décomposer sous les coups réitérés des actes de violence de tout genre (y compris d’origine terroriste).

La violence se répand là où il y a l’ignorance et l’individualisme forcené. Notre société est dominée par une immense violence économique, avec ses mesures cyniques et ses licenciements en masse dictés par le souci d’augmenter les bénéfices des actionnaires.

Cette violence est vécue au jour le jour par les gens, par les jeunes en particulier, par les plus fragiles, elle est fortement ressentie dans leur corps, au sein de leur conscience, et joue un rôle actif dans leur existence.

Nous sommes face à un gouvernement qui augmente les subventions pour l’armée mais diminue le budget de l’éducation : on observe une diminution drastique des postes de professeurs des écoles dans notre région, une baisse considérable des postes au concours de professeurs (dans toutes les disciplines)[1]. Cela nous montre clairement le but du ministère : appauvrir les universités sous le masque d’une prétendue autonomie, précariser les jeunes professeurs jusqu’à la suppression définitive du CAPES  et de l’agrégation (comme en Italie par exemple), augmenter les frais d’inscription, amener les jeunes à s’endetter (comme en Angleterre et aux USA), transformer leur bourse enprêtétudiant. Un économiste pourrait déjà faire le calcul de l’immense chiffre d’affaire qui se cache derrière cette manœuvre.

Par cette mobilisation, nous réclamons le droit à la parole contraire, nous voulons freiner cette accélération vertigineuse de la machine.

Nous, comme d’autres secteurs de la société (cheminots, agriculteurs, hôpitaux).

La lutte sera longue, cela va demander un effort constant car les investisseurs qui songent à des universités privées n’ont pas de temps à perdre, ils veulent faire fructifier l’argent. Nous, les gens ordinaires, nous ne sommes pas dans leur course effrénée.

Au sein d’un monde de la démesure, nous réclamons la ré-humanisation des rapports de travail et la re-valorisation de l’acte même d’enseigner : afin d’ouvrir la voie et pas la fermer, ouvrir un horizon de possibilités à notre jeunesse et – dans une relation de confiance – lui transmettre des valeurs durables.

Angela Biancofiore


[1] Au Capes, le nombre de postes est stable pour quelques langues rares, mais baisse partout ailleurs. En japonais, catalan, il suffit de la suppression d’un ou deux postes pour que la baisse atteigne 50 %. Les disciplines qui recrutent le plus d’enseignants sont fortement impactées : environ 18 % de baisse des postes en mathématiques, 19 % en lettres modernes, 20 % en anglais et histoire-géo, 23 % en sciences de la vie et de la terre, 28,5 % en documentation et même

Un espace d’écriture s’ouvre sur la ville

Michel Simonot invité le 19 avril autour de « Le but de Roberto Carlos ». Photo dr

Michel Simonot invité le 19 avril autour de « Le but de Roberto Carlos ». Photo dr

La Baignoire met à l’honneur l’écriture dramatique contemporaine durant une semaine  avec  Horizon du texte, du 5 au 11 avril.

On y pense peu et pourtant, le théâtre d’aujourd’hui a besoin de textes, pour exister, pour dire ce qui va se jouer, ce qui se joue dans notre vie et dans notre monde. Les auteurs contemporains sont là. Perdus quelque part ils écrivent, souvent dans l’anonymat. On ne les voit pas à la télé, on les entend peu à la radio. On édite leurs textes avec parcimonie. Quand cela arrive, (rarement si le texte n’est pas monté), il faut encore les découvrir.

Offrant aux compagnies un lieu d’expérimentation de toute forme d’écriture scénique, la Baignoire promeut avec passion et pertinence les écritures contemporaines. Sans en faire des tonnes, son équipe remplit cette mission depuis de nombreuses années. « Reconnaître ces écritures c’est connaître mieux sa maison », avance-t-elle. « Notre action est de montrer que non seulement l’écriture contemporaine est accessible mais salutaire », souligne Béla Czuppon. « C’est à cet endroit que se constitue l’émancipation de l’individu qui ne se résume pas  comme certains le pensent à un consommateur de culture. »

Horizons de développement


Quoi de neuf en ce début de siècle ? interrogent les forces vives de la Baignoire avant de répondre du tac au tac « le texte et l’écriture ». Cette année on change l’eau, la programmation des Bains d’écriture qui associait des auteurs autour d’une savoureuse cuisine textuelle trouve une expansion avec Les horizons du texte.

En partenariat avec les Éditions Espaces 34, La Maison Antoine-Vitez, Centre international de la traduction théâtrale, la Maison Louis-Jouvet, école nationale supérieure d’art dramatique de Montpellier (Ensad) et l’université Paul-Valéry, la Baignoire propose une manifestation qui ouvre le champ sur l’écriture dramatique.

Du 5 au 11 avril se tiendront des lectures de textes d’aujourd’hui traduits ou écrits dans notre langue. L’idée est d’associer différents lieux de la ville en lien avec l’écriture dramatique pour ouvrir de nouveaux espaces de perception et de recherche et d’inviter le public à des lectures et à des tables rondes comme ce sera le cas au Chai du terral qui prolongera la manifestation festive le 12 avril à St-Jean-de-Védas en confiant une carte blanche à Sarah Fourage.

Samedi 5 avril la Baignoire investit la fac (Saint-Charles) pour inviter les étudiants à « entrer dans le cambouis » en retravaillant les traductions en compagnie des traducteurs de La Maison A.Vitez. « Nous avons la volonté de promouvoir les écritures au-delà d’un horizon professionnel et de donner le goût des auteurs contemporains. »

D’autres lectures seront prises en charge par des comédiens professionnels. Ce travail de fond mené à Montpellier par l’équipe de la Baignoire gagne vraiment à être connu. Les pros et habitués, amateurs de texte et d’expériences théâtrales en prise avec notre époque s’y retrouvent.

JMDH

www.labaignoire.fr

Source : L’Hérault du Jour, 31/03/2014
Voir aussi : Rubrique Théâtre,

Bibliothèque interuniversitaire : Le logiciel du ministère est allergique à la fusion

BIU de Montpellier III. Photo Rédouane Anfoussi

Enseignement supérieur. Souvent prise en exemple pour la qualité de son offre, la Bibliothèque interuniversitaire de Montpellier est coincée entre l’opération Campus et la loi d’autonomie.

L'autonomie des universités, la création des Pres (pôles de recherche et d’enseignement supérieur ) dans le cadre de la mise en œuvre du plan Campus, produisent de sérieux remous dans l’organisation de l’enseignement supérieur. Notamment pour le réseau des bibliothèques interuniversitaires dont tout le monde s’accorde à reconnaître l’intérêt essentiel. La situation actuelle nécessite « que soit entreprise dès 2009-2010 une réforme complète de l'organisation et du fonctionnement des BIU ». indique un rapport de l’Inspection générale des bibliothèques, adressé à Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, daté de septembre 2009 et récemment rendu public. Il souligne que « les restructurations universitaires en cours ne peuvent pas rester sans conséquence sur des bibliothèques interuniversitaires dont l'organisation générale n'a guère varié depuis plus de 30 ans ».


Un trou d’air dans la gestion

Mais les premiers pas de la réforme produisent quelques couacs notamment à Montpellier pourtant classé 2e université française pour son offre de documentation électronique. « La BIU est totalement prête pour la fusion des universités prévue en 2012, mais d’ici là il y a nécessité de gérer l’existant. Depuis que les crédits ont été défléchés, les universités ne disposent plus d’enveloppes pour la bibliothèque et doivent s’entendre pour la nourrir. » explique diplomatiquement le Directeur de la BIU, Jean-François Foucaud.

La BIU n’étant pas un établissement, elle doit être rattachée à une université. C’est Paul Valéry qui a la gestion des neuf sites depuis de nombreuses années. Le service commun de la Bibliothèque Interuniversitaire de Montpellier qui assure la documentation auprès des usagers des trois universités a vu récemment ses moyens remis en cause. " Un comble pour ce service déjà mutualisé ! souligne Juliette Philippe représentante du personnel. Les trois universités concernées par la fusion n’arrivent pas à se mettre d’accord. Deux titulaires rattachés à un atelier de restauration dans le cadre de la numérisation des ouvrages patrimoniaux ont déjà été remplacés par des contractuels affectés à une autre mission. Nous refusons que le personnel serve de variable d’ajustement. »

Le ministère botte en touche

La nouveauté vient du récent modèle ministériel d’allocation des moyens informatisés. (voir ci dessous) «  Le ministère a adopté le dispositif « Sympa » qui ne l’est pas, plaisante Michel Crespy membre du Conseil d’administration de Montpellier III, le logiciel ne prend pas en compte l’interuniversitaire. C’est sans doute une erreur de conception. Nous avons demandé au ministère de recalculer mais il retombe peu ou prou sur le même résultat. Et botte en touche en demandant aux trois universités de s’arranger entre-elles." Pour l’heure, Montpellier III se voit imputer les dépenses de fonctionnement près de 4M d’euros et cumule surtout le contingent des trois universités (157 postes) dans son personnel global ce qui fait exploser son plafonnement d’emplois (1). L’Université Paul Valery qui utilise 46 postes pour la BIU ne peut assumer seule le coût financier et cumuler la dotation en personnel.

Les négociations patinent

Depuis maintenant plus d’un an, les négociations se multiplient tantôt entre les trois président(e)s d’université, tantôt avec le ministère, tantôt avec le rectorat et vice et versa sans que des solutions satisfaisantes ne soient trouvées. Il a même été demandé à la direction de la BIU de restituer des postes, ce qui évidemment accentuerait le déficit déjà existant. « A ce jour, nous ne savons toujours pas comment ce problème sera réglé ? Nous demandons que cesse cette cacophonie et que la BIU, un modèle d’exception dans le paysage universitaire français, soit reconnue comme telle par ses instances de tutelle, » indique le personnel dans un communiqué.

Dans ce dossier, le ministère de tutelle apparaît quelque peu en contradiction avec son discours. Signe avant coureur d’un avenir prochain, la négociation interuniversitaire prend le pas sur la collaboration interuniversitaire. Dans le cadre des BIU, le défléchage des crédits ajoute à la confusion. La rétrocession des postes correspondants à la réalité du terrain pose problème à Montpellier I et Montpellier II qui craignent des coupes dans leur dotation globale. « Si nous ne parvenons pas à trouver un accord, il faudrait scinder les BU en trois, ce serait une erreur majeure que personne ne souhaite, observe Michel Crespy, Mais on n’en est pas là… »

Jean-Marie Dinh

(1) La loi LRU entrée en vigueur en 2007 modifie le type de gouvernance et donne une possibilité aux universités d’embaucher en plus des emplois d’Etat. Mais cette embauche est plafonnée.

La BU de Montpellier III un des neuf sites du service interuniversitaire classé second en France pour son offre numérique.


Un modèle "Sympa" mais limité

Le modèle SYMPA (Système de répartition des Moyens à la Performance et à l’Activité) marque une rupture profonde avec les autres modèles qui ont servi à justifier les allocations de moyens aux Universités. La rupture va bien au-delà de la simple introduction d’un critère dit de « Performance » dans les paramètres du modèle. Certes perfectibles, les modèles précédents prenaient comme point de départ les besoins des établissements pour mener leurs différentes missions. Tandis que SYMPA se borne à répartir, selon des critères simplistes, (la version du logiciel ne prend pas en compte la dimension interuniversitaire pourtant au cœur du projet Campus) les moyens emplois crédits  votés par le Parlement. « Si demain, l’Etat diminue la part de budget allouée aux dotations à l’enseignement supérieur public au profit - par exemple - de crédits d’impôts aux entreprises, les dotations théoriques des établissements se trouvent automatiquement diminuées dans les mêmes proportions. » souligne François-Gilles Carpentier, Maître de conférence à l’université de Bretagne. Elucubration théorique et technocratique coupée de la réalité des établissements, le modèle SYMPA ne prend pas en compte l’inégalité des territoires en terme d’accès à l’enseignement supérieur. L’Etat abandonne la mission consistant à assurer le fonctionnement de l’enseignement supérieur pour devenir un simple financeur parmi d’autres.

Quelle mise en perspective pour le modèle culturel français ?

Colloque. Un temps de réflexion pour les acteurs à l’occasion des 50 ans du ministère de la Culture au théâtre de la Vignette de Paul Valéry.

culture-f-pic

les commémorations se prêtent aux discours honorifiques. Photo DR

La Drac a impulsé  son second rendez-vous autour de la célébration du cinquantenaire du ministère de la Culture. Après le patrimoine monumental et avant la recherche archéologique des rivages méditerranéens (fin octobre à Arles), le colloque du théâtre de l’université Paul Valéry a permis aux acteurs du patrimoine, du livre, du cinéma et du spectacle vivant en région d’échanger sur l’évolution des politiques culturelles et de les confronter aux regards de leurs voisins européens.

Etat central

Sur le plateau, les acteurs français s’accordent sur le bien fondé du chemin parcouru cinquante ans après André Malraux. Le politologue Emmanuel Négrier pose la particularité d’un ministère qui « fait de la culture avec la politique et fait de la politique avec la culture ». Et les deux invités espagnol et germaniste expliquent comment l’impact de l’héritage historique lié au totalitarisme les a conduits à une certaine méfiance à l’égard de l’Etat. « Le système français reste une référence. Il a fait des émules à l’étranger », se félicite le directeur régional de la Drac Didier Deschamps. « En France, on observe une certaine permanence d’approche sur les grands axes de la politique culturelle française, souligne son homologue de la région Loraine Jean-Luc Bredel. Il n’y a pas de réelle fracture entre la politique culturelle de gauche et de droite. »

Décentralisation

La question de l’intervention publique dans le champ de la culture continue de se poser notamment à travers la montée en puissance des collectivités territoriales renforcée par les lois de décentralisation. « On a beaucoup progressé, indique le directeur de la culture du Conseil régional Fabrice Manuel, qui ne cache pas l’échec du transfert de l’enseignement artistique aux régions en 2004. « La spécificité de la Région est qu’elle se trouve à la croisée des volontés politiques, des acteurs culturels et des citoyensBeaucoup aimeraient que l’on rejoue la partition de l’Etat. Ce ne pourra être le cas parce qu’à un moment, il y a un retour de la dimension politique. » Face aux nouveaux défis posés par l’industrie culturelle, les nouvelles attentes des usagers ou l’intrusion du numérique, « la Région a un rôle de coordination avec l’Etat, mais elle ne pourra pas tout assumer. » prévient Fabrice Manuel.

Microcosme

Un peu plus tôt, évoquant la préciosité d’une œuvre comme La princesse de Clèves lors d’un succinct mot d’accueil, la présidente de Paul-Valéry Anne Fraisse a subtilement souligné la conception culturelle du Président de la République et la place des femmes dans la vie culturelle mettant en exergue, leur sous-représentation à la tribune. Comme les oraisons funèbres, les commémorations se prêtent aux discours honorifiques et font taire la critique.

Le patrimoine apolitique

Les questions du public ayant trait au nouveau Conseil pour la création artistique, à l’abandon des associations d’éducation populaire, ou à l’enjeu d’accompagnement que représente une vraie prise en compte de la société civile, sont restées sans réponse. Sans doute trop politiques … Les parures de la culture française sont-elles immortelles ? Certainement au regard des crédits consommés par le patrimoine. Le pays est déjà un musée et le premier budget que vient de faire connaître Frédéric Mitterrand entend clairement favoriser le patrimoine historique.

Qu’en est-il du renouveau ? « La véritable école du commandement c’est la culture générale » disait De Gaulle. Encore une question : Au-delà de la gloire passée et des belles pierres, comment perçoit-on la culture française à l’étranger, après le coup de boule de Zidane et le « Casse-toi pauvre con ! » du Président de la République ?

Jean-Marie Dinh

Voir aussi : Rubrique Politique culturelle, Elections régionales 2010 l’enjeu culturel, rubrique lecture, les 14 travaux de Frédéric, Rapport pour avis du député Marcel Rogemont sur les crédits création; transmission des savoirs et démocratisation de la culture du Ministère de la Culture et de la Communication présenté au nom de la commission  des affaires culturelles et de l’éducation  sur le projet de loi (n° 1946). Il contient de nombreuses critiques et propositions afin d’améliorer la situation.