UE : Vive passe d’armes entre Sarkozy et Cameron

Sarkozy et Cameron le 1er septembre dernier à Paris. Photo Patrck Kovarik.

Le président français, Nicolas Sarkozy, s’en est pris, dimanche 23 octobre, au premier ministre britannique, David Cameron, lors du sommet européen sur la dette, lui déclarant qu’il en avait assez de l’entendre dire ce qu’ils avaient à faire, a rapporté la presse britannique.

« Nous en avons assez de vous entendre nous critiquer et nous dire ce que nous avons à faire », aurait dit le président français à M. Cameron, selon le Daily Telegraph et The Guardian, citant des sources diplomatiques. « Vous dites détester l’euro, vous n’avez pas voulu le rejoindre et maintenant vous voulez vous ingérer dans nos réunions », aurait ajouté M. Sarkozy.

De son côté, le Times de Londres a fait état d’une altercation sans en préciser les détails. La grogne est montée dimanche parmi les dix Etats de l’UE non membres de la zone euro, Grande-Bretagne en tête, qui se plaignent de la volonté croissante des Etats utilisant la monnaie commune de prendre des décisions sans les consulter.

Fronde des Eurosceptiques

« La crise de la zone euro affecte toutes nos économies, y compris celle de la Grande-Bretagne, a martelé M. Cameron. Il est dans l’intérêt de la Grande-Bretagne que les pays de la zone euro règlent leurs problèmes. Mais cela devient dangereux – et j’en ai parlé franchement avec eux – s’ils prennent des décisions vitales pour les autres pays du marché unique, comme des décisions sur les services financiers, qui concernent tout le marché unique. » En conséquence, les Britanniques ont exigé et obtenu qu’un autre sommet réunissant tous les pays de l’UE soit aussi convoqué mercredi à Bruxelles.

David Cameron doit être confronté lundi à une vaste fronde au sein des rangs conservateurs à l’occasion d’un débat parlementaire sur l’organisation d’un référendum à propos de l’appartenance de la Grande-Bretagne à l’Union européenne. Le vote des députés n’aura aucune contrainte légale. L’issue du scrutin ne fait aucun doute puisque les libéraux-démocrates, partenaires de la coalition gouvernementale, et l’opposition travailliste voteront dans le sens réclamé par le premier ministre, hostile à un tel référendum. Cette initiative constitue toutefois un défi sans précédent à l’autorité de M. Cameron sur le Parti conservateur de la part de la frange eurosceptique des tories, qui souhaite profiter de la crise financière dans la zone euro pour renégocier la nature des liens de la Grande-Bretagne avec l’Union européenne.

Le Monde AFP Reuter

«L’Europe actuelle ressemble à celle que souhaitaient les Britanniques»

Que révèlent les propos peu amènes échangés ce week-end entre Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique, David Cameron? Professeure de civilisation britannique à la Sorbonne-Nouvelle et à IUF, Pauline Schnapper revient sur les ambiguïtés de l’engagement européen de Londres.

David Cameron a-t-il raison de se sentir tenu à l’écart du règlement de la crise des dettes européennes?

Autant que je sache, le Royaume-Uni pèse peu dans le règlement de cette crise. Pour des raisons objectives, d’une part : il n’est pas membre de la zone euro et ne souhaite pas l’être, il est donc normal qu’il ne soit pas au premier plan. Pour des raisons de politique intérieure, d’autre part : au sein de la coalition au pouvoir, les anti-européens les plus virulents sont assez puissants au Parlement, où ils vont pousser le gouvernement à organiser un référendum sur la sortir de l’UE. On mesure mal cette ambiance sur le continent.

Finalement, Cameron l’eurosceptique veut-il ou non être du projet européen?

Il est dans une situation totalement contradictoire : d’une part, il subit cette très forte pression pour rester le plus loin possible de ce qui se passe. D’autre part, il sait très bien qu’il ne peut pas tourner le dos à l’Europe, que celle-ci représente 40% du commerce britannique : il est donc dans l’intérêt de la Grande-Bretagne que la zone euro résolve ses problèmes le plus vite possible. De plus, ne pas être impliqué dans la recherche des solutions, c’est prendre le risque qu’elles se fassent sur votre dos, comme avec l’instauration d’une taxe financière qui ferait beaucoup de mal à la City de Londres.

La Grande-Bretagne a-t-elle jamais été considérée comme autre chose qu’un corps étranger par ses partenaires européens?

Oui, dans la deuxième moitié des années 1980, autour de la signature de l’Acte Unique [traité de 1986], auquel le gouvernement Thatcher était très favorable. On a pu, alors, espérer que la Grande-Bretagne entre de plain-pied dans l’Europe, impression qui s’est dissipée par la suite. Mais la réalité est plus complexe : en fait, l’Europe d’aujourd’hui ressemble beaucoup plus qu’il y a vingt ans à celle que souhaitaient les Britanniques. Elle fait la part plus belle à l’intergouvernemental : de plus en plus de décisions sont prises au Conseil européen, alors que la Commission est très affaiblie.

Malgré cette désaffection, la Grande-Bretagne reste-t-elle un acteur qui compte en Europe?

Pendant les années Blair, elle a regagné une influence beaucoup plus importante que dans les décennies 1980-1990. Depuis l’arrivée de David Cameron au pouvoir, l’an dernier, elle est plus en retrait. Dans le cadre de l’euro, elle ne pèse pas grand-chose, on l’a dit. En revanche, elle reste un acteur puissant dans les domaines du marché unique, de la défense et en raison de son poids financier.

La Grande-Bretagne pourrait-elle constituter un front avec des pays partageant la même vision de l’Europe, ou sa situation est-elle trop particulière?

Le pays est moins isolé aujourd’hui que dans les années 1970. Un certain nombre de pays d’Europe du nord ou de l’est – comme la République Tchèque, le Danemark, la Suède – partagent cette vision libérale et atlantiste. Des alliances peuvent donc se faire au coup par coup. Mais je ne crois pas à un noyau dur de la même force que celui de la zone euro.

Peut-on imaginer la Grande-Bretagne rejoindre le train européen, à terme?

En ce moment en tout cas, cela semble impensable. Entre 70 et 80% des Britanniques sont opposés à une entrée dans l’euro. Le gouvernement lui-même est eurosceptique. En fait, on en est au point où l’on distingue eurosceptiques modérés et radicaux. Seul le parti libéral, qui participe à la coalition au pouvoir, est pro-européen ; encore est-il assez critique sur le fonctionnement des institutions de Bruxelles.

Le ministre des Affaires étrangères, William Hague, a un jour déclaré que le débat européen était une «bombe à retardement» pour le parti conservateur…

Les Tories ont une longue tradition de division au sujet de l’Europe. Leur défaite cuisante de 1997 est en partie due à cela. Le débat actuel ranime donc de pénibles souvenirs pour les conservateurs.

La focalisation actuelle des évènements sur la zone euro et le couple franco-allemand peut-elle durablement marginaliser la Grande-Bretagne en Europe?

On peut avoir cette impression en ce moment. Mais les évènements s’accélèrent à une telle vitesse depuis quelques mois que je ne me risquerai à aucun pronostic. On ne sait même pas si l’euro existera encore dans un an.

Qu’est-ce que le «grand malentendu» anglo-européen que vous évoquez dans l’un de vos ouvrages?

C’est le constat que les Britanniques ont toujours eu du mal à comprendre et à accepter le projet européen. Tandis que les Européens ont du mal à comprendre la conception britannique de l’Europe, qui n’est pas la même que celle des Pères fondateurs.

recueilli par Dominique Albertini (Libération)

Voir aussi : Rubrique UE, Un soutien embarrassant pour Barroso, rubrique Grande Bretagne,

Crise financière et émeutes de Londres : des signaux d’alarme

Le mouvement du Caire

C’est le choc des images : celles de Londres en proie aux pires émeutes de mémoire de Londonien, et celles de la Bourse et de ces visages atterrés de traders sous le choc. Qu’est-ce que ces deux scènes sans rapport apparent nous disent sur notre monde ?

La crise financière et la violence urbaine : le rapprochement est hasardeux, et pourtant, inévitable, ne serait-ce que parce que ces deux sujets se disputent la une des journaux sans qu’il soit aisé de les analyser à chaud.

Le rapprochement, pourtant, s’impose, car réduire les émeutes de Londres, comme le font de nombreux politiciens et journalistes britanniques, à de simples actes criminels, sans prendre en considération le contexte économique et social dans lequel elles se produisent, relève de l’aveuglement. Même si les scènes de pillage, la dégradation gratuite, et la violence sans but évident brouillent le sens et facilitent les analyses réductrices, comme en France en 2005, lors de l’explosion des banlieues.
« Observez et pleurez pour notre avenir »

C’est dans le Daily Telegraph, le vieux quotidien conservateur, pourtant, qu’à côté des éditoriaux « law and order », on trouve cette analyse de Mary Riddell, chroniqueuse du journal :

« Ce n’est pas une coïncidence si les pires violences que Londres a connues en plusieurs décennies se déroulent dans un contexte d’économie mondiale en train de s’effondrer.

Bien que l’épicentre de l’actuelle crise soit dans la zone euro, les gouvernements britanniques successifs se sont employés à cultiver la pauvreté, les inégalités, et l’inhumanité qui sont aujourd’hui exacerbées avec la crise financière.

L’absence de croissance de la Grande-Bretagne n’est pas un sujet de discussion ni même un argument pour accabler George Osborne [le chancelier de l'échiquier ou ministre de l'Economie et des Finances britannique, ndlr], pas plus que notre force de non-travail sans formation, démotivée et sous-éduquée, n’est une variable d’ajustement de notre bilan national.

Observez les équipes de casseurs à l’action dans les rues de nos villes, et pleurez pour notre avenir. La génération perdue s’entraîne pour la guerre. »

Excessif ? Réaction trop émotionnelle sous le coup des images des bâtiments en flamme et de l’« anarchie » qui monte, comme le titrent plusieurs quotidiens ? Toujours plus d’austérité ?

La crise sociale a bon dos pour justifier des pillages insensés, répondent les apôtres de la répression et du « Kärcher » pour régler les problèmes. Mais la répression suffirait-elle pour résoudre la question du chômage massif (en Grande-Bretagne comme dans les quartiers défavorisés de France, comme en Espagne ou en Grèce), l’absence de perspective, des budgets sociaux décroissants, de l’insécurité ?

C’est là que la crise financière et la panique actuelle entrent en jeu. La crise financière, centrée sur la question de la dette et des équilibres budgétaires, pousse tous les gouvernements européens à plus d’austérité, à des réductions de dépenses publiques, à rogner et à diluer le modèle de société bâti dans l’après-guerre.

Comme l’ont joliment exprimé les « indignados » de Madrid, « nous ne sommes pas contre le système, c’est le système qui est anti-nous »…

Ces politiques, présentées comme inévitables pour « rassurer les marchés » et mettre fin à l’« esclavage » de la dette et du déficit, sont perçues par une part croissante de la population, en Europe, comme le prix payé par les pauvres pour un système qui est devenu fou, celui de la finance-reine.

En 2008-2009, les citoyens ont assisté au sauvetage des banques qui avaient participé au système et avaient manqué d’y laisser leur peau ; en 2011, c’est à eux qu’on présente l’addition.

Les émeutes de Londres ne sont pas directement liées aux derniers épisodes de la crise financière, qu’il s’agisse des soubresauts de la zone euro ou de la dégradation de la note de la dette américaine… Mais elles font assurément partie du paysage social d’une Europe ultra-libéralisée et paupérisée (c’est en particulier vrai en Grande-Bretagne après les périodes choc de Thatcher et Blair), en train de subir des électrochocs (Irlande, Portugal, Grèce…) peut-être insupportables.

Les dirigeants politiques européens actuels, concentrés sur l’objectif prioritaire de sauver ce qui peut l’être du système monétaire et de leur crédit, comme ceux qui aspirent à diriger leurs pays demain, auraient tort de négliger les signaux qui sont envoyés par les populations. Sous la forme éminemment sympathique des « indignados » de Madrid, ou sous celle, sinistre, des émeutiers de Londres.

Pierre Haski Rue 89

 

Voir aussi Rubrique, Grande Bretagne, Nouvelle envolée du chômage chez les jeunes Espagne, Spanish révolution, Irlande les irlandais sanctionnent leur gouvernement libéral, Portugal, Crise de la dette démission du socialiste Josè Socrates, rubrique UE, Nouvelles donnes pour les mouvement sociaux, Extension du domaine de la régression,

rubrique Mouvement sociaux, Relle democratie revue de presse et Manifeste Montpellier : une ambiance électrique en ville, rubrique Société jeunesse, Jeunes esclaves modernes, rubrique Education La force de la liberté s’engouffre dans la ville, Lien externe en France reelledemocratie.com

Politique immigration, Allemagne, Le modèle multiculturel selon Merkel, L’Italie : l’avant-garde de la xénophobie, France, Le corpus nationaliste de Sarkozy, La piètre image de la France, Grande Bretagne David Cameron veut limiter l’arrivée d’étrangers, UE Jusqu’à quand la politique migratoire de l’Union européenne, va-t-elle s’appuyer sur les dictatures du sud de la Méditerranée ?,