Evel Knievel contre Macbeth un didactitiel

300x300_evel3

Théâtre
Rodrigo Garcia signe sa dernière création Evel Knievel contre Macbeth au CDN hTh à Montpellier. Une tentative de penser le monde actuel qui  nous met sur les traces d’un sacré qui nous échappe.

Il est grand Orson Welles avec une figure décharnée et tragique. Il a les yeux fixes, ceux de celui qui continue de se prendre pour son personnage de Macbeth. C’est un risque bien connu pour les comédiens ça. Mais là, c’est une fiction de Rodrigo Garcia. Il vaut donc mieux tenter de donner quelques repères au spectateur pour éviter qu’il ne sorte en se disant c’est n’importe quoi, ce type est encore en train de se foutre de notre gueule, surtout à Montpellier. On s’excuse d’avance pour l’usage des quelques mots grossiers qui vont suivre.

Alors dans cette histoire, Orson Welles a les yeux fixes, au point où l’on se demande s’ils sont artificiels, on dirait qu’ils sont en verre. C’est un comédien devenu tyran qui s’est emparé du Brésil, en gardant son costume de Macbeth. Ce qui peut aider quand on veut rétablir l’esclavage. Il ne remue pas. Il reste immobile, parce qu’il sent bien, le monstre, qu’il se trame quelque chose dans son dos…

Dans les spectacles de Rodrigo Garcia c’est toujours le foutoir, parce qu’il a plein de choses à dire, qu’il exprime librement en ayant recours à différents registres : critique, plastique, émotif, poétique, corporel… D’où l’importance du procédé narratif qui dans cette pièce est, contrairement aux apparences, pleinement maîtrisé. Rodrigo Garcia procède par collage un peu comme un DJ qui utilise des samples d’un morceau original et les remixe pour construire sa propre langue.

Reprenons le fil de l’histoire. Les soupçons des tyrans que l’on assimile souvent à de la paranoïa sont la plus part du temps justifiés. En effet, Ultraman et Neronga qui n’ont aucun lien de parenté avec Gozilla, même lointain, ont fait le voyage de Tokyo pour en découdre. Il viennent combattre le tyran Orson dans son sacré pays de pouilleux, au côté de leur ancien ennemi, le motard cascadeur américain Evel Knievel. Lui, c’est un vrai héros, qui se relève toujours quand il prend une gaufre pour le réaffirmer. Mais on se demande quand même s’il n’est pas venu déloger Macbeth à coup de pied au cul pour prendre son trône. Parce que c’est un américain, un vrai moraliste sans éthique.

Derrière il y a l’écran sur lequel défilent des images, du texte, des morceaux d’histoires. Devant, un grand espace, où deux femmes et un gosse font parler leur corps, jouent, se battent, font de la musique, parlent en anglais et en espagnol.

Dans le public, les grosses têtes chauffent comme des marmites pour dénicher le mythe qui se cache dans ce cortège absurde et cruel. Plus on avance dans l’espace et le temps plus la composition prend forme, avec une grande inventivité.

Le problème de Rodrigo, il le dit, c’est  qu’une fois écrit il ne sait ce qu’il va faire de son texte. Là, il essaye plein de trucs géniaux pour le mettre en scène. Mais comme le sens du texte c’est le non sens qui dit la vérité. On se perd un peu, surtout quand le texte fait l’amour avec le plateau.

Le théâtre de Rodrigo Garcia met à nu, c’est le théâtre de tous les dévoiement, y compris ceux de l’engagement et de la foi politique dont les travers sont dénoncés. Comme nous sommes les complices de cette grande mascarade. Ça fait pas toujours plaisir de sentir que nous sommes des êtres de violence, souvent stupides, de plus en plus stupides. Mais bon ça libère, et la fin, on comprend de quoi parle la pièce. Elle dit notre renoncement vertigineusement pathétique.

Jean-Marie Dinh

Evel Knievel contre Macbeth Le 21 et 23 nov au CDN hTh

Source La Marseillaise 18/11/2017

Voir aussi : Rubrique Théâtre, rubrique Montpellier,, rubrique Rencontre,Rencontre croisée Jean-Paul Montanari Rodrigo Garcia,

Théâtre Montpellier. Perdu dans un monde nouveau sans repère

«?Evel Knievel contre Macbeth?» à partir du 15 novembre à hTh.  photo dr

« Evel Knievel contre Macbeth » à partir du 15 novembre à hTh. photo dr

Théâtre
Avant de tirer sa révérence,  le directeur du CDN Rodrigo Garcia a concocté une programmation ouverte sur les expressions théâtrales contemporaines internationales.

Vous avez assisté à un ou plusieurs spectacles programmés à hTh. Vous avez aimé, détesté, ou, moins probable, cela vous a laissé de marbre. Les choix du directeur sur le départ sont clivants, et ne répondent pas à une volonté de consensus. Ils ont déjà fait couler beaucoup d’encre dans le mondillo culturel montpelliérain.

« Aujourd’hui tout le monde peut se mettre d’accord devant un tableau de Rothko, mais ce n’était pas le cas au début. C’est pour cela qu’il faut insister sur la multiplication des expressions singulières et individuelles des artistes », souligne Rodrigo Garcia. Lors de la présentation de sa dernière saison il a réaffirmé concevoir la saison 2017/2018 « avec la même illusion et la même excitation… J’ai concentré mes efforts pour bien finir ma mission.»

Une vision artistique à prendre ou à laisser. Une vision ouverte sur le monde et sur ce qui se passe, pas toujours perceptible, parce que notre monde est  de moins en moins vérifiable. « Hier j’avais six heures de trajet à faire dans le train. Je m’ennuyais et j’ai vu quelque chose de génial. Il y avait une femme dans le train qui avait mis son foulard sur les yeux en le coinçant avec ses lunettes. Et je me suis dit c’est super. Aujourd’hui on va répéter le texte comme ça avec le visage caché. On n’a pas besoin de réflexion intérieure pour construire des images poétiques. C’est impossible qu’un artiste parvienne à exprimer quelque chose de poétique avec des a priori rationnels. Après et, c’est autre chose, il s’agit de voir comment l’artiste travaille son matériaux, mais cela ce fait a posteriori…»

On pourra découvrir la dernière création de Rodrigo Garcia  Evel Knievel contre Macbeth du 15 au 17 et du 21 au 23 novembre à hTh. « J’avais envie de faire quelque chose où Macbeth et les sorcières aient leurs cinq minutes de gloire warholiennes, et pour cela, il fallait face à Macbeth, un héros justicier, et j’ai pensé qu’Evel Kievel * était parfait pour ça. »

JMDH

* Evel Kievel est un cascadeur américain. Un héros absurde  fidèle à la devise us, si tu rêves tu y arrives. Cassé de partout, il a connu ses heures de gloire en sautant à moto au dessus de 13 bus  à étages ou d’une piscine remplie de requins.

Source : La Marseillaise, 02/11/2017

Ce qui nous attend à hTh d’ici la fin de l’année.

DN Montpellier hTh. Les prochains spectacles sur le compteur 2017

mapa-teatro-mapa-teatro
La Despedida Conception et mise en scène : Heidi et Rolf Abderhalden / Mapa Teatro. Installation théâtrale et montage poétique d’archives audiovisuelles et de témoignages écrits, de documents réels autant que fictifs, d’acteurs et de témoins, et de musique jouée en live, La Despedida est l’occasion de revenir sur le conflit interne en Colombie. Du 28 au 30 nov.

jusque-dans-vos-bras-jusque-dans-vos-braschiens-de-navarrehdcphlebruman2017-1024x677Jusque dans vos bras. Les Chiens de Navarre & Jean-Christophe Meurisse mèneront une psychanalyse électrochoc de la France en convoquant quelques figures de notre Histoire et de notre actualité. De Gaulle, Robespierre et Obélix, arriveront-ils à se croiser dans un hammam ce dimanche après-midi-là pour siroter un thé à la menthe et ripailler sur les piliers de l’identité française
7 et 8 déc.

hqdefaultBelgian Rule de Jan Fabre. Le Guerrier de la beauté use des corps, de la lumière et de l’espace pour un nouveau geste théâtral, (1ère française,) ode fantasque et hallucinée au surréalisme de son pays natal, la Belgique. Du 13 au 15 dec.

Voir aussi : Rubrique Théâtre, qualité de l’offre théâtrale par temps de tempête; rubrique Montpellier, rubrique Politique CulturelleCDN, fin du bras de fer entre l’état et la Métropole de MontpellierDanse,rubrique Rencontre, Jean-Paul Montanari Rodrigo Garcia,

Boris Charmatz : « Il fallait que l’on se remette en mouvement »

Boris Charmatz «Le spectacle c’est ce que nous faisons ensemble avec le public.»

Boris Charmatz «Le spectacle c’est ce que nous faisons ensemble avec le public.» Photo Karsten Moran

Le chorégraphe Boris Charmatz a ouvert la saison de Montpellier danse avec sa pièce Danse la nuit. Insolite et risquée, cette proposition co-accueillie par hTh , est conçue pour être donnée dans la rue. Elle correspond à une démarche singulière qui fait bouger les corps et les lignes.

Ce type de performance donnée dans l’espace public impulse-t-elle à vos yeux un nouveau champs d’exploration ?

La création Danse la nuit a émergé dans un contexte particulier. Elle est née il y a un peu moins de deux ans à Rennes, nous étions sur le projet de Musée de la Danse qui vise à bousculer l’idée que l’on se fait du musée, et l’idée que l’on se fait de la danse, mais nous n’avions pas encore le bâtiment ce qui nous a poussé à sortir dehors. Nous avions programmé ce spectacle en janvier 2015. C’était juste après l’attentat de Charlie Hebdo.

Finalement, nous nous sommes retrouvés coincés sur l’Esplanade Charles de Gaulle dans une manifestation d’une ampleur sans précédent. Il y avait 115 000 personnes. Ce qui est complètement incroyable pour une ville de 220 000 habitants. On ne pouvait plus bouger. Face à cette situation, paradoxale, c’était à la fois extraordinaire de ce retrouver si nombreux et effrayant d’être contenu de la sorte, je me suis dit qu’il fallait que l’on se remette en mouvement.

Ce qui est devenu de plus en plus compliqué à notre époque dans l’espace public. Pour toute une série de raisons, qui vont de la loi sur le voile, à la privatisation de l’espace public, en passant par les luttes contre les SDF ou la peur des attentats. A partir de cette expérience, nous avons imaginé différentes postures pour réinvestir l’espace public.

Le fait de quitter la salle dédiée au spectacle produit-il de l’insécurité ?

C’est un peu une manière de prendre les choses à contre-pied au moment où les spectacles de rue et les arts du cirques opèrent plutôt un mouvement dans le sens inverse. Avec la danse, on n’a pas besoin de scène, de lumière. C’est un médium d’expression qui installe une perméabilité entre les corps, un endroit d’échange et de questionnement pour réaffirmer une liberté de parole et de corps. A Montpellier, nous avons donné Danse la nuit dans une petite forme, la pièce peut également être interprétée dans une version massive ce que nous avons fait a Tempelhof l’aéroport berlinois désaffecté, avec un spectacle de 10 heures réunissant 20 000 personnes.

Peut-on voir dans l’espace public un effet transgressif du corps singulier au milieu du corps social ?

Ce que j’aime dans la danse c’est qu’on peut danser ensemble ou être tout seul. Quand les danseurs vous disent bouge, bouge, ils usent de cette malléabilité qui permet de changer la situation, de dissoudre les points de résistances. Je ne me sent pas transgressif, j’use de la tension réelle, mais l’intervention dans l’espace public pose effectivement la question de savoir jusqu’où on peut aller, et d’évaluer ce que l’on risque.

Pour dissoudre la résistance passive du public qui se réfugie dans sa posture de spectateur les danseurs puisent en eux-mêmes des ressources impressionnantes…

La danse c’est du corps et c’est un espace mental. Lorsqu’il y a des corps partout on baigne dans l’énergie. C’est une pièce extrêmement stressante pour les danseurs. La danse sur le béton est très brute. Il faut réagir en temps réel. On affirme des choses, il y a un geste d’auteur, de solidité et en même temps c’est très fragile en raison des conditions urbaines imprévisibles ou de la météo. S’il se met à pleuvoir ça ne ressemble plus à rien. Le spectacle c’est ce que nous faisons ensemble, avec le public. J’aime ce principe d’assemblée chorégraphique…

 

 

Boris Charmatzvery_large_135099_608648_montpellier-danse-de-nuit-de-boris-charmatz-a-la-p
« Nous avons créé la pièce à Rennes
sur l’Esplanade Charles de Gaulle.
On a commencé au moment de
l’attentat de Charlie Hebdo et on s’est
d’un coup retrouvé coincé à 115 000
personnes. C’était magnifique d’être
si nombreux et symbolique de ne
plus pouvoir bouger. Il fallait que l’on
puisse se mettre en mouvement pour
réaffirmer la liberté de parole et la
liberté des corps.»

 

Jean-Paul MontanariIMG_4166
« Le politique est en train de changer
de l’intérieur, les partis disparaissent.
Etre militant dans un parti , on ne
comprend plus ce que cela veut
dire. La nature même de la pensée
politique est en train de changer. Et,
il n’y a aucune raison que le monde
du spectacle soit à l’écart de cette
réflexion.
Boris est celui qui la porte
aujourd’hui le plus loin».

Rodrigo GarciaIMG_4158 - Version 2
« En général pour un spectacle de
rue on sait à quoi s’attendre, de la
musique Hip Hop ou des choses très
spectaculaires qui ne présentent
aucun intérêt.
Je suis curieux de découvrir
comment un artiste comme Boris,
avec ce qu’il a l’habitude de faire,
peut s’attaquer au territoire de
l’espace public, un peu à contre
emploi.»

 

Recueilli par Jean-Marie Dinh

Source La Marseillaise le 11/10/2017

 

Voir aussi : Rubrique  Danse, Danse radicale avec Charmatz et Chaignaud, « Enfant » : ouvre le Festival d’Avignon, La danseuse Malade, rubrique Rencontre,Rencontre croisée Jean-Paul Montanari Rodrigo Garcia, rubriqueThéâtre, rubrique Montpellier,

Le sens de la cérémonie de Steven Cohen

L’endurance de la résilience de ceux qui combattent les inégalités au festival Montpellier Danse. Photo dr

L’endurance de la résilience de ceux qui combattent les inégalités au festival Montpellier Danse. Photo Pierre Planchenault

Festival Montpellier Danse. put your heart under your feet… and walk/à Elu

Pour la petite histoire, le performer chorégraphe Steven Cohen n’avait pas été programmé en France depuis son apparition, en 2013, sur la place du Trocadéro à Paris, avec le sexe enrubanné, tenu en laisse par un coq.

Rodrigo Garcia et Jean Paul Montanari coproduisent son solo  put your heart under your feet… and walk/à Elu, présenté à Montpellier Danse, les 24 et 26 juin. Un hommage à son compagnon Elu décédé, ou une autre façon de se mettre en marche, sur les traces de son identité pour assumer son destin. Celle d’un « monstre homosexuel juif blanc » vivant dans une société postapartheid où son travail a été déclaré immoral.

La pièce exprime une douleur inexorable. La culpabilité du survivant d’une histoire intime, y croise celle de l’Histoire collective. Composée d’inédites provocations, jamais gratuites, l’oeuvre d’investigations du chorégraphe est empreinte d’une profonde compassion.

Dans put your heart under your feet, le désespoir s’éprouve avec l’exigence de tous les possibles. L’artiste s’enterre vivant, se baigne dans le sang chaud d’un abattoir, ingère des cendres de crémation, dans une économie de mouvements qui se confronte au vide sidéral. Sur la sombre pente de l’abnégation, les rites de perdition muent vers une dimension sacrée, revendiquée comme une approche créative et philosophique plutôt que religieuse et psychologique.

Cohen se saisit des armes de l’art pour faire miroiter la violence, les armes d’un art vital qui balayent l’insignifiance et tisse notre rapport à l’espace et à ses fantômes.

JMDH

Source La Marseillaise 28/06/2017

Voir aussi : Rubrique Danse, Ouverture du Festival Montpellier Danse. 37ème pas dans l’espace danse mondial, Preljocaj  » L’Europe aussi à ses Sorcières de Salem »,  rubrique Festival, rubrique rubrique Montpellier, rubrique Rencontre, Steven Cohen : Un travesti sans fard,

Begin the Beguine. L’humanité masculine sous influence

Jan Lauwers?: «?Qu’il est beau l’échec de la langue au théâtre?!?» Photo marc Ginot

Jan Lauwers?: «?Qu’il est beau l’échec de la langue au théâtre?!?» Photo marc Ginot

Begin the Beguine de Cassavetes, création mise en scène par Jan Lauwers, au CDN hTh de Montpellier jusqu’au 3 février.

Ecrite en 1987, peu avant la mort de John Cassavetes, la dernière pièce du cinéaste culte a été montée par Jan Lauwers dans une première version au Burgtheater de Vienne. A l’invitation de la fondation Cassavetes de N.Y. Le directeur du CDN de Montpellier Rodrigo Garcia reconduit cette invitation en proposant au metteur en scène flamand de créer une nouvelle version de ce texte peu connu.

C’est chose faite avec cette première en France, qui associe Gonzalo Cunill et Juan Navarro, deux acteurs proches de Rodrigo Garcia, aux deux actrices de la Needcompany, Inge Van Bruystegem et Tomy Louise Lauwers, la propre fille de Jan Lauwers. Ce choc des énergies fait vibrer le plateau en jouant sur les contrastes, de cultures et de langues pour donner un prolongement européen à  ce drame issu des zones déchues et marginales de la société américaine.

Les quatre performers font preuve d’un souffle de liberté éblouissant. Dans un appartement au bout d’une route donnant sur la mer deux hommes commandent des femmes par téléphone et philosophent sur le sexe, l’amour et la mort.

1584

Dans un temps non défini, leurs rapports avec les prostitués s’inscrit comme une fin et un éternel recommencement. Réduits à se perdre, les deux antihéros ne parviennent pas à tromper leur profond désespoir. Le sexe tarifé ne satisfait plus les fantasmes si bien que la rencontre entre clients et prostitués prend parfois un tournant  désarçonnant et l’amitié entre les deux hommes enregistre des distorsions.

Begin the beguine porte à son paroxysme le rapport au corps et au réel. Jan Lauwers travail la scène comme Cassavetes l’image, en faisant du plateau un immense terrain de jeu où s’expose la vie déchue des hommes seuls.

Jean-Marie Dinh

Source La Marseillaise 31/01/2017

Voir aussi : Rubrique Théâtre, Les théâtres Sorano et Jean Vilar croisent leur regard, Dossier. Théâtre en péril, fin d’un modèle à Montpellier et dans l’Hérault, hTh 2017 Libre saison de bruit et de fureur,