Mark Zuckerberg défend bec et ongles le modèle économique de Facebook

30623644_1026144310866823_3205257062766346240_n

Mark Zuckerberg a de nouveau défendu mercredi devant les parlementaires américains le modèle économique de Facebook, malgré les cas avérés de manipulation et de détournement de données personnelles des utilisateurs, tout en affirmant qu’il n’était pas hostile à une régulation de l’internet, l’estimant «inévitable».

«L’importance de l’internet grandit dans le monde et je pense inévitable une certaine forme de régulation», a-t-il dit, tout en affirmant que celle-ci devait être «étudiée attentivement».

Auparavant, il avait assuré aux membres d’une commission de la Chambre des représentants que les utilisateurs étaient responsables des contenus qu’ils postaient.

«Chaque fois que quelqu’un choisit de partager quelque chose sur Facebook, il le fait en allant sur le service et en choisissant de partager une photo ou écrire un message. A chaque fois, il y a un contrôle», a-t-il assuré.

Le jeune PDG de 33 ans, qui a déjà passé cinq heures la veille à répondre aux questions des sénateurs, a toutefois admis avoir échoué à suffisamment protéger la vie privée des utilisateurs, annonçant des mesures de contrôles supplémentaires.

M. Zuckerberg n’en finit plus de s’excuser depuis la révélation du scandale Cambridge Analytica mi-mars, qui a nui fortement à l’image du groupe et fait baisser son titre en Bourse.

Selon Facebook, les données de quelque 87 millions d’utilisateurs –y compris les siennes, a admis M. Zuckerberg– se sont retrouvées entre les mains de la société d’analyse de données avant que Facebook commence à instaurer des restrictions en 2014. La firme britannique a ensuite travaillé pour la campagne du candidat républicain à la présidentielle américaine de 2016, Donald Trump.

- «Des avertissements partout» -

Après avoir admis que son réseau avait été «lent» à identifier les achats de publicité politique venus de Russie pendant la campagne électorale, il a assuré que Facebook faisait «de mieux en mieux» pour supprimer les faux comptes.

Le procureur spécial Robert Mueller enquête depuis mai 2017 sur une possible collusion entre l’équipe de campagne de M. Trump et des responsables russes pour influencer le scrutin. Il estime qu’internet et en particulier Facebook a servi de plateforme à une vaste opération de propagande pour favoriser la victoire du magnat de l’immobilier.

Dénonçant un «désastre», le représentant Frank Pallone avait affirmé en début d’audition que le Congrès devait «prendre des mesures immédiate pour protéger notre démocratie».

«Les avertissements étaient partout, pourquoi personne ne les a vus?», a-t-il demandé.

Mais Mark Zuckerberg a évité de répondre directement à la question d’une élue qui lui demandait s’il était prêt à changer le modèle économique de Facebook, actuellement un réseau social gratuit financé par la publicité, «dans l’intérêt de la protection de la vie privée».

«Je ne suis pas sûr de ce que cela veut dire», a-t-il commenté.

«Nous pensons que tout le monde mérite une bonne protection de la vie privée», a-t-il également affirmé à un autre élu qui l’interrogeait sur la possibilité pour les utilisateurs américains de bénéficier du nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles, appelé «RGPD», qui doit entrer en vigueur le 25 mai.

«Nous travaillons afin de le faire aussi vite que possible», a affirmé M. Zuckerberg, sans pouvoir dire si cette protection serait mise en place dans les délais impartis.

Il avait déjà fait la veille devant le Sénat des commentaires similaires sur le RGPD qui lui ont valu mercredi les remerciements quelque peu ironiques d’une responsable européenne. «Merci M. Zuckerberg», a lancé Vera Jourova, commissaire à la Justice et à la Protection des consommateurs, au cours d’une conférence de presse à Bruxelles. «Je cherchais comment faire campagne pour notre règlement sur la protection des données. Voilà, c’est fait», a-t-elle souligné.

Source AFP 11/04/2018

Voir aussi : Rubrique Internet

Facebook annonce des mesures pour lutter contre la désinformation

Photo: Maurizio Pesce

Photo: Maurizio Pesce

Cela ressemble à une volte-face. Une semaine après avoir assuré que Facebook n’avait pas influencé l’élection américaine, Mark Zuckerberg a annoncé, vendredi 18 novembre, une série de mesures pour lutter contre la diffusion d’articles mensongers sur le réseau social. « Nous prenons la désinformation très au sérieux », assure le responsable, alors que la polémique n’est pas retombée dans la Silicon Valley. Mais « nous devons être prudents », poursuit-il, car « nous ne voulons pas être les arbitres de la vérité ».

Les mesures détaillées par M. Zuckerberg restent encore au stade de projets. Elles ne s’appliqueront donc pas immédiatement. La plus importante concerne l’affichage d’un message d’alerte accompagnant les articles ayant été signalés comme mensongers. Pour distinguer les fausses informations, Facebook comptera sur ses utilisateurs, avec des outils plus simples à utiliser, mais aussi sur des sources externes, spécialisées dans le « fact checking ». Autre piste: afficher des liens vers des médias reconnus sous les articles partagés.

M. Zuckerberg souhaite également s’attaquer à « l’économie des fausses informations ». Lundi 14 novembre, Facebook a suivi l’exemple de Google et annoncé que les faux sites d’actualités n’auront plus accès à sa plate-forme publicitaire, Facebook Audience Network. Le réseau social travaille désormais à mieux détecter les sites qui abusent le système publicitaire, qui pourraient alors être bannis de Facebook. « Une partie de la désinformation est le fruit de spam motivé financièrement », explique le dirigeant.

UN MILLION DE PARTAGES

De nombreux observateurs accusent Facebook d’avoir facilité la victoire de Donald Trump lors des élections du 8 novembre, en permettant à ses partisans de partager des articles mensongers. Plus d’un million de fois pour certains de ces liens, comme par exemple celui assurant, à tort, que le pape François soutenait le candidat républicain. Ce débat illustre l’importance prise par le réseau social: selon le Pew Research Center, près de la moitié des Américains s’informent désormais sur Facebook.

La société de Menlo Park, qui compte plus de 150 millions d’utilisateurs aux Etats-Unis, a d’abord choisi de nier le problème. “Il est dingue de croire que les fausses informations publiées sur Facebook ont pu influencer le résultat de l’élection”, affirmait jeudi dernier M. Zuckerberg. “99% de tout ce que les gens voient sur Facebook est authentique. Les articles mensongers ne représentent qu’une minorité”, avait-il ajouté deux jours plus tard. Ce chiffre reste cependant impossible à vérifier.

La position de M. Zuckerberg contraste avec celle de Sundar Pichai, le directeur général de Google. Interrogé mardi 15 novembre par la BBC, celui-ci avait reconnu que la prolifération de fausses informations avait pu jouer un rôle. Des voix discordantes se font aussi entendre au sein même de Facebook. Selon BuzzFeed, plusieurs dizaines d’employés se sont ainsi réunis, de manière informelle, pour évoquer ce sujet et les outils pouvant être mis en place pour lutter contre la désinformation.

MARGE DE MANOEUVRE ÉTROITE

Le problème n’est pas nouveau mais il semble avoir pris une nouvelle ampleur au cours de la dernière campagne américaine, alors que la défiance vis-à-vis des médias traditionnels n’a jamais été aussi importante. La semaine dernière, Buzzfeed racontait comment une partie de ces sites étaient gérés depuis une petite ville de Macédoine, avec pour seul objectif de générer des recettes publicitaires. “Jusqu’à 3.000 dollars par jour”, expliquait l’un des gérants.

Les sanctions publicitaires annoncées en début de semaine par Google et Facebook ne suffiront pas. D’abord, parce que les sites concernés disposent d’autres plates-formes pour monétiser leur audience. Ensuite, parce que leurs articles continueront d’apparaître dans les résultats de recherche sur Google et dans les fils d’actualités sur Facebook. D’autres mesures sont nécessaires, par exemple la mise en place d’algorithmes informatiques ou d’équipes dédiées à la traque des articles mensongers.

Un tel scénario ouvrirait cependant un autre débat, en donnant le droit à Google et Facebook de déterminer ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas. « Nous croyons qu’il faut permettre à tout le monde de s’exprimer, ce qui siginifie laisser les gens partagent ce qu’ils souhaitent, tant que possible », ajoute par ailleurs M. Zuckerberg. Le fondateur de Facebook sait aussi que sa marge de manoeuvre est étroite. En mai, le réseau social avait été accusé par des responsables républicains de parti pris politique.

Jérome Marin

Le Monde Blog 19/11/2016

Voir aussi : Actualité Internationale Rubrique Médias, rubrique Internet, rubrique Société, Opinion, rubrique Politique, rubrique International, rubrique Etats-Unis, Fucking Tuesday,