Le parti pro-indépendantiste au pouvoir à Taïwan battu lors des élections locales

© Tyrone Siu, Reuters | Les partisans du parti d'opposition explosent de joie, samedi 24 novembre 2018 à Kaohsiung.

© Tyrone Siu, Reuters | Les partisans du parti d’opposition explosent de joie, samedi 24 novembre 2018 à Kaohsiung.

L’échec du parti pro-indépendantiste au pouvoir lors d’élections locales à Taïwan a conduit samedi la présidente Tsai Ing-wen à quitter la direction de sa formation. Le parti d’opposition Kuomintang, plus enclin à des compromis avec Pékin, progresse.

Le parti pro-indépendantiste au pouvoir à Taïwan a essuyé samedi 24 novembre une défaite cinglante lors d’élections locales, conduisant la présidente Tsai Ing-wen à quitter la direction de sa formation.

Les 19 millions d’électeurs votaient pour leurs représentants au niveau des villages, villes, comtés et grandes agglomérations, et notamment les maires des 22 villes et comtés du pays. Le Kuomintang, principal parti d’opposition, plus enclin à des compromis avec la Chine, affirme avoir remporté 15 de ces 22 sièges, contre six lors du précédent scrutin. Le Parti démocrate progressiste (PPD), qui détenait 13 sièges, a affirmé en avoir remporté seulement six.

>> À lire aussi : « Les élections locales à Taïwan suivies de près par Pékin »

Tsai Ing-wen et le PPD sont ainsi sanctionnés pour la détérioration des liens avec la Chine, qui considère toujours Taïwan comme une partie intégrante de son territoire susceptible d’être reprise par la force.

« Sincères excuses » de la présidente

« En tant que dirigeante du parti au pouvoir, j’assumerai la totale responsabilité du résultat des élections locales d’aujourd’hui. Je démissionne de mon poste de présidente du PPD », a annoncé Tsai Ing-wen à la presse. « Nos efforts n’ont pas été suffisants et nous avons déçu nos partisans qui ont combattu à nos côtés. Je tiens à exprimer mes plus sincères excuses. »

Tsai Ing-wen a également indiqué qu’elle refusait la démission de son Premier ministre, William Lai. « Les résultats électoraux ont montré que le peuple n’était pas satisfait. J’en suis désolé et j’ai présenté ma démission à la présidente Tsai Ing-wen afin de reconnaître ma responsabilité politique », avait-il déclaré sur Facebook.

Tsai Ing-wen, élue en 2016, avait présenté ces élections comme une manière de « dire au monde » que Taïwan n’allait jamais plier devant Pékin, ce qui a accru la pression militaire et diplomatique dans la région. Pendant la campagne électorale, Tsai Ing-wen et les responsables du PPD avaient accusé à plusieurs reprises la Chine d’avoir diffusé des « fake news », ce que Pékin avait démenti.

La Chine continentale et Taïwan sont dirigés par des régimes rivaux depuis 1949, après une guerre civile entre communistes établis à Pékin et nationalistes du Kuomintang (KMT) réfugiés à Taipei.

Les Taïwanais contre le mariage homosexuel

En parallèle des élections, les Taïwanais se sont en majorité prononcés contre le mariage homosexuel, lors de référendums concurrents opposant partisans et adversaires du mariage gay. Un référendum stipulant que le mariage devait être une union entre un homme et une femme a réuni plus de six millions de voix, largement plus que le soutien apporté à un référendum en faveur de ce droit pour les couples homosexuels.

Ces résultats reflètent les fractures de la société sur ce sujet alors que le gouvernement tarde à appliquer une décision rendue il y a plus d’un an par la Cour constitutionnelle légalisant le mariage homosexuel.

Source : AFP et Reuters 24/11/2018

Taïwan: victoire écrasante de Tsai Ing-wen à l’élection présidentielle

Tsai Ing-wen va offrir à son parti sa deuxième présidence depuis les deux mandats de Chen Shui-bian (2000-2008).

La candidate de l'opposition à Taïwan, Tsai Ing-wen, a enregistré, ce samedi 16 janvier, une victoire électorale écrasante et devient, du coup, la première femme présidente de l'île. Elle inflige une défaite cinglante au parti au pouvoir, le Kuomintang (KMT), artisan du rapprochement avec Pékin.

C’est une victoire historique. Tsai Ing-wen, la candidate du Parti démocratique progressiste (PDP) devient la première femme à devenir présidente à Taïwan.
D'après les chiffres communiqués par la télévision, sa victoire prend la forme d'un véritable raz-de-marée puisqu’elle récolte 60% des voix contre 30% pour Eric Chu, le candidat du Kuomintang (KMT). Si ce score se confirmait, il s'agirait de la victoire la plus écrasante d'un parti à la présidentielle à Taïwan.

Selon des experts, la victoire de Tsai Ing-wen va inévitablement compliquer, voire dégrader, les relations entre Taïwan et la Chine. En votant massivement pour la candidate du PDP, principal parti d'opposition, les Taïwanais ont clairement exprimé leur souhait de tourner le dos à des années de rapprochement avec Pékin. En effet, le KMT menait depuis huit ans une politique inédite de réchauffement avec le régime communiste chinois sous l'égide de Ma Jing-jeou.

Le KMT reconnaît sa défaite

Le KMT a rapidement reconnu sa défaite samedi. « Je suis désolé... Nous avons perdu. Nous n'avons pas travaillé assez dur et nous avons déçu les attentes des électeurs », a déclaré Eric Chu, au siège du Kuomintang. Il a également annoncé que le KMT avait perdu sa majorité au parlement, « un changement drastique et sans précédent » pour son parti. Le PDP a remporté pour la première fois la majorité des 113 sièges au parlement monocaméral aux législatives qui se déroulaient samedi également.

Eric Chu a annoncé sa démission comme chef du parti dans la foulée, s'inclinant profondément en signe de contrition devant les sympathisants en plein désarroi du KMT. « Nous voulons féliciter le PDP pour sa victoire », a ajouté le dirigeant, « c'est le mandat du peuple de Taïwan » qui est « le plus grand vainqueur », a-t-il dit.

Source RFI 15/01/2015

Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique Asie, rubrique Taîwan, rubrique Chine,

« Nous entrons dans le post américanisme »

indeSous le titre «  La course du dragon et de l’éléphant « , Martine Bulard, rédactrice en chef adjointe du Monde Diplomatique en charge du secteur Asie, revient sur la percée de la Chine et de l’Inde sur la scène internationale en soulignant les enjeux d’une meilleure compréhension. Entretien.

Votre livre est une invitation à prendre une plus juste mesure des changements qui modifient les rapports internationaux. Vu d’ici, le regard porté sur ces deux géants d’Asie reste pourtant assez réducteur…

 

«  En effet, on caricature beaucoup avec une Inde dite contemplative, et une Chine travailleuse, que l’on redoute. Dans les représentations, c’est un peu le retour du péril jaune. Ces pays méritent d’être connus pour leur histoire. D’autant que cela intéresse les gens qui sont plus attentifs et soucieux qu’on ne le croit de savoir ce qui se passe à l’étranger.

Ces deux pays participent aujourd’hui pleinement à la mondialisation avec des modèles de développement économiques différents ?

Le rôle de l’Etat demeure déterminant dans les deux pays. Sous la pression du marché, l’Inde a adopté un modèle économique plus extraverti. Avec un secteur industriel très faible, le pays est passé directement de l’économie rurale à celle des services. Après avoir observé ses voisins, la Chine a préféré attirer les capitaux étrangers plutôt que d’emprunter aux banques et aux institutions monétaires internationales. C’est un modèle plus autocentré tourné vers l’exportation. Mais non sans contrepartie, car les multinationales imposent leurs conditions, notamment l’exploitation de la main-d’œuvre qui ouvre la compétition au moins disant social.
La notion d’atelier du monde a-t-elle des perspectives avec le coût de la main-d’œuvre qui monte ?

Le terme d’atelier du monde est un peu méprisant. La main-d’œuvre chinoise est de plus en plus qualifiée et l’offre des produits monte en gamme. Par ailleurs, avec les effets attendus de la crise économique mondiale, les dirigeants chinois savent qu’il faut développer leur marché intérieur.
La croissance durable de la Chine lui a permis de devenir la seconde puissance financière mondiale et sa résistance au crac de 97 en fait un modèle pour ses voisins comme pour les pays du Sud…

A l’instar de Sarkozy en 2007, les pays occidentaux somment le Premier ministre Hu Jintao d’accélérer l’appréciation du huan mais tout le monde reste silencieux sur le déficit américain et les privilèges exorbitants du dollar. Pékin est devenu le troisième partenaire de l’Afrique. Ce n’est pas, comme le disent certains, une simple diplomatie pétrolière. La Chine n’est pas désintéressée, mais elle cherche aussi à gagner une audience politique et culturelle et à promouvoir son modèle baptisé développement partagé. Les Africains y sont sensibles parce qu’avec les Chinois, les rapports sont un peu moins inégaux qu’avec les autres qui se croient toujours en terrain conquis.

Comment évaluez-vous la stabilité politique du régime chinois ?

Le PCC est fort, omnipotent. Il peut se montrer très répressif, comme on l’a vu pour les J-O. Il est aussi extrêmement mobile. Il a su se moderniser, ses cadres se sont formés en Occident. Ils essayent de faire bouger les choses, leur idéal serait une évolution à la japonaise avec un parti unique qui irait de l’extrême gauche à la droite classique. Aujourd’hui, tout le monde peut s’exprimer, des libéraux aux anciens mao, à la condition de ne pas remettre en cause le régime.

Sur le terrain géopolitique, la politique américaine en Asie s’oppose au rapprochement sino-indien, qui semble pourtant connaître quelques éclaircies…
Les Etats-Unis veulent faire jouer à l’Inde un rôle de contrepoids face à la Chine. L’Inde était au départ assez fière de cette alliance mais pour des raisons diverses comme celle du Pakistan, ou du poids de politique intérieure liée à la coalition au pouvoir. Les choses sont en train de changer. On assiste à un certain rapprochement. La Chine et l’Inde ont évoqué récemment le conflit territorial qui les oppose au Nord-Est de l’Inde.
La clef d’un monde multilatéral passe-t-elle par l’Asie ?
Nous entrons dans le post américanisme. Mais on assiste aussi à un surarmement préoccupant dans cette partie du globe. Les récents changements à Taïwan avec l’arrivée du Kuomintang, favorable à un rapprochement avec Pékin, comme l’arrivée des travaillistes en Australie, ne jouent pas en faveur de la stratégie de l’affrontement. La question est de savoir si les futurs dirigeants américains vont prendre conscience que le monde a changé et remplacer la confrontation archaïque entre puissances pour aller vers une coopération, même conflictuelle, entre pôles de développement qui se respectent.  »

Chine Inde : La course du dragon et de l’éléphant, éditions Fayard, 19 euros.

Voir aussi : Rubrique Asie, rubrique Rencontre,