Entretien Costa-Gavras : « Z a été comme une étincelle, les gens se sont éveillés »

« Ce qui m’intéresse essentiellement,  ce sont les gens qui résistent au pouvoir. »

« Ce qui m’intéresse essentiellement, ce sont les gens qui résistent au pouvoir. »

A Montpellier Le cinéaste et président de la Cinémathèque française Costa-Gavras était l’invité de la Librairie Sauramps pour la parution de son coffret DVD « Intégrale vol.1 (1965-1983) »  chez Arte éditions.

Vous êtes né à Athènes en février 1933. Très jeune vous optez pour l’exil, dans quelle perspective arrivez-vous en France ?

Je suis arrivé en France en 1955, pour étudier. Je voulais écrire.  Je me suis inscrit en licence de Lettres.  A l’époque,  c’était le seul pays où l’on pouvait entreprendre des études sans avoir d’argent, ce qui était mon cas. Sinon on était plutôt tenté par la belle vie en Amérique, telle qu’elle apparaissait à nos yeux.

A Paris, je fréquentais la Cinémathèque où j’ai découvert des cinéastes  comme Jacques Becker, Erich von Stroheim, Renoir … qui m’ont permis de saisir que l’on pouvait travailler de nouvelles formes d’écriture avec des images. Par la suite j’ai voulu entrer à l’Idhec. Le concours  d’entrée était très difficile. Il y avait un projet d’expo sur le théâtre grec ancien, on s’est adressé moi. Bien que n’étant pas formé – personne n’enseigne le théâtre antique en Grèce, ni la démocratie – je me suis lancé.

Lorsque vous quittez la Grèce  en 1955, période où le pays voit le retour de la monarchie,  le faites-vous aussi pour des raisons politiques ?

Oui, je fuyais la monarchie soutenue par les colonisateurs américains. Mon père était un démocrate anti -royaliste. Il avait fait la guerre en Asie mineure et il avait vu mourir autour de lui tous ses amis pour rien. Ce conflit soutenu par les royalistes, qui rêvaient de reconstruire l’empire byzantin, l’avait marqué profondément.

Après, durant la guerre civile tous ceux qui n’étaient pas conservateurs étaient considérés comme des communistes et ils ne disposaient pas des mêmes droits, leurs enfants n’avaient pas accès aux études.

Vous trouvez donc les moyens d’apprendre le cinéma notamment au côté de René Clément. Dans quelles circonstances réalisez-vous , « Compartiment tueur » votre premier film, sorti en 1965 ?

A l’origine,  j’avais dans l’idée de faire une adaptation, un peu comme un exercice, parce qu’on ne travaillait pas sur les adaptations à l’Idhec. Il s’est trouvé qu’une secrétaire avait lu le livre de Sébastien Japrisot. Elle en a parlé au directeur des studios. Nous en avons  discuté avec lui et il a fini par me dire : faisons un film.

Yves Montand s’est déclaré partant et Simone Signoret m’a dit :  je te fais la vieille actrice. Tout cela était inattendu, après c’est devenu un film d’amis où se sont greffés Trintignant, Piccoli, Charles Denner, Bernadette Lafont… Daniel Gelin est venu faire de la figuration, simplement parce qu’il voulait être de l’aventure.

Le film rencontre un vif succès en France  comme aux Etats-Unis. La critique salue vos talents de réalisateur et lance votre carrière. Comment s’est enclenché «  Un homme de trop « , votre second long métrage ?

Après ce premier succès un  producteur américain m’a demandé de lui proposer un projet je lui ai dit que je voulais adapter La condition humaine. J’ai commencé la préparation avec les acteurs, Piccoli Kremer, Claude Brasseur… et puis le producteur n’a pas donné suite, prétextant que le sujet était trop complexe. Il y avait trop de Chinois dans cette histoire pour les Américains.

A ce moment j’ai appris que Chabrol voulait faire un film sur la Résistance. C’est ainsi qu’on a basculé avec l’équipe sur Un homme de trop. Qui n’a pas bien marché. Chabrol ne voulait pas prendre position, il voulait aborder la Résistance sous l’angle de l’action. Les spectateurs attendaient sans doute autre chose sur ce sujet.

Avec Z, sorti en 1969, vous revenez vers vos origines à un moment clé, un an et demi après le coup d’Etat des colonels, aviez-vous conscience de la portée politique que ce film portait en germe ?

J’ai eu le livre de Vassilis Vassilikos dans les mains avant le coup d’Etat. Le film relate l’assassinat  du député Lambrakis à Athènes en 1963. Nous l’avons écrit avec Jorge Semprun. C’était un peu comme un cri lancé sur un mur pour dire « à bas les colonels » Nous avons tourné à Alger, les acteurs ont accepté d’y participer sans condition. Je me souviens de  Trintignant me disant, je le fais sans être payé.

Le succès  a été immédiat. Le film est resté quarante semaines à Paris. Les gens applaudissaient à la fin. Nous étions sous le coup de la stupéfaction. Z a été une étincelle, les gens se sont éveillés. Il se sont  exprimés  comme l’a fait Melina Mercouri, mais les moments que j’ai vécus le plus intensément, sont liés à l’effet mobilisateur qu’a eu le film sur la population grecque qui avait vécu le coup d’Etat un peu passivement au début.

Quel rapport entretenez-vous avec l’engagement en tant que cinéaste ?


Ce qui m’intéresse essentiellement ce sont les gens qui résistent au pouvoir, d’où ma volonté d’adapter La condition humaine. Pour moi le cinéma est avant tout un spectacle, pas un préau où on fait des discours politiques ou académiques. Mais je n’ai jamais considéré le spectacle comme un amusement. Le cinéma doit parler de la société.

Dans l’Aveu en 1970, vous dénoncez les excès du stalinisme notamment en Tchécoslovaque. Ce film reflète-t-il aussi une désillusion d’une partie des artistes français de gauche ?

Notre génération était très attirée par les propositions soviétiques que nous ne considérions pas comme des ennemis mais comme des alliés. Nous discutions beaucoup avec Montand, Resnais, Chris Marker, Semprun… des vicissitudes de l’histoire mondiale.

A cette époque, on sentait le besoin d’un changement profond. Les communistes italiens nous paraissaient avoir fait un pas important. On sentait que cela pouvait se développer en France. Mais au sein du PCF d’alors aucune critique n’était possible. Certains acteurs avaient refusé de faire le film.

En 1973, avec Etat de siège, vous prenez pour cible la politique des Etats-Unis sur l’Amérique Latine ?


Au Guatemala, j’ai découvert l’existence de spécialistes de la déstabilisation politique. J’ai suivi cette piste  qui m’a conduit  à faire un film sur l’Uruguay dont la réflexion porte sur la violence révolutionnaire.

Après Claire de femme, vous revenez sur la thématique avec Missing ?

Claire de Femme est une adaptation d’un livre de Romain Gary qui interroge sur notre capacité à profaner le malheur avec l’amour.  Pour Missing c’est venu d’une proposition américaine. Comme j’avais rencontré Allende plusieurs fois ça m’intéressait  à la condition de faire la post production en France. Le film a marché.

Quand un film ne marche pas, ça m’est arrivé, c’est qu’on a loupé quelque chose…

Recueillli par Jean-Marie Dinh

Source La Marseillaise 17/12/2016

Voir aussi  : Rubrique Rencontre, Jorge Semprun :La crise implique de réinventer la démocratie, rubrique, Cinéma, rubrique Histoire, rubrique Europe, Grèce, rubrique Amérique Latine,

Une petite virée dans le cinéma social français

Les Règles du jeu de Patrice Chagnard

Les Règles du jeu de Patrice Chagnard

Contre bande. Second volet du festival avec la projection des règles du jeu suivie d’un débat avec réalisateur Patrice Chagnard ce soir à 20h au Diagonal.

La seconde édition du festival de cinéma social proposé par la CGT se poursuit ce soir au cinéma Diagonal avec la projection du film Les règles du jeu en présence du réalisateur Patrice Chagnard. Le spécialiste du cinéma Patrick Bedos qui oeuvre à la programmation
de Contre bande – ainsi qu’à celle du volet cinéma du festival du roman noir de Frontignan (FIRN) qui se tiendra du 22 au 28 juin -, souligne le pont existant entre les deux genres.

« Derrière la trame des films noirs avec leurs sombres histoires de meurtriers apparaît une mise en question morale et sociale qui secoue les normes. Le point commun de ce cinéma c’est qu’il se veut réaliste et propose de représenter des situations « réelles », le tout avec une critique radicale de l’organisation sociale

Un cinéma qui parle de l’humain

Parmi les ancêtres français du cinéma social on trouve Jean Renoir qui fait dans les années trente l’inventaire social de la France d’avant guerre. Dans les années 50, Jean Gabin souvent dirigé par Jacques Becker incarne le français moyen en jouant des rôles de personnes sans importance camionneurs, artisants…

Avant guerre, le PCF et des organisations qui lui étaient liées comme la CGT produisaient, réalisaient et distribuaient, de nombreux films destinés à soutenir des orientations politiques, ou des luttes sociales en marge des circuits commerciaux. Au cours des années cinquante et soixante, se développe un courant de cinéma anticolonialiste indépendant. René Vautier en tête, de nombreux cinéastes réalisent des films contre le colonialisme français en Afrique, les guerres d’Indochine et la guerre d’Algérie.

Sous l’influence de ce qui conduira à mai 68 un certain nombres de réalisateurs réinvestissent l’art du cinéma au service d’un projet collectif. Les premières tentatives de regroupement de forces militantes dans la profession voit le jour sous l’impulsion de Chris Marker. Loin du Vietnam regroupe quelques 150 professionnels du cinéma qui collaborent à la production des courts métrages qui composent ce film anti-guerre. Cet élan ne se révèle pas sans prise sur la réalité mais pas suffisante pour produire un élan de masse. Il pose cependant une critique radicale de l’organisation existante de la société. La lutte emblématique des LIP en 1973 relayée par des documentaires syndicaux marquera les esprits.

« Le cinéma ne change pas tout, souligne Patrick Bedos, mais il peut s’ancrer dans le réel comme l’oeuvre sans intrigue de Claude Sautet révéle la détresse et la désillution des bourgeois dans les années 70. En 1974, Les Valseuses de Bertrand Blier jette un pavé dans la marre du conformisme et le film fait entre 4 et 5 millions d’entrées. Dans les années 80 c’est le fric qui gagne et le cinéma social qui s’efface pour ne ressurgir que bien plus tard dans les année 2000. A quelques exceptions près comme Jacques Audiard qui habille ses films d’intentions noires mais qui ne parle que de l’humain. De nos jours, on ne peut plus refaire un film comme Les Valseuses. Le succès de Mammuth de Kerven et Delépine fait 400 000 à 500 000 entrées et c’est du gros lettrage avec des cadres télé.»

Le renouveau du cinéma réaliste et donc social, des années 2000 est multiforme. Il passe par le cinéma documentaire porté par des réalisateurs engagés et franc-tireur comme Pierre Carles. Il s’ancre aussi dans une observation méticuleuse des comportements comme dans les films d’Abdelllatif Kechiche, un réalisareur qui produit une analyse anticipatoire de notre actualité tout en s’interrogeant sur la responsabilité de ceux qui regardent.

Alors, si le cinéma social existe, sa raison d’être serait de questionner l’ordre social avec ses immenses ombres étirées qui recouvrent les vrais humains !

Jean-Marie Dinh

Voir aussi : Rubrique Cinéma, Rubrique Société, Mouvements sociaux,

“Loin du Vietnam” enfin proche

loin-du-vietnam-enfin-proche,M198346

“Loin du Vietnam” était invisible. Arte Editions ressort ce film collectif unique en son genre. Une œuvre politique à laquelle participèrent notamment Jean-Luc Godard, Joris Ivens, William Klein, Alain Resnais… et Chris Marker.

Peu nombreux sont les cinéphiles à avoir vu Loin du Vietnam, film politique devenu mythique à force d’invisibilité, et dont l’opportune sortie en DVD chez Arte Editions élargira le cercle des happy few en donnant à tous ceux qui n’ont fait qu’en entendre parler de vraies raisons de l’apprécier. Sortie en décembre 1967, cette œuvre collective entreprise par Chris Marker, et à laquelle participèrent Jean-Luc Godard, Joris Ivens, William Klein, Alain Resnais et quelques autres, vit son exploitation stoppée au bout de quelques jours, à cause de menaces d’attentats émanant de groupes d’extrême droite. « Il en existe un si petit nombre de copies que Resnais m’a confié ne l’avoir lui-même jamais revue, précise l’historien Laurent Veray, auteur d’un excellent petit livre vendu avec le DVD. Lorsqu’il m’arrive de le montrer à mes étudiants de Paris 3, je suis surpris de voir à quel point le film « fonctionne » toujours. Ce qui n’est pas le cas de la plupart des productions militantes des années 1960 et 1970, tant elles sont dogmatiques et datées. »

Ouvert à la contradiction

C’est que Loin du Vietnam n’a rien d’ordinaire. Conçu en réaction à l’intervention américaine en Extrême-Orient, il n’adopte pas un point de vue univoque et s’ouvre même à la contradiction. « A New York, William Klein ne filme pas seulement les manifestations anti-guerre ; il filme aussi la grande parade et les drapeaux des manifestants pro-gouvernement, relève Laurent Veray. Tout en étant clairement positionné contre la guerre, Loin du Vietnam échappe à tout manichéisme et rend compte de la complexité de la situation en nous laissant une marge d’interprétation. »

Film à sketches dont chacun porte la marque, le style de son auteur, il emprunte à des formes variées. Si la partie de Klein adopte l’esthétique du cinéma direct, celle d’Alain Resnais est une fiction, dans laquelle Bernard Fresson joue un intellectuel de gauche tenant à sa femme silencieuse un long discours empreint de mauvaise conscience. A travers ce personnage agaçant, qui disserte sur son impuissance face au conflit, le cinéaste de La guerre est finie interroge l’utilité du film lui-même.

« A l’époque, ce sketch est celui qui a fait l’objet des commentaires les plus critiques. Avec celui de Godard, dans lequel le cinéaste suisse se montre derrière une caméra. Cette sorte d’autoportrait brechtien a irrité beaucoup de monde. On y a vu une forme de mégalomanie, alors que c’est tout au contraire un film d’une grande honnêteté intellectuelle, dans lequel Godard rend compte de ses difficultés à répondre à la commande. »

Effets de résonance

Quant à l’intervention de Joris Ivens, elle offre à Loin du Vietnam ses plus belles images. « Des plans très émouvants de Vietnamiennes fabriquant des abris anti-bombardements extrêmement rudimentaires et une troupe de théâtre d’Hanoï. On y trouve le visage de cette jolie femme qu’Ivens a souvent réutilisé. »

Si les séquences du film peuvent être appréciées isolément, leur assemblage produit de nombreux effets de résonance et de correspondance, qui confèrent à l’ensemble une réelle cohérence. « Voilà le grand apport de Chris Marker, dont le montage extrêmement complexe tisse des liens d’un sketch à l’autre. » Plus que godardienne, ivensienne, kleinienne ou resnaisienne, Loin du Vietnam est en définitive une œuvre markerienne, jusque dans le rapport réflexif qu’elle entretient avec le cinéma. « Dans ce film, comme toujours chez Marker, le spectateur reste conscient de la position qu’il occupe face aux images. Il n’est jamais passif. Chez lui, il ne faut jamais prendre une image pour ce qu’elle est censée montrer, mais aller au-delà de l’image, la creuser par un travail de montage — autrement dit, de cinéma. »

N’en déplaise aux laudateurs de Michael Moore et de ses épigones, revoir aujourd’hui Loin du Vietnam, c’est se rappeler que le cinéma politique ne saurait être uniquement politique : qu’il doit aussi être du cinéma. Telle est l’une des leçons de ce film collectif dont les auteurs, y travaillant, avaient en tête Guernica« Une peinture qui renvoie à une réalité terrible, mais une œuvre d’art à part entière. Et qui porte justement parce que c’en est une. »

François Ekchajzer   

1 Loin du Vietnam est disponible chez Arte Editions au prix de 25 €. En complément de programme : La Sixième Face du Pentagone, court métrage de Chris Marker et François Reichenbach sur la manifestation organisée à Washington le 21 octobre 1967 contre la guerre du Vietnam. Les plus fortunés pourront se procurer pour 80 € Planète Marker, coffret de dix DVD réunissant, outre Loin du Vietnam : La Jetée (1962), Le Joli Mai (1962), Le fond de l’air est rouge (1977), Sans soleil (1982), A.K. (1985), Mémoire pour Simone (1986), Le tombeau d’Alexandre (1993), Chats perchés (2004)…

Source : Télérama 15/02/2015.

Voir aussi : Rubrique Cinéma, rubrique Vietnam, rubrique Art,

L’Art vidéo au Musée Fabre : une absolue plénitude…

Peter-campus "double-vision" (1971)

Conçue à partir de la collection d'art Vidéo du Musée national d'art moderne, Vidéo, un art, une histoire 1965-2007 présente une version renouvelée de l'exposition du Centre Pompidou. « C'est la première escale en France de l'exposition, après trois années d'itinérance à travers le monde, avant de partir pour l'Amérique latine. » souligne la conservatrice du Musée national d'art moderne Christine Can Assche, commissaire de l'exposition. La lecture historique proposée est chronologique. "Elle est doublée d'une trajectoire transversale qui marque l'influence des précurseurs sur l'œuvre d'artistes plus jeunes."

La visite  qui succède à cette introduction - On épargne ici aux lecteurs les liens alambiqués qui tentent de trouver une filiation picturale entre Courbet et Paik et le marketing institutionnel qui lie l'utilisation de la vidéo dans les vitrines commerçante du centre ville et l'art de Viola - nous permet d'appréhender une sélection de 35 œuvres réalisées par les pionniers de l'art vidéo : Nam June Paik, Peter Campus, Jean-Luc Godard, Chris Marker, ainsi que par des artistes contemporains comme Pierre Huyghe et Isaac Julien...

La neutralité de l'installation qui occupe 1 400 m2 sur deux niveaux est assez réussi mais manque d'espace. Ce qui explique sans doute l'absence de vidéo sculpture, outre le fait que celles-ci soient réputées plus rentables pour les compagnies d'assurances et les transporteurs que pour l'institution muséale.

Mythe ou Histoire ?

Sur le fond, c'est la notion d'histoire qui pose question avec un médium tel que la vidéo qui pourrait-on dire incarne la part maudite de l'art contemporain. Au milieu des années 60, un fort potentiel l'a propulsé dans le ciel de l'art où il a explosé comme les météores. Le caractère éphémère des électrons n'y est sans doute pas pour rien. Rétrospectivement, l'éclosion délirante,  poétique et subversive de l'art vidéo apparaît comme une ligne alternative et fugitive qui se poursuit sur une vingtaine d'années avant de se perdre à l'intérieur du petit écran devenu spatial. En ce sens, l'art vidéo se trouve largement en inconformité avec une histoire linéaire qui le conduirait jusqu'à nos jours. Cette métaphore du champ magnétique relève davantage du mythe en créant des relations diffuses dans l'esprit du spectateur.

Un premier combat fatal

L'exposition Vidéo un art une histoire 1965-2007 tente de présenter une histoire en quatre étapes. La première concerne la confrontation avec la télévision, tentative de pénétration et de détournement. La seconde s'articule autour des recherches identitaires, phase expérimentale qui voit le développement de performance autour de l'interaction, du corps, du temps et de l'espace. L'après cinéma aborde dans le troisième volet l'émancipation de l'image et du son de leur contexte narratif. Et la vision du monde, conclut sur diverses directions esthétiques en lien avec la mondialisation culturelle.

Cette vision de l'histoire électronique et magnétique créée un fil ininterrompu alors que dès la première étape l'art vidéo a pris un coup fatal en se confrontant à la tyrannie télévisuelle, l'absence de lieu de diffusion faisant le reste. Il est heureux que les musées ouvrent enfin leurs portes à ce médium. C'est évidemment un peu tard, mais ne boudons pas l'occasion de s'y rendre pour voir.

Jean-marie Dinh

Vidéo, un art, une histoire 1965-2007. L’œuvre des plus grands artistes à découvrir à Montpellier du 25 octobre 2008 au 18 janvier 2009.