L’Etat au régime Macron

IMG_4432

Source Le Canard Enchaîné 22/11/2017

Voir aussi : Actualité France, Rubrique DéfensePolitique, Les ministres macron compatiblesFlorence Parly touchait 52.000 euros par mois, Affaires, rubrique EconomieBudget 2018 : un pari à haut risque, Macron met les collectivités au régime sec,

L’Espagne sanctionnée par Standard and Poor’s

Une semaine après l’agence de notation Fitch, Standard and Poor’s a abaissé à son tour jeudi d’un cran la note souveraine de l’Espagne, à « AA- », citant « les perspectives incertaines de croissance » du pays et la probable poursuite de la détérioration du système financier espagnol. L’agence a précisé que la perspective de cette note restait « négative », notant que le pays était confronté à des « risques croissants » en raison d’un niveau de chômage élevé, d’un environnement financier plus difficile et du risque de ralentissement économique chez les principaux partenaires de l’Espagne.

La note « AA- », la quatrième meilleure possible, reste d’un niveau attribué aux émetteurs de haute qualité. Cette décision est intervenue quelques heures après que la Slovaquie eut levé un obstacle majeur pour permettre à la zone euro de renforcer son système de défense contre la crise de la dette.

Le Parlement slovaque a approuvé le renforcement du Fonds européen de stabilité financière (FESF), permettant ainsi l’entrée en vigueur de cet outil incontournable de la réponse à la crise de la dette. Pour expliquer sa décision, S&P a cité « les perspectives incertaines de croissance de l’Espagne à la lumière de la nécessité pour le secteur privé d’avoir accès à des financements extérieurs » au moment où le pays emprunte à des taux élevés en raison de l’affaiblissement de la confiance des prêteurs.

L’agence juge également « probable que la qualité des actifs du système financier espagnol continue à se détériorer », tandis que « la réforme incomplète du marché de l’emploi va continuer à freiner la reprise économique ».

S&P a basé son analyse sur des prévisions de croissance de 0,8% en 2011 en termes réels et 1% en 2012, soit moins que ce qu’elle prévoyait il y a encore huit mois (1,5%). Elle a évoqué la possibilité que l’économie retombe en récession l’an prochain, en raison notamment d’une baisse de la demande interne et étrangère, avec un PIB en baisse de 0,5%. Dans ce cas, précise l’agence, la note de l’Espagne serait de nouveau abaissée. En revanche, si l’Espagne dépasse les prévisions de croissance de S&P, la perspective du pays passerait à « stable ».

« Nous pensons néanmoins que le gouvernement pourrait manquer ses objectifs budgétaires en raison de dépassements de dépenses au niveau des gouvernements locaux et régionaux et de la sécurité sociale, malgré une réduction du déficit budgétaire du gouvernement central plus importante que prévu », indique S&P.

L’agence table sur un déficit budgétaire du gouvernement central de 6,2% du PIB en 2011, globalement conforme aux prévisions du gouvernement espagnol (6%). « Nous pensons néanmoins que des mesures supplémentaires seront nécessaires pour atteindre l’objectif de 4,4% du PIB en 2012″, ajoute-t-elle, tablant sur 5,0% du PIB.

Une semaine plus tôt, Fitch Ratings avait abaissé de deux crans la note de l’Espagne, désormais établie à « AA- », contre « AA+ » auparavant, soit la quatrième la plus élevée sur une échelle de vingt.

Pour Fitch aussi, la note est assortie d’une perspective « négative », qui implique que l’agence pourrait l’abaisser de nouveau à moyen terme.

Moody’s devrait se prononcer d’ici à fin octobre sur un éventuel abaissement de la note espagnole, actuellement à « Aa2″ (la troisième meilleure possible).

La croissance de l’Espagne, dopée pendant des années par sa bulle immobilière, a brutalement chuté quand cette dernière a éclaté fin 2008, au moment même où éclatait la crise financière internationale. Elle a alors plongé dans 18 mois de récession, dont elle n’est ressortie, début 2010, qu’avec une croissance atone.

AFP

 

Journée mondiale de manifestations contre le pouvoir des banques

Après la journée mondiale de manifestations contre le pouvoir des banques le 15 octobre, le quotidien de centre-gauche El País souligne le caractère inédit de ce mouvement : « Cette dimension mondiale fait de cette journée de protestation un évènement particulier auquel on n’avait encore jamais assisté. D’une part, une initiative lancée par des citoyens est parvenue à organiser en même temps des manifestations dans des endroits aussi nombreux, aussi différents et aussi distants les uns des autres. Contrairement aux mouvements antimondialisation qui ont eu lieu jusqu’à présent là où se rencontraient les décideurs de la planète, il s’agit ici d’une réaction internationale, qui remet en question le traitement mondial de la crise financière qui a entraîné une grave dépression dans le monde entier. Les exigences du mouvement rencontrent la sympathie d’une majorité de personnes à un moment difficile de notre histoire, où la répartition des coupes budgétaires à supporter et des sacrifices est ressentie comme injuste. » (16.10.2011)

El País ( Espagne)

Voir aussi : Rubrique Espagne, rubrique Finance, rubrique Société, Mouvements sociaux,

« Ridicule » taxe sur les riches

La taxe de 3% sur les très hauts revenus est « mieux que rien », mais son montant est « ridicule », juge jeudi sur RTL Claude Perdriel, une des 16 fortunes françaises à avoir demandé une contribution exceptionnelle des plus riches à la réduction du déficit.

Comme on lui demande si le Premier ministre a répondu à cet appel en annonçant la création d’une taxe exceptionnelle de 3% sur les revenus du travail et du capital dépassant 500.000 euros par an, le fondateur du Nouvel Observateur tranche: « non ».

La réponse du gouvernement est « sympathique, c’est mieux que rien », a tempéré M. Perdriel, pour qui il faut « toujours saluer les pas en avant ».

« En même temps, ça casse le tabou idiot de ne pas augmenter les impôts et donc on peut espérer que ça ira plus loin. Mais pour le moment, c’est ridicule », a-t-il ajouté.

Selon le gouvernement, cette mesure doit permettre de rapporter 200 millions d’euros.

« Si on augmentait de 5% les impôts sur ce que touchent réellement les 1% les plus riches, cela représenterait 5 milliards d’euros et je ne crois pas que ça diminuerait d’un iota ni la croissance, ni la consommation », a expliqué M. Perdriel.

« Il y a chez Nicolas Sarkozy une certaine adaptation, mais il me semble que cette faculté d’adaptation, en ce qui concerne la fiscalité, lui a bien manqué pendant ces trois dernières années », a-t-il ajouté.

AFP

Voir aussi : Rubrique Economie, rubrique Finance, rubrique Livre, La guerre des riches commence au Fouquet,

La croissance française trop « lente » en 2010 pour enrayer le chômage (OCDE)

 Après la récession en 2009, la France devrait enregistrer une « croissance lente » de 1,4% l’an prochain puis de 1,7% en 2011 qui ne sera pas suffisante pour empêcher le taux de chômage d’augmenter, prévoit l’OCDE dans ses dernières prévisions. Dans sa précédente estimation publiée fin juin, l’Organisation pour la coopération et le développement économiques s’attendait à une baisse du produit intérieur brut (PIB) français de 3% en 2009 et ne tablait que sur une croissance de 0,2% en 2010.

La Commission européenne a publié début novembre des prévisions très proches de celles de l’OCDE, avec 1,2% de croissance en 2010 et 1,5% en 2011. De son côté, le gouvernement français conserve pour l’instant une prévision de croissance « prudente » de 0,75% pour l’an prochain mais mise sur une progression du PIB de 2,5% en 2011 et 2012.

D’après l’OCDE, la croissance française ne sera « pas suffisamment élevée pour stabiliser l’emploi et la hausse du taux de chômage pourrait bien ne pas s’achever avant le début de 2011″, pour dépasser 10% de la population active en France métropolitaine, contre 9,1% en 2009. « La suppression annoncée, et bienvenue, de la taxe professionnelle, quoique compensée en partie par l’introduction d’une taxe carbone, produira un effet de relance budgétaire supplémentaire de l’ordre de 0,6 point de PIB en 2010″, note l’OCDE.

L’organisation estime que le plan de relance de l’économie mis en place par le gouvernement français doit se poursuivre comme prévu l’an prochain pour ne pas pénaliser la reprise.
« Mais les pouvoirs publics devraient se garder d’amplifier ce soutien », insiste l’OCDE, qui juge que l’heure est plutôt à « une stratégie de sortie de crise pluriannuelle solide et crédible ».

L’OCDE constate en effet que les finances publiques de la France « ont payé un lourd tribut à la crise financière et à la récession », avec un déficit public qui va culminer en 2010 « aux alentours de 8,5% du PIB tandis que la dette publique devrait dépasser 90% du PIB », même en l’absence de grand emprunt.

L’organisation se montre d’ailleurs particulièrement sceptique sur cet emprunt voulu par le président Nicolas Sarkozy, dans la mesure où l’opération « interviendra trop tard pour contribuer à la reprise et rendra encore plus difficile l’indispensable assainissement des finances publiques ».

« Les projets potentiellement attractifs devraient être financés par des coupes dans des postes de dépenses moins productives, ou par une hausse de la fiscalité sur les successions et les biens immobiliers, comme cela est envisagé actuellement », estime l’OCDE. Des nouvelles réformes « seront nécessaires pour enrayer et inverser la tendance à l’augmentation de la dette publique à long terme », ajoute le rapport.

AFP

Grand emprunt: l’UMP fixe les « priorités de long terme » pour la France

L’UMP présente mardi à l’Assemblée ses propositions dans le cadre d’une convention sur le « grand emprunt » voulu par Nicolas Sarkozy, alors que la commission ad hoc présidée par Alain Juppé et Michel Rocard doit rendre sa copie avant le 1er novembre.

Cet emprunt, annoncé le 22 juin par le chef de l’Etat devant le Congrès à Versailles, vise, parallèlement au plan de relance, à doper l’économie à plus long terme, en faisant financer par l’Etat des « investissements stratégiques » pour les « générations futures ».

C’est une « ardente obligation nationale », affirment dans les colonnes du quotidien Le Monde, mardi, le secrétaire général Xavier Bertrand et son adjoint, Eric Besson, alors que l’idée fait craindre à droite comme à gauche un alourdissement de la dette publique.

Prévu pour 2010, l’ »emprunt national » doit permettre de fixer les « priorités de long terme » de la France, selon les deux hauts responsables de l’UMP qui préfèrent reléguer « en dernière instance » les questions épineuses du montant et des modalités.

Le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, est resté évasif sur ces deux points. « Il faut un investissement massif, donc un grand emprunt, à la hauteur des enjeux », a-t-il dit sans le chiffrer.

Quant à savoir si cet emprunt sera lancé auprès des institutions financières ou du public (ou bien les deux), « la question n’est pas encore tranchée », selon M. Guaino, qui semble néanmoins écarter l’appel aux particuliers, pour des raisons de coût.     « Il va falloir choisir les priorités les plus prioritaires », a-t-il ajouté,  évoquant plusieurs pistes (développement durable, réindustrialisation des bassins d’emploi en déclin, recherche, santé…).

Il faudra donc attendre la fin du processus des consultations pour avoir une idée du montant, après des hypothèses allant d’environ 30 milliards (avancée notamment par Michel Rocard, ndlr) jusqu’à 100 milliards d’euros, évoquée par certains proches de Nicolas Sarkozy mais jugée disproportionnée par la plupart des économistes au regard de la dette publique.

Les organisations patronales et syndicales, comme la CFDT, reçues dans le cadre des consultations engagées par le gouvernement, ont elles aussi appelé à agir avec prudence face au risque d’aggravation de la dette.

Le critère prioritaire pour sélectionner les projets financés par cet emprunt doit être « la rentabilité » et « le retour sur investissement », a averti la présidente du Medef, Laurence Parisot, invitée mardi à la convention de l’UMP.

« Toutes les ressources » de l’emprunt public devront être affectées à « des dépenses clairement identifiées comme porteuses de croissance et d’emploi » a précisé le Premier ministre François Fillon, citant « la croissance verte »,  « l’université de demain et l’économie de la connaissance ».

Des secteurs privilégiés également par MM. Bertrand et Besson qui préconisent des « efforts » particuliers dans le « véhicule électrique, le solaire, le nucléaire de 4ème génération » ou encore la création de « grands campus ».

Les décisions devraient être prises « dans la première quinzaine de novembre », selon M. Guaino. Mais ce sont « les parlementaires qui, in fine, voteront », a rappelé Jean-François Copé, chef de file des députés UMP.

Après avoir sondé leurs circonscriptions, ces derniers ont listé leurs propres priorités : « les technologies de la dépollution », « les nouvelles technologies culturelles » (jeux vidéo en 3D, télévision holographique), ou encore « la recherche sur les implants médicaux avec puces ».