La Colombie et le Venezuela se réconcilient

map-colombie-venezuela2Les présidents de Colombie et du Venezuela ont annoncé le rétablissement de leurs relations diplomatiques et commerciales mardi à l’issue d’un sommet à Santa Marta (Colombie), après un an de crises ayant débouché sur la rupture, le 22 juillet. A l’issue d’un peu plus de trois heures de réunion, dans ce port caribéen situé à 950 km au nord de Bogota, Juan Manuel Santos et Hugo Chavez « se sont accordés pour relancer la relation bilatérale en rétablissant les relations diplomatiques entre les deux pays, sur la base d’un dialogue transparent, direct, respectueux, privilégiant la voix diplomatique », ont-ils annoncé dans une déclaration commune. Le sommet entre Juan Manuel Santos, président colombien depuis samedi, et Hugo Chavez, a débouché sur des compromis, en particulier au sujet de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), pomme de discorde entre Bogota et Caracas depuis de longues années.

« Le président Chavez m’a réitéré qu’il ne permettrait pas la présence de groupes armés sur son territoire. Je crois que c’est un pas important pour que les relations soient maintenues sur des bases fermes », a dit Juan Manuel Santos. Le président Chavez pour sa part a déclaré que « le gouvernement vénézuélien ne soutien pas et ne soutiendra pas (…) ni permettra la présence de guérillas ni du narcotrafic ». Sans nier le phénomène, il a demandé à ce que l’on n’accuse pas son gouvernement de les « soutenir », comme l’avait suggéré le prédécesseur de Juan Manuel Santos, Alvaro Uribe, lorsque son pays a présenté à l’Organisation des Etats américains (OEA) des « preuves » de la présence « active » de quelque 1.500 guérilleros des Farc au Venezuela, le 22 juillet.

Ces accusations, précédées de mois de tensions, avaient entraîné la rupture des relations diplomatiques par Hugo Chavez, qui les avaient jugées « mensongères », estimant qu’elles montraient « la folie guerrière » de son homologue. « Nous devons vaincre les démons, président », a encore déclaré Chavez mardi en s’adressant à Juan Manuel Santos: « Il y a des gens qui veulent que nous soyons fâchés ».

Les deux hommes ont également évoqué, pendant leur réunion, l’accord conclu entre la Colombie et les Etats-Unis en 2009, permettant à l’armée américaine de faire usage d’au moins sept bases militaires en Colombie. L’annonce de l’accord avant même sa signature, le 15 juillet 2009, avait été la cause de la dégradation sans précédent des relations entre les deux voisins, Hugo Chavez ayant décidé en représailles, de mettre fin aux importations de son pays en provenance de Colombie, une décision qualifiée « d’embargo commercial », par l’ex-president colombien Alvaro Uribe.

Sur ce sujet, Hugo Chavez a assuré que la Colombie était un pays « souverain », qui pouvait passer toute sorte d’accords avec tous les pays du monde. « La seule chose c’est qu’aucune convention ne doit porter atteinte à la souveraineté du voisin et ne représente une menace, c’est ce dont nous avons parlé », a-t-il ajouté en annonçant aussi que les deux pays travailleraient au « rétablissement du commerce bilatéral », marqué par une chute vertigineuse des exportations colombiennes entre janvier et mai de cette année (-71,4%).

Pour faciliter la normalisation, ils ont annoncé la création de cinq commissions binationales, « pour la relance des relations commerciales », l’intégration économique, les questions sociales frontalières, le développement commun d’infrastructures et la sécurité. Caracas et Bogota échangeront en outre « rapidement », des ambassadeurs, ont assuré les deux chefs d’Etat. Avant de partir, Hugo Chavez a enfin offert une biographie du général Simon Bolivar, héros des deux pays, qui avait joué un rôle clef dans l’émancipation des colonies espagnoles, à Juan Manuel Santos, qui fêtait mardi ses 59 ans.

AFP

Voir aussi : Rubrique Amérique Latine, crise diplomatique entre le Venezuela et la Colombie,

Kourmanbek Bakiev : « Aucun pouvoir ne peut m’arrêter »

 Bakiev Kourmanbek mercredi 21 avril, à Minsk.

Le président déchu du Kirghizistan, Kourmanbek Bakiev, réfugié en Biélorussie, a affirmé mercredi 21 avril être toujours le chef d'Etat de ce pays stratégique d'Asie centrale. Le gouvernement kirghize intérimaire réclame pour sa part l'extradition de ce "criminel" et de ce "sadique".

Arrivé sous bonne escorte au siège de la Communauté des Etats indépendants (ex-URSS moins les Etats baltes et la Géorgie), à Minsk, sa terre d'exil, Kourmanbek Bakiev a lu un communiqué dans lequel il s'est posé en dirigeant de son pays. "Moi, Kourmanbek Bakiev, je suis le président élu du Kirghizistan et reconnu par la communauté internationale. Je ne reconnais pas ma démission. J'ai été élu président (...) et aucun pouvoir ne peut m'arrêter. Seule la mort peut m'arrêter."

"DES BANDITS TENTENT DE S'EMPARER DU POUVOIR"

Kourmanbek Bakiev a été renversé au début du mois par un soulèvement populaire sanglant à Bichkek, la capitale du Kirghizistan, à l'issue duquel l'opposition s'est emparée du pouvoir. Il s'était envolé le 15 avril du Kirghizistan pour le Kazakhstan voisin, remettant sa démission après des négociations coordonnées par la Russie et les Etats-Unis, les deux puissances qui disposent de bases militaires sur le sol kirghiz. Puis il a rejoint la Biélorussie, lundi 19 avril.

M. Bakiev n'a pas mâché ses mots à l'égard du gouvernement intérimaire, formé à la suite des affrontements sanglants du 7 avril entre manifestants de l'opposition et policiers, qui ont fait quatre-vingt-cinq morts. "Tout le monde doit savoir que les bandits qui tentent de s'emparer du pouvoir sont les exécutants d'une force extérieure et n'ont aucune légitimité", a-t-il lancé, sans pour autant préciser ses accusations sur l'identité de la puissance étrangère.

LE POIDS DE LA RUSSIE

Certains analystes estiment que la Russie soutenait en sous-main l'opposition à M. Bakiev, ce dernier étant revenu sur une promesse de fermer la base aérienne américaine, près de Bichkek, qui est essentielle au déploiement des troupes en Afghanistan. Moscou s'est d'ailleurs empressé d'établir des relations avec le gouvernement provisoire, débloquant une aide financière de 50 millions de dollars, sous forme de crédit et de don à cette ancienne république soviétique au bord de la ruine.

Les autorités kirghizes, qui accusent M. Bakiev de corruption, de népotisme, et d'avoir approuvé l'usage des armes contre les manifestants de l'opposition, ont pour leur part prévenu qu'elles allaient demander l'extradition du président déchu. "Tous ceux qui ont souffert pensent qu'il ne peut y avoir de refuge nulle part au monde pour ce sadique. Ce criminel doit être extradé vers notre pays", a ainsi lancé mardi la chef du gouvernement provisoire, Rosa Otounbaïeva, s'adressant à des journalistes.

Le Monde fr et AFP 21/04/10

Manifestation contre la corruption du régime du président Kourmanbek Bakiev

Quelque 3 000 partisans de l'opposition du Kirghizistan ont manifesté mercredi 17 mars à Bichkek pour protester contre la corruption du régime du président Kourmanbek Bakiev et les pressions dont sont victimes les médias indépendants et opposants, a constaté sur place une journaliste de l'AFP.

Les manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Bakiev, cesse de voler ton peuple" ou encore "Liberté pour Ismaïl Issakov", un ex-ministre de la défense passé à l'opposition et condamné en janvier à huit ans de prison. Les protestataires ont aussi crié des slogans de soutien à la radio en langue kirghize de Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL), qui est privée d'antenne depuis plusieurs jours. "Il faut créer des organes parallèles à ceux du pouvoir et avoir pour but de prendre le pouvoir", a déclaré devant les manifestants Omourbek Tekebaïev, un des dirigeants de l'opposition.

Kourmanbek Bakiev est arrivé au pouvoir en mars 2005 à l'issue d'une révolution émaillée de violences, promettant de démocratiser le Kirghizistan. Mais depuis, la plupart de ses compagnons de route ont rejoint l'opposition, accusant le président de corruption et de dérive autoritaire. Les militants des droits de l'homme sont de plus en plus critiques du régime, notamment en raison de la multiplication des attaques contre les journalistes et des poursuites judiciaires contre les opposants.

AFP 17/03/10


Le coup d'Etat au Kirghizistan montre la tragédie de l'Asie centrale

Après de violents affrontements, l'opposition a renversé le gouvernement au Kirghizistan. C'est le signe général de la mauvaise gestion et de la répression dans les pays d'Asie centrale que sont le Kirghizistan, l'Ouzbékistan, le Turkménistan, le Tadjikistan et le Kazakhstan, estime le quotidien The Times : "Les cinq pays, qui formaient autrefois le bas ventre musulman prospère et relativement stable de l'Union soviétique, affichent depuis leur indépendance un bilan misérable : régimes autoritaires, stagnation économique, violations des droits de l'homme et instabilité. … L'Asie centrale est une région immense, stratégiquement importante et potentiellement très riche. Les cinq nations disposent d'énormes ressources, très demandées en Chine, leur voisin oriental, et dans le sous-continent. Aucune d'entre elles n'a pourtant compris qu'un minimum de bonne gestion, de cohésion sociale et de tolérance politique sont nécessaires afin d'attirer les investissements étrangers. Le Kirghizistan est seulement l'exemple le plus récent de cette tragédie post-soviétique."

The Time 08/04/10

Voir aussi : Rubrique Asie centrale: Bichkek promet une enquête sur le déclenchement des violence au Kirghizistan, Kirghizistan l'armée mobilisée,