Expo photo : Optiques ouverts pour un voyage dans les villes

boris-mikhailov

Boris Mikhailov, Sans titre de la série "At Dusk" 1993.

Exposition. Le Pavillon populaire de Montpellier ouvre l’espace urbain à des interventions photographiques qui traversent l’histoire de l’Europe de ces quarante dernières années.

Comme la lumière, la photo traverse les frontières. Après l’Amérique, retour en Europe au Pavillon Populaire dont l’ambition est de s’affirmer comme un lieu qui compte pour la photographie d’art à l’échelle nationale et internationale. Le succès de la dernière l’exposition  Les Suds profonds de l’Amérique qui a rassemblé  20 000 visiteurs, réjouit l’adjoint à la culture de Montpellier Michaël Delafosse très impliqué dans la nouvelle dynamique impulsée par Gilles Mora.

« A la différence de l’Amérique, la photographie européenne de rue est marquée par son implication sociale, politique, et par une dimension plus fun, explique le directeur artistique du Pavillon Populaire. La ville apparaît pour certains comme un lieu de plaisir, alors qu’elle est revendiquée par d’autres comme un lieu de douleur. » Une impression dont on découvre les contrastes palpables dans le parcours de l’expo consacrée aux figures de la photographie urbaine en Europe depuis 1970.

Gilles Mora a confié le premier volet d’une série de quatre expos sur le thème de la photographie urbaine à la conservatrice en chef du Musée de l’Albertina à Vienne, Monika Farber, qui assure le commissariat de Aires de jeux champs de tensions à voir jusqu’au 24 avril prochain. «  J’avais  trois grands artistes en tête, Bogdan Dziworski, Michael Schmidt, Christ  Killip, qui me semblaient répondre à la proposition de Gilles Mora, puis j’ai ouvert à des artistes talentueux que j’apprécie pour la singularité de leur travail. Je voulais mettre en avant la qualité. La différence de reconnaissance entre ceux qui vendent très bien sur le marché de l’art et des artistes qui disposent de peu de notoriété n’a pas d’importance. J’ai voulu aussi adjoindre la vidéo aux possibilités photographiques »

Jeux et tensions

L’expo propose trois vidéos dont le travail très percutant du Suisse Christoph Rütimann qui fixe des roulettes à sa caméra pour attaquer, façon skater, les rambardes du mobilier urbain. De Londres à Zurich, on fuse sur les lignes à grande vitesse et on évite la chute grâce à un montage cut ingénieux.

Face à la ville, l’approche du photographe varie pour effectuer ses prises de vue. Pour le Japonais Seiichi Furuya qui brave l’interdiction en vigueur et photographie le mur de Berlin côté Est dans les années 70, les images sont saisies à la sauvette. En photographiant  les manifestations officielles en noir et blanc et les activités de loisirs dominicales en couleur, l’artiste joue sur les tensions et montre comment le gouvernement utilise la rue. A la même époque, le réalisateur polonais Dziworski dont on découvre l’œuvre photographique remarquable dans le travail sur le mouvement, saisit l’instant.

Les faux passants. Rosenfeld 1997/1998.

Les faux passants. David Rosenfeld Amiens 1997/1998.

A l’inverse, le photographe français David Rosenfeld présent à  Montpellier lors du vernissage s’arrache au mythe d’une photographie  de rue hors d’usage. « Mon regard est fuyant. Je travaille sur des petits formats. Pour sortir  de l’inflation des grands formats et du regard sociologique. Ce qui m’attire c’est l’intemporalité dans le temporel. Ce qui est antérieur à ce que l’on voit. Je recherche le désir dans la neutralité. Je traite la dimension urbaine comme un décor de théâtre. Pour moi la ville est formelle. L’humain est comme un comédien dans sa scène. Je  m’intéresse à cette fausse absence. Au simulacre par exemple sur certaines de mes  photos. On croit voir des gens qui marchent, mais ils ne marchent pas. »

Juxtaposition des réalités
On retrouve un peu de cette juxtaposition simultanée des réalités dans les photos de la photographe tchèque Jitka Hanzlovà dont les portraits sont baignés d’une lumière radieuse mais où les visages sont fermés. L’artiste accentue l’ambivalence des sentiments avec des cadres sans horizon.

chris-kilip-801

Chris Killip, Father and Son, Newcastle, 1980

Côté tension, le regard  de l’Anglais Chris Killip osculte les effets des années Thatcher à travers le sombre quotidien des chômeurs. La qualité narrative de ses mises en scène de rue traduit l’impossibilité d’évolution de la classe des ouvriers sacrifiés. Celui de l’Ukrainien Boris Mikhailov nous transporte sur les traces amères et radioactives de l’effondrement économique de l’URSS avec un travail panoramique bien trash dont les effets cinématographiques donnent froid dans le dos.

L’Autrichien Octavian Trauttmans-Dorff est peut-être le seul à revendiquer un regard plus sociologique sans se départir d’une esthétique singulière. Il présente un échantillon  de la population viennoise grandeur nature photographiée dans la même rue sur une toile de 18 mètres de long avec des effets obtenus par absence de fixateur. L’artiste affirme pour sa part être arrivé à ce résultat en effectuant ses tirages avec l’eau polluée du Danube.

Jean-Marie Dinh

Aires de jeux champs de tensions au Pavillon Populaire  jusqu’au 24 avril prochain.

Voir aussi : Rubrique Photo,

L’Art vidéo au Musée Fabre : une absolue plénitude…

Peter-campus "double-vision" (1971)

Conçue à partir de la collection d'art Vidéo du Musée national d'art moderne, Vidéo, un art, une histoire 1965-2007 présente une version renouvelée de l'exposition du Centre Pompidou. « C'est la première escale en France de l'exposition, après trois années d'itinérance à travers le monde, avant de partir pour l'Amérique latine. » souligne la conservatrice du Musée national d'art moderne Christine Can Assche, commissaire de l'exposition. La lecture historique proposée est chronologique. "Elle est doublée d'une trajectoire transversale qui marque l'influence des précurseurs sur l'œuvre d'artistes plus jeunes."

La visite  qui succède à cette introduction - On épargne ici aux lecteurs les liens alambiqués qui tentent de trouver une filiation picturale entre Courbet et Paik et le marketing institutionnel qui lie l'utilisation de la vidéo dans les vitrines commerçante du centre ville et l'art de Viola - nous permet d'appréhender une sélection de 35 œuvres réalisées par les pionniers de l'art vidéo : Nam June Paik, Peter Campus, Jean-Luc Godard, Chris Marker, ainsi que par des artistes contemporains comme Pierre Huyghe et Isaac Julien...

La neutralité de l'installation qui occupe 1 400 m2 sur deux niveaux est assez réussi mais manque d'espace. Ce qui explique sans doute l'absence de vidéo sculpture, outre le fait que celles-ci soient réputées plus rentables pour les compagnies d'assurances et les transporteurs que pour l'institution muséale.

Mythe ou Histoire ?

Sur le fond, c'est la notion d'histoire qui pose question avec un médium tel que la vidéo qui pourrait-on dire incarne la part maudite de l'art contemporain. Au milieu des années 60, un fort potentiel l'a propulsé dans le ciel de l'art où il a explosé comme les météores. Le caractère éphémère des électrons n'y est sans doute pas pour rien. Rétrospectivement, l'éclosion délirante,  poétique et subversive de l'art vidéo apparaît comme une ligne alternative et fugitive qui se poursuit sur une vingtaine d'années avant de se perdre à l'intérieur du petit écran devenu spatial. En ce sens, l'art vidéo se trouve largement en inconformité avec une histoire linéaire qui le conduirait jusqu'à nos jours. Cette métaphore du champ magnétique relève davantage du mythe en créant des relations diffuses dans l'esprit du spectateur.

Un premier combat fatal

L'exposition Vidéo un art une histoire 1965-2007 tente de présenter une histoire en quatre étapes. La première concerne la confrontation avec la télévision, tentative de pénétration et de détournement. La seconde s'articule autour des recherches identitaires, phase expérimentale qui voit le développement de performance autour de l'interaction, du corps, du temps et de l'espace. L'après cinéma aborde dans le troisième volet l'émancipation de l'image et du son de leur contexte narratif. Et la vision du monde, conclut sur diverses directions esthétiques en lien avec la mondialisation culturelle.

Cette vision de l'histoire électronique et magnétique créée un fil ininterrompu alors que dès la première étape l'art vidéo a pris un coup fatal en se confrontant à la tyrannie télévisuelle, l'absence de lieu de diffusion faisant le reste. Il est heureux que les musées ouvrent enfin leurs portes à ce médium. C'est évidemment un peu tard, mais ne boudons pas l'occasion de s'y rendre pour voir.

Jean-marie Dinh

Vidéo, un art, une histoire 1965-2007. L’œuvre des plus grands artistes à découvrir à Montpellier du 25 octobre 2008 au 18 janvier 2009.

« J’ai pris la liberté de filmer ma culture avec du recul »

Corps traversés: présenté dans le cadre de Quartiers libres. Photo DR

Il n'est jamais trop tard pour réveiller notre conscience culturelle. L'installation vidéo de Mehdi Meddaci y contribue efficacement.

« Le manque d'une culture est le point aveugle du film » souligne Mehdi Meddaci en parlant de son travail autobiographique, 17 minutes d'un journal filmé. Projeté à l'aide de quatre projecteurs sur une structure de 16 m2 l'œuvre propose plusieurs entrées sur des lieux intérieurs.

Sur fond de nuit s'opère un rite de passage composé de paysages intimes, flux d'images subjectives qui retracent une culture : « ma grand-mère et mon amie avaient toutes deux un appartement dans le quartier. J'ai travaillé sur les lieux d'habitation dans le décor de vie des habitants, avec les clichés, tout y est ! ». D'un appartement à l'autre, le même cortège d'objets intérieurs. L'examen d'une galerie de portraits de famille chez la grand-mère vire au poétique.

On sent des tensions silencieuses autour de la fête de l'Aid al kébir au moment du sacrifice du mouton. « On est impressionné enfant, la première fois que l'on voit ça. En même temps, c'est un geste qui a traversé les temps. » Priorité est donnée à l'image. Pas de dialogue, pas de mise en scène, pas de symbole, juste des signes.

Mehdi aborde la vie inconsciente de sa culture sans avoir mis les pieds en Kabylie. Pourtant ce qui émerge de ce continent englouti résonne comme un appel à l'immersion.  Le film a été réalisé entre 2004 et 2005. Pour l'essentiel, les prises ont été tournées à domicile ou dans des voitures.

Il y a peu d'extérieur, à l'exception d'un plan sur des pigeons qui mangent un kébab et d'une sortie sur la plage. «  Ici, beaucoup de jeunes issus de l'immigration se rendent au bord de la mer. Ils longent la Méditerranée, avec une attirance pour l'autre côté... »

Un passage du film s'ouvre sur Beyrouth. « J'ai séjourné là bas avant les événements. Dans le film, ce moment symbolise la fracture entre les communautés qui est très perceptible sur place. Après la guerre civile, la ville a été reconstruite sans souci de mixité sociale. Je voulais aussi un regard professionnel plus distancié. »

Ce passage se raccroche aux intérieurs de La Paillade, où la caméra de l'artiste suit les fils de télévision pour savoir où ils conduisent. « C'est l'idée du transport de l'image qui m'a intéressé. En suivant les câbles, on se rend compte au final que les fils de la cité constituent une forme de réseau fermé. Dans la bande-son, j'ai mixé des bruitages qui évoquent la circulation de l'image. »

L'artiste accepte les règles de l'action culturelle, mais redoute le cliché sociologique. « Je ne veux pas être récupéré. Ce n'est pas un travail sur un quartier réalisé par un jeune issu de l'immigration. De la même façon, quand je discute avec les jeunes, je leur dis qu'il n'y a pas que le rap comme mode d'expression. »

Il a raison et il le démontre avec Corps traversés, un parcours qui s'apparente à celui d'un équilibriste, entre le rêve et le réveil, à la lisière des cultures comme un appel au prochain voyage.

Jean-Marie DINH

(1) Corps traversés est présenté dans le cadre de Quartiers libres

La forêt onirique de Yang Fudong

Absorbés par l'environnement forestier, les jeunes acteurs semblent emportés dans une méditation silencieuse sur la paix.. Photo DR

Absorbés par l'environnement forestier, les jeunes acteurs semblent emportés dans une méditation silencieuse sur la paix.. Photo DR

à Pékin en 1971, Yang Fudong vit et travail à Shanghai. C’est un artiste reconnu internationalement. Il présente une installation photo-vidéo captivante transportant le public dans une forêt composée de 60 000 photos. Il a remporté le prix spécial du Jury de la première biennale d’Art Chinois à Montpellier

Yang Fudong essaie de s’adapter au temps qui file mais son rapport à la société reste très largement métabolique. Il évoque le rêve que l’on a vécu en dormant et les morceaux qui en restent quand on se réveille. C’est à partir de cet univers qui nous échappe et ne parvient pas à la conscience tout en étant présent qu’il fonde son travail au centre duquel se trouve le rapport de l’homme et de la photo.

A la Panacée, l’ancienne faculté de pharmacie de Montpellier, Yang Fudong a a investi totalement l’amphithéâtre dans une démarche qui vise à expérimenter de nouvelle formes de présentation de l’image dans l’espace.

L’ensemble de l’espace a été tapissé de 60 000 photos d’hommes, de femmes et d’images de forêts. Une vingtaine de moniteurs parsemés dans la salle diffusent des films de l’artiste où les jeunes acteurs absorbés par cet environnement forestier semblent emportés dans une méditation silencieuse sur la paix. Une musique enchanteresse accentue la densité de cet univers très propice aux voyage intemporel dont on ne ressort pas indemne.

Un stationnement un peu plus prolongé permet de mieux apprécier l’invitation des elfes urbains qu’a mandatés Yang Fudonga  pour nous détourner de nos préoccupations quotidiennes. La magie de cette forêt peuplée opère pleinement avec le temps et les sentiments diffus d’ennui, d’amour et de mélancolie portés par ces agents oniriques nous gagne progressivement.

A travers son œuvre, l’artiste utilise le silence méditatif de la jeunesse chinoise pour dire l’indicible de cette société encore très mystérieuse pour les Français mais peut-être aussi pour ses propres habitants. Le rapport à l’environnement axe fondateur de la pensée chinoise reste le seul repère auquel l’œuvre de l’artiste ne cesse de se confronter. Un travail de maître qui procure une émotion proche de la nature elle même.

Jean-Marie DINH