Grève à i-Télé : «La direction est en train de détruire la chaîne»

 La façade de la rédaction d’i-Télé, après la chute de certaines lettres de la nouvelle enseigne installée samedi. La façade de la rédaction d’i-Télé, après la chute de certaines lettres de la nouvelle enseigne installée samedi. STR / AFP

La façade de la rédaction d’i-Télé, après la chute de certaines lettres de la nouvelle enseigne installée samedi. STR / AFP

Milan Poyet, journaliste et porte-parole du mouvement de grève, fait part de son inquiétude dans la résolution du conflit qui oppose les salariés à la direction, le plus long dans l’histoire de la chaîne d’info.

Après le réaménagement brutal ce week-end des bureaux de la rédaction d’i-Télé pour faire place à celle de Direct Matin, la situation semble toujours bloquée. Questions à Milan Poyet, journaliste au sein de la rédaction d’i-Télé et porte-parole du mouvement de grève.

Après le réaménagement surprise de vos locaux ce samedi, quelle est l’ambiance aujourd’hui à i-Télé ?
 

Question dialogue, plus rien n’avance. Nous avons eu hier la visite des déménageurs, certains bureaux ont été déplacés et des effets personnels des journalistes jetés à la poubelle. Sans que personne ne nous ait prévenus. Tout ça n’arrange pas les choses. Cela alimente le climat de défiance entre les salariés et la direction. Quant aux discussions, elles sont toujours au point mort. La commission de conciliation a été un échec vendredi. On demande officiellement la nomination d’un médiateur, mais nous n’avons toujours pas de retour du ministère de la Culture qui connaît très bien la situation de notre chaîne. Nous avons la main tendue vers la direction qui ne veut toujours pas la saisir.

Comment analysez-vous sa stratégie ?

J’ai l’impression qu’ils ont choisi la ligne dure et qu’ils ne se rendent pas compte qu’ils sont tout seuls. Les médias, les salariés et l’opinion sont avec nous, les gens nous soutiennent à 2 000 %. Ils nous disent : «Ne lâchez pas.» C’est la preuve que le combat est juste. Nos convictions sont fortes. On a revoté la grève jusqu’à lundi à 90 % et, pourtant, nous sommes dans une entreprise qui n’a pas cette culture de la grève. En juin dernier, il y a eu un mouvement. 50 personnes ont été remerciées sans qu’on ne leur donne rien. On a finalement obtenu gain de cause et trouvé un accord. Là, nous sommes dans le conflit le plus long de l’histoire d’i-Télé. On entre dans le huitième jour.

Quelle issue voyez-vous à ce conflit ?

Quand je vois les AG, la détermination de chaque journaliste et salarié, j’imagine mal la direction ne pas lâcher quelque chose à un moment donné. Il y a une solidarité entre nous, c’est hyper fort. La raison voudrait que la direction cède, mais ils ont montré qu’ils n’étaient pas raisonnables. La raison voudrait aussi que Jean-Marc Morandini ne vienne pas… Ils devraient signer une charte éthique, définir un projet éditorial clair et précis. Nous nous battons pour que la rédaction reste indépendante : c’est quand même hallucinant qu’on en soit là aujourd’hui. Ils veulent nous mettre au pas. Avec Zemmour et les frères Bogdanov, ils font le choix d’une stratégie d’audience à tout prix. Le divertissement informatif, ce n’est pas notre rôle.

Craignez-vous que l’image de la chaîne en pâtisse ?

On se pose beaucoup cette question. On n’abîme pas la chaîne en faisant grève. Ce que la direction fait, c’est pire. Ils sont en train de la détruire. Je ne dis pas qu’on va sortir renforcés, mais on leur demande de ne pas faire venir des gens qui ne sont pas journalistes sur une chaîne d’info. On leur demande de nous laisser faire notre travail, comme tout autre média. Nous ne sommes pas près de lâcher. Cela fait une semaine qu’on ne travaille pas et qu’on n’est pas payés mais les considérations financières passent après nos convictions. Même si ça va être compliqué ce mois-ci, ce n’est pas grave. C’est un combat, on est sûrs de nos forces. On ne veut pas que l’actionnaire puisse dire : «Regardez, j’ai réussi à mettre les journalistes au pas.» Attaquer les médias comme le fait Vincent Bolloré, c’est attaquer une partie de la démocratie.

Didier Arnaud

Source Libération 23/11/2016

Voir aussi : Actualité France, rubrique Médias, Main basse sur l’Information, rubrique  Société, Citoyenneté, Mouvement Sociaux,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>