Ces têtes brûlées qui secouent le journalisme

Gaspard Glanz et Alexis Kraland (© Xavier de Torres pour TéléObs)

Gaspard Glanz et Alexis Kraland (© Xavier de Torres pour TéléObs)

Au cœur de Nuit debout et des manifestations contre la loi Travail, une nouvelle génération de reporters casse-cou filme au plus près de l’action.  Rencontre avec ces acteurs du journalisme de l’instant qui bousculent les médias traditionnels.

u premier rang de la manifestation du 1er Mai, un casque de snowboard surmonté d’une caméra GoPro flotte au-dessus de la foule. Gaspard Glanz progresse au rythme des slogans des manifestants : « Tout le monde déteste la police ! » , « Libérez nos camarades ! » , « Police partout, justice nulle part ». Arrivé place de la Nation, le cortège se disloque. Des projectiles fusent, les CRS dégoupillent des grenades de désencerclement et arrosent la foule de gaz lacrymogènes, les manifestants balancent des chaises et brandissent des barres de fer. A droite, à gauche, au sol et dans les airs, l’objectif du jeune autodidacte ne rate rien de la scène. Lunettes de protection vissées sur le front, Gaspard se poste avec cinq ou six autres journalistes près d’un Abribus. « On reste groupés pour avoir une vision à 360 degrés. Pas pour jouer à “Call of Duty” [l'un des jeux vidéo les plus populaires, NDLR], mais pour se protéger entre nous » , témoigne-t-il.

Reporter free-lance, Gaspard Glanz est régulièrement la cible des forces de l’ordre : « J’ai une dizaine de cicatrices causées par des tirs de FlashBall. Le casque avec la mention “presse” ne les dissuade pas, bien au contraire. » De Paris à Toulouse, de Rennes à Strasbourg, il couvre les mouvements sociaux pour son site d’information, Taranis News, qu’il a fondé fin 2011. Ce Strasbourgeois d’origine explique :

« Un média qui s’intéresse à la foule en général : les festivals, les manifestations, les rassemblements. On fait ce que j’appelle du “street journalism”, un journalisme urbain, pour les jeunes, car 90 % des visiteurs de notre site ont entre 17 et 35 ans » .

 

Nouvelle génération de journalistes casse-cou

Du haut de ses 29 ans, ce titulaire d’une licence en sociologie criminelle à l’université Rennes 2 est l’un des chefs de file de cette nouvelle génération de journalistes casse-cou qui n’hésitent pas à se rendre là où manifestants et policiers s’affrontent, quitte à prendre des beignes. C’est en 2015, lors du mouvement Occupy Francfort, devant la Banque centrale européenne, que Gaspard Glanz rencontre Alexis Kraland, une autre tête brûlée.

Depuis, tous deux travaillent souvent ensemble et s’entraident. Au début du mouvement contre la loi Travail, Alexis est touché par une grenade de désencerclement lors d’une manifestation à Paris. Les vêtements déchirés et ensanglantés, le jeune homme de nationalité franco-hollandaise est traîné au sol par des policiers. Gaspard Glanz se souvient :

« Ce qui est fou, c’est qu’il continuait à filmer. On est devenus copains. On est comme des compagnons d’armes, ensemble “dans les tranchées” de la place de la République. »

Protège-tibias, masques à gaz… On reconnaît les reporters à leur harnachement. Car ces photographes et cameramen sont régulièrement bousculés par les forces de l’ordre qui ne supportent pas de les voir diffuser des images de la répression policière filmée de l’intérieur. Mais ils s’attirent aussi la haine de certains manifestants qui jugent leur traitement de l’information pas assez radical. Gaspard reconnaît avoir peur à chaque manifestation, d’autant qu’il considère que les mobilisations actuelles ont atteint un niveau de violence inédit.

Ancien étudiant à Sciences-Po Grenoble, puis à l’ISCPA (Institut supérieur de la Communication, de la Presse et de l’Audiovisuel), Alexis Kraland a lui aussi cédé à la panique à de nombreuses reprises, comme ce jour où il a aperçu, dans le viseur de sa caméra, un CRS le mettre en joue avec son lanceur de balles de défense (une arme plus précise que le Flash-Ball) :  « Je me suis dit : s’il ne respecte pas la distance de sécurité, je suis mort. »

Sur sa chaîne YouTube, Street Politics, le Parisien de 24 ans, candidat du Parti Pirate d’Ile-de-France aux élections législatives de 2012 et aux européennes de 2014, publie des vidéos chocs tournées à l’aide d’une petite caméra au cœur des manifestations contre la loi El Khomri.

Au fil de plans saccadés, le spectateur est plongé dans l’ambiance du cortège. Une technique de reportage spontanée qui bouleverse les codes du journalisme traditionnel mais que les grands médias intègrent petit à petit. Grégoire Lemarchand, responsable de la cellule réseaux sociaux à la rédaction en chef de l’Agence France-Presse (AFP) explique

« Ces reporters en immersion du côté des manifestants sont des sources d’information complémentaires et importantes pour nous. Ils nous ouvrent d’autres fenêtres sur les mobilisations. Nous ne les considérons pas comme des concurrents, nous leur achetons parfois même des images ».

Ces reportages d’un nouveau genre, au montage minimal, voire inexistant, séduisent le grand public. En témoigne l’engouement pour les films de Rémy Buisine réalisés sur Periscope, l’application de vidéo en direct de Twitter.

5 heures 14 en direct de Nuit debout : un record

Le jeune community manager de 25 ans, ancien autoentrepreneur à la tête d’une boîte de gestion de la communication de footballeurs professionnels, couvre Nuit debout avec cet outil depuis le début du mouvement. C’est devenu un rituel : après sa journée de travail aux radios Ado, Voltage et Latina, il empoigne son iPhone 6, emporte une batterie rechargeable et part à la rencontre des noctambules de la place de la République. Il assure :

« Les chaînes d’info en continu ont tendance à montrer les débordements qui occultent le reste de la mobilisation. Moi, je veux tout montrer ». 

Des débats thématiques aux feux de joie allumés sur les pavés. Du simple badaud au membre actif au sein d’une commission. Le 3 avril, le live de Rémy Buisine place de la République a recueilli simultanément 80 000 vues ; 5 heures 14 en direct de Nuit debout : un record.

Le site de Gaspard Glanz enregistre, lui, plus de 500 000 vues chaque semaine. La vidéo de la manifestation du 24 mars a été visionnée plus de 143 500 fois. Pour Nathalie Pignard-Cheynel, chercheuse à l’université de Lorraine et coresponsable de l’Observatoire du Webjournalisme, la couverture de l’actualité via les réseaux sociaux répond à une double attente du public :

« Un besoin de vivre l’événement comme si on y était – ce mythe que l’on va vivre l’événement en même temps qu’il est en train de se passer – et un désir d’interactivité. »

Ceux qui suivent les live de Rémy lui suggèrent des questions à poser, des gens à interviewer : « J’apprécie la relation particulière qui se noue avec les internautes, lesquels me reconnaissent ensuite sur le terrain », explique-t-il. Si Periscope a d’abord séduit les 15-25 ans, le public se diversifie de plus en plus, ce qui ravit le reporter :

« Récemment, place de la Nation, j’ai vu un couple de retraités sortir sur leur balcon et m’interpeller en brandissant leur tablette : “On est en train de suivre votre live !” Ça m’a fait plaisir. »

Le jeune homme, originaire du nord de la France, n’est pas journaliste mais considère que son « approche est journalistique » : il prépare la plupart de ses directs, se documente avant d’aborder des sujets complexes et identifie des interlocuteurs potentiels. « Ma sensibilité n’est pas celle d’un militant mais celle d’un observateur, d’un commentateur », assure le Periscopeur.

Les nouveaux reporters 2. 0 

De leur côté, Gaspard Glanz et Alexis Kraland assument un traitement plus engagé de l’information, même s’ils se défendent également de tout militantisme. Alexis plaide :

« Je souhaite montrer les violences policières car elles sont peu traitées par les médias traditionnels, mais je tâche de rester objectif ».

Gaspard Glanz se dit, lui, agacé par le mépris de certains journalistes à l’égard de son travail : « Les médias disent que nous faisons du journalisme militant, mais il faudra m’expliquer ce que mes images ont de militant quand elles présentent les faits en ordre chronologique, sans montage, sans voix off. On est indépendants mais pas militants », assène-t-il.

Ces reporters 2.0 conduisent les grands médias à se poser des questions sur leurs angles de traitement de l’information et sur leur manière de filmer. Pour la chercheuse Nathalie Pignard-Cheynel,

« on ne peut plus faire du journalisme comme on en faisait il y a vingt ans. Plus que jamais, un journaliste ne doit pas être déconnecté de son terrain sinon les gens se disent : “Il parle de choses qu’il ne connaît pas” ». 

Rémy Buisine peut se targuer de bien connaître les participants à Nuit debout au fil des nombreuses veillées passées à discuter avec eux. Il a lui-même eu affaire aux forces de l’ordre, comme ce soir où il s’est retrouvé pris dans une nasse de CRS pendant cinq heures, exposé aux projectiles et aux gaz lacrymogènes. Mais, malgré le temps investi et les risques encourus, le vidéaste ne tire pas un centime de ses live. Il espère pouvoir un jour devenir journaliste et mettre son expérience de Periscope au service d’une rédaction.

Quant à Gaspard et Alexis, ils vivent grâce au soutien financier de leurs proches et ne sont pas titulaires de la carte de presse. Ils sont rémunérés quelques centaines d’euros par mois, en fonction du nombre de vues de leurs vidéos sur YouTube et des images qu’ils parviennent à vendre aux médias mainstream. Gaspard Glanz décrète :

« Je gagne moins que le RSA socle. Donc si je ne travaillais pas, je gagnerais davantage d’argent. Mais je préfère vivre du journalisme sans avoir de comptes à rendre. C’est une liberté qui vaut beaucoup d’argent ».

La miniaturisation des appareils et le développement d’applications performantes ont permis de renouveler l’exercice journalistique. Rémy Buisine apprécie de pouvoir couvrir les manifestations avec du matériel léger sans dépendre d’un car-régie, d’une connexion satellite et de l’assistance de deux ou trois techniciens, comme c’est le cas pour les chaînes de télévision. « J’ai l’impression qu’avec un téléphone portable, il est plus facile d’engager la discussion avec ses interlocuteurs qui sont aussi plus naturels, font moins attention à la manière dont ils s’expriment et ne se recoiffent pas systématiquement avant d’être filmés », témoigne le reporter.

Bousculés par ce journalisme de l’instant, les grands médias réfléchissent à de nouveaux formats. Mais ces avancées sont timides. A l’AFP, « on en parle tous les jours », confie Grégoire Lemarchand, dont l’agence a déjà acheté des images à Gaspard Glanz :

« On pense à de nouveaux contenus qui peuvent multiplier les points d’entrée sur des événements et enrichir des papiers, poursuit-il. Cela va pousser tous les journalistes à se démultiplier et à développer un don d’ubiquité. Ils vont devoir être partout, sur le terrain réel et sur le terrain virtuel des réseaux sociaux. »

Rémy Buisine prédit que tous les médias seront tôt ou tard sur Periscope. Même si la route à parcourir reste longue. Pour Grégoire Lemarchand,  « internet a posé les fondations de la révolution de l’information. Maintenant, nous sommes en train de construire les murs ».

Maïté Hellio

Source TeleObs 28/05/2016

Voir aussi : Actualité France, Rubrique Médias, L’éditocratie unanime haro sur les grèves ! , rubrique Politique, G Agamben : De l’Etat de droit à l’Etat de sécurité , Police, l’objectif est maintenant de frapper les corps, rubrique Société, Mouvement sociaux,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>