Coût du travail. Les mythes de la flexibilité et de la compétitivité

La conscience gagne et permet enfin d'entrevoir un chemin pour sortir du marasme

La conscience gagne et permet enfin d’entrevoir un chemin pour sortir du marasme

Le  projet de réforme du Droit du travail pour gagner en flexibilité et compétitivité est un mythe  qui marche de moins en moins. Le travail en France est déjà hyper flexible notamment avec le dispositif de rupture conventionnelle qui transforme très souvent les licenciements en divorce à l’amiable.

Quant à la réduction du coût du travail, posée comme l’alpha et l’oméga de toute politique de compétitivité, c’est une fable bien triste que l’on nous sert avec un aplomb et un cynisme qu’il faut résolument rejeter. Le coût du travail élevé, s’il est mis au service de la qualité des produits, de l’innovation, de l’adaptation rapide aux demandes est plus que couverts par les  » rentes de qualité  » multiples qu’ils engendrent et impact aussi la qualité de vie des salariés.
Cette voie de recherche de compétitivité permet de fortement modérer les attaques contre le coût du travail et la paupérisation. Il fait de l’investissement continu en travail et en organisation l’une des pierres angulaires de la politique économique: la qualité du travail ainsi obtenue nourrit la qualité des produits, base de l’indépendance et de l’autonomie gagnée face à la pression des pays émergents, à faibles coûts salariaux.
Voir aussi : Actualité France, Rubrique Economie, rubrique Politique, Politique économique, rubrique Société, Emploi, Travail,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>