Une mère en friche qui parle avec son corps

CAL_liautey

L’amour maternel une publicité trompeuse ? Photo dr

A la Chapelle. Vanessa Liautey s’attaque à l’indicible en adaptant un texte de BD au théâtre autour d’un infanticide.

La compagnie théâtrale La Faction vient de présenter à La Chapelle L’enfant qui pleurait. Un spectacle poignant de et avec Vanessa Liautey, accompagnée du regard de la chorégraphe Hélène Cathala, d’après Grégory Ponchard, l’auteur de la bande dessinée Crash-Text.

Au cœur de ce solo, un texte brut relatant un fait divers. A travers la souffrance d’une mère, le traitement qui est donné au drame de l’infanticide propulse le sujet en fait de société.

Pour interpréter le rôle, Vanessa est allée puiser sa matière sur le terrain. « Je tente de raconter l’histoire tragique d’une femme qui vient de jeter son bébé par la fenêtre. Quand on est actrice, par quels méandres de la pensée devons-nous passer pour l’incarner ? En me référant à l’histoire du Théâtre, c’est le personnage de Médée qui m’est venu à l’esprit. Aujourd’hui, les  statistiques démontrent que quand les infanticides sont commis par des hommes, ils sont la plupart du temps liés à une vengeance, c’est différent chez les femmes. Médée a été écrit par un homme. »

La volonté de compréhension féminine, celle de trouver un sens à un drame comme l’infanticide est au cœur de la démarche théâtrale de Vanessa Liautey. Paradoxalement, le spectacle produit un sentiment d’empathie pour cette mère qui commet l’irréparable et bouscule les tabous. Toutes les mères ne devraient-elles pas être aimantes…
Prostrée dans un coin de l’espace délimité comme une petite pièce une femme balbutie, elle tente d’exprimer l’inexprimable sans y parvenir. C’est son corps qui parle. La femme est allongée, sa solitude se confond avec le sol. Elle ne dit rien, peut-être se parle-t-elle à elle-même.

La raison est indomptable, le mur d’images traduit ses rêves, cauchemars et projections mentales. Quand elle l’a jeté il n’a pas pris son envol. Tenter de comprendre face au rien, un défi pour trouver quelques miettes d’humanité et faire ressurgir l’espoir.

JMDH

L’enfant qui pleurait sera joué dans le cadre du Festival Hybrides au Théâtre des 13 Vents les 18 et 19 avril.

Source : L’Hérault du Jour, 31/03/2014
Voir aussi : Rubrique Théâtre, Rubrique Société, Droits des femmes,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>