Primaire du PS : « Le pognon devient décisif »

Harlem Désir. Photo AFP Philippe Desmaz

Une « révolution démocratique » pour Arnaud Montebourg, une « juste compétition » pour Ségolène Royal, un « nouveau droit aux Français » pour Harlem Désir… Au PS, l’unanimisme est aujourd’hui de mise pour défendre les « primaires citoyennes » dont le premier tour aura lieu dimanche. Mais il n’en fut pas toujours ainsi, rappelle Rémi Lefebvre dans son excellent ouvrage Les primaires socialistes, la fin du parti militant [1].

Premier « renégat » célèbre, Lionel Jospin. Le même qui promettait lundi « soutenir avec force celui ou celle qui finalement portera nos couleurs », se montrait, en 1995, beaucoup plus circonspect sur le principe des primaires. Lors des premières élections internes au parti, le premier secrétaire du PS, alors en lisse contre Henri Emmanuelli pour l’investiture, voyait dans ce mode de désignation une « perte de fraternité dans le parti » (Le Monde, 28 janvier 1995). De même Laurent Fabius, qui, trois ans après avoir été le candidat malheureux de la primaire de 2006, regrettait l’instauration par la primaire d’une démocratie toute acquise aux sondages : « Désormais, c’est l’opinion qui fait le parti », déplorait-il dans Le Monde du 26 août 2009.

Ni « modernes », ni « émancipatrices »

Un constat que ne renierait pas François Hollande, compétiteur de 2011 et chouchou des sondeurs. Dans un livre paru en 2009, cet opposant farouche aux primaires ouvertes s’alarmait notamment de ce que « les attentes supposées de l’opinion, du souci des sondages, de l’affranchissement des contraintes collectives » prennent le pas sur la « solidarité partisane ». Et de conclure : « Je ne vois pas ce que l’affaiblissement des partis apporterait comme éléments de modernité et d’émancipation ». Des primaires ni modernes, ni émancipatrices… Voilà qui a le mérite d’être clair !

Beaucoup moins clair, Jack Lang : en juin 2010, il craignait sur France Inter « que ces primaires apparaissent plus comme une espèce d’assemblée générale de ratification » et, en décembre, tançait sur LCI une élection ressemblant à « l’hippodrome d’Auteuil, avec chaque jour un nouveau venu pour participer à la course hippique »  !

Mais la palme du retournement de veste revient à Harlem Désir, premier secrétaire du PS par intérim en remplacement de Martine Aubry. Celui qui, le mois dernier, envoyait une lettre aux militants pour les enjoindre à voter massivement, jugeait en 2009 (cité dans Hold-ups, arnaques et trahisons, d’André Antonin et Karim Rissouli) : « Si on fait des primaires alors à quoi ça sert de s’investir dans le parti ? À rien. À quoi sert de travailler avec le parti ? À rien. Donc ça explose. Et tout le monde ne trouvera pas, comme Royal, un mécène pour se préparer. Avec ce système, le pognon devient décisif. Chacun est un parti à lui tout seul. Il n’y a plus aucune égalité et le PS n’est plus qu’un comité électoral ». Et la politique dans tout ça ?

Pauline Graulle (Politis)

[1] Ed. Raisons d’agir, 2011, 8 euros. A contre courant, Rémi Lefebvre, professeur de science politique à l’université Lille-II, estime que les primaires révèlent la dépolitisation croissante des Français et une absence de ligne claire au sein du parti de l’opposition.

Voir aussi : Rubrique Politique parti PS, Les ségolénistes tentent d’entretenir le désirActualité France,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>