Polisse : Noirceur et besoin d’amour

Pour son troisième film, après le convaincant Le bal des actrices, qui faisait le point sur le métier d’actrice, Maïwenn poursuit sur la crête frontalière entre documentaire et fiction. Il s’agit cette fois de suivre le quotidien professionnel et personnel des policiers de la Brigade parisienne de protection des mineurs (BPM). Projet à la fois porteur et glissant tant il n’est pas simple de porter au cinéma un grand classique du genre télé.

Si Polisse, n’apporte rien de vraiment nouveau dans la mise en scène de cette brigade confrontée à l’inceste, la pédophilie et l’esclavage des mineurs, il affirme le regard de la réalisatrice qui s’est elle-même très impliquée dans le vécu des protagonistes en allant chercher sa matière sur le terrain. Dans le film, Maïwen interprète le rôle d’une photographe un peu coincée qui découvre la réalité crue de la BPM. Cette démarche apporte une certaine fraîcheur, comme le recours à certains acteurs n’ayant aucune expérience du cinéma. Maïwen a particulièrement saisit, la forme de légèreté que les policiers cultivent entre eux pour faire face à la lourdeur psychologique des situations. Elle joue de ce contraste durant tout le film, emportant le spectateur en mettant au premier plan la dimension humaine des policiers. Certaines scènes, comme celle où l’on voit les enfants faire la fête dans le bus qui les conduit dans un foyer juste après une descente dans un camp de Roms où on les a séparé de leur famille, sont peu réalistes.

« C’est une mise en scène sur le ton de la vérité » confie pourtant la réalisatrice qui s’est adjoint le concours éclairé d’Emmanuelle Bercot pour le scénario. Le film tient beaucoup sur les comédiens à l’image de Joeystarr qui avait déjà empoché le césar du meilleur acteur dans un second rôle, pour Le bal des actrices. Le talentueux rappeur français crève cette fois l’écran dans le rôle du flic ravagé par son quotidien professionnel. A ses côtés, dans d’autres registres, Karin Viard, Marina Foïs, Nicolas Duvauchelle, Naïra Ayadi… livrent une partition tout aussi  douloureuse sans fausse note.

A travers l’urgence de ce polar urbain, Maïwen dessine les maux d’une société dans laquelle violence sexuelle, abus de pouvoir, et emprise de la consommation frappent cruellement les mineurs. Les séances d’interrogatoires soulignent bien que la violence symbolique touche l’ensemble des classes sociales. Au-delà de la noirceur, la cohabitation multiple entre les hommes et les femmes, entre devoir et sentiment, entre vie personnelle et professionnelle est un ressort majeur du film. La réalisatrice tire le portrait de personnalités fissurées en de multiples facettes. Le film de Maïwen qui a obtenu le prix du Jury à Cannes donne à voir des hommes, des femmes et des enfants en prise avec leur limites. En se sens, il s’inscrit dans l’air du temps. Aucun des personnages n’est en mesure de se regarder dans un miroir en tenant le mensonge à l’écart. Le montage rythmé nous tient en haleine jusqu’à la chute finale.

Jean-Marie Dinh

Polisse de Maïwen sur les écrans le 19 octobre.

Voir aussi : Rubrique Cinéma, Tous sur le Larsac, rubrique Société, La crise morale nous touche de l’intérieur, Danse, Charmatz ouvre le festival d’Avignon avec « Enfant »,

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>