Blocage des lycées: quand les proviseurs font la leçon aux parents

Le courrier, écrit sur instruction du ministère, s’adresse aux parents pour qu’ils découragent leurs enfants de participer à des actions de blocage dans le cadre de la mobilisation pour les retraites.

«A Mesdames et messieurs les parents d’élèves»: «Je vous demande de bien vouloir rappeler à votre enfant qu’il a des droits et des obligations dans le cadre de sa scolarité… Ses devoirs concernent l’assiduité, le respect de la liberté d’autrui et celui des biens». Signé : le proviseur.

Plusieurs parents de lycéens, notamment dans les académies de Strasbourg et Grenoble, ont eu la surprise de trouver dans leur boite aux lettres ce courrier en début de semaine. A deux ou trois formulations près, les lettres adressées aux parents sont identiques. En substance, il est demandé aux parents de faire en sorte que leurs enfants-grévistes arrêtent les actions de blocage et regagnent les salles de cours.

Daté du 8 octobre, au lendemain des premières grosses mobilisations lycéennes contre la réforme des retraites, le courrier insiste sur les dangers potentiels liés au mouvement de protestation. «Depuis plusieurs jours, des groupes de lycéens ou d’autres jeunes, qui affirment protester contre des réformes, tentent de bloquer des lycées», commence le courrier. S’en suit un argumentaire en trois points: «Les blocages font obstacles au droit à l’éducation», «l’assiduité est une obligation» et attention danger: «la présence des lycéens dans la rue attire quelquefois un certain nombre de personnes qui souhaitent troubler l’ordre public et peuvent mettre en cause la sécurité des élèves et des personnels.»

A qui doit-on ce rappel à l’ordre? Au ministre Luc Chatel qui déclarait en début de semaine que non, vraiment, les lycéens n’ont rien à faire dans la rue. «Le ministère a en effet donné des instructions aux recteurs pour rappeler simplement le droit aux parents d’élèves», reconnaissait, un peu gêné, le service de presse du ministère de l’Education, ce jeudi après-midi.

«Les tentatives d’intimidation se multiplient»

«Cela remet complètement en cause notre droit à s’exprimer, c’est sans fondement légal, proteste Quentin Delorme, secrétaire général de l’Union nationale lycéenne, le premier syndicat lycéen. C’est une nouvelle tentative d’intimidation. Depuis quelques jours, les menaces n’arrêtent pas. Dans l’Aisne, un élève a été convoqué en conseil de discipline parce qu’il avait manifesté la veille… A La Rochelle, hier, un élève me racontait qu’il avait failli être arrêté par la police lors d’un rassemblement devant le lycée. Motif : avoir bougé les poubelles du coin de la rue !»

Autre reproche, entendu plusieurs fois dans le cortège parisien mardi: «Le proviseur nous met des bâtons dans les roues pour organiser des AG dans l’enceinte du lycée.  Du coup, on n’a pas le choix, on se réunit devant».

Sur ce point, Philippe Tournier, président du SNPDEN, le syndicat majoritaire des chefs d’établissement, rétorque : «Bien évidemment si l’objectif de l’AG est d’organiser le blocage, ce n’est pas acceptable. Dans les autres cas, il n’y a aucun problème.»

D’ailleurs, il reconnaît avoir lui aussi adressé à ses confrères un modèle de lettre à envoyer aux parents. «On a pris une position très ferme sur les blocages. Les actions devant le lycée visant à bloquer l’entrée sont inacceptables et contraires à la loi. La lettre aux parents visent à rappeler cette interdiction, c’est tout.»

Et de préciser: «On ne remet pas du tout en cause la liberté de manifester des lycéens. Si un élève ne vient pas en cours parce qu’il manifeste, un mot d’absence des parents nous indiquant qu’ils sont d’accord suffit. On rappelle aussi cette règle aux confrères.»

Commentaires

Les mouvements de lycéens ont toujours constitué un moyen d’éducation civique car les gens y apprennent à monter et à défendre des revendications sans sombrer dans la violence. L’attitude qui consiste à leur nier toute voix au chapitre est à l’image d’un idéal familial dans lequel on leur refuse le droit de choisir leurs moyens d’expression. Ils sont bien mignons quand il suivent la caravane de Joyeux, le GO du PMU, ou quand ils participent à des simulacres de démocratie pour élire le président du Club des Castors Minors, mais deviennent des voyous s’ils discutent à côté d’une poubelle.

Ce gouvernement est prêt à tout pour semer la confusion dans les esprits et monter les gens contre les autres, belle mentalité!

Voir aussi : rubrique éducation Réforme des lycées le diable est dans les détails, Réforme des lycées une mauvaise copie pour le FSU , Rapport de la cours des comptes, Comment achever l’éducation Nationale, Base élèves invalidé par le Conseil d’Etat, Sympa le logiciel du ministère allergique à la fusion,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>