Quand l’Amérique perd la raison

Euro-DollarPar Nicolas Barré

C’est une déclaration de guerre. Un coup sans précédent porté à des relations transatlantiques basées sur la confiance et des valeurs communes. Un affront pour l’Europe, dont on mesure au passage l’affaiblissement. En menaçant de couper l’accès au dollar à BNP Paribas, la plus grande banque de la zone euro, les Etats-Unis ont franchi plus qu’une ligne rouge. C’est l’équivalent, dans l’ordre économique et financier, de l’usage du feu nucléaire. Contre des alliés, qui plus est - car jamais ils ne l’envisageraient contre leur créancier chinois… Enfin, comment ne pas y voir aussi une marque d’agressivité inouïe à l’égard de la France, qui, de la Libye au Mali ou à la Syrie, fait pourtant figure d’alliée modèle de Washington ? Il est crucial que la visite cette semaine de Barack Obama sur les plages du Débarquement permette de ramener de la raison dans un dossier dont on se demande comment il a pu basculer à ce point dans l’irrationnel. Il faut bien mesurer l’ampleur du séisme si l’une des cinq banques les plus actives au monde sur le dollar s’en voyait interdire l’accès. Le cataclysme serait planétaire.

Sans doute l’emballement de cette affaire tient-il au contexte politique américain. L’opinion est remontée contre les banques et une administration fédérale laxiste à leur égard. Le ministre de la Justice, Eric Holder, fait donc de la politique. Cet activiste qui aime se faire filmer dans son bureau en justicier annonçait, quelques jours avant de faire fuiter le nom de la banque française, qu’il n’hésiterait pas à s’en prendre « aux plus grandes institutions financières » car elles ne sont « pas au-dessus des lois ». Sa croisade, enveloppée dans les grands principes du droit, transpire la manoeuvre médiatique tandis que Barack Obama, l’indécis de la Maison-Blanche, laisse faire, comme souvent.

Ces manoeuvres politiques doivent cesser. La banque française doit payer pour ses erreurs, comme l’ont fait beaucoup d’autres banques. Mais rien ne justifie les sanctions envisagées, surtout au regard des turpitudes beaucoup plus lourdes commises par les banques américaines elles-mêmes. Le « deux poids deux mesures » est inacceptable. Il n’est pas pire hypocrisie que de remplir avec l’argent des autres les caisses d’un Etat qui a laissé se produire la plus grande crise depuis les années 1930. Le monde devrait demander des comptes à l’Amérique et non l’inverse ! Si la Maison-Blanche n’agit pas très vite – et on parle ici de jours, pas de semaines -, c’est à la Réserve fédérale, garante de l’intégrité du système financier mais étonnamment silencieuse jusqu’ici, de siffler la fin de la partie. Le président de la BCE, Mario Draghi, doit monter au front pour le rappeler. Il est temps que la tension retombe et que la raison reprenne le dessus.

Source : Les Echos 02/06/2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>