Mouvement. Au bout du souffle

142-mouvement-coversFin de partie : Mouvement est mis en liquidation judiciaire, ce mercredi 28 mai. Après un an de lutte acharnée pour continuer à avoir « droit de publication », peut-on laisser le champ libre aux seuls courants asphyxiants ; ou tenter, encore, de persévérer et d’imaginer un nouveau devenir ?

Par Jean-Marc Adolphe publié le 28 mai 2014

Il suffirait de peu de mots : voilà, c’est fini.

Ce mercredi 28 mai 2014, le Tribunal de Commerce de Paris prononce la liquidation judiciaire des Editions du Mouvement, SARL de presse éditrice de la revue Mouvement et de son site internet, mouvement.net, ainsi contraints de cesser toute activité.

Ainsi se refermerait, pour de bon, une aventure éditoriale commencée en 1993, il y a 20 ans et des poussières, sous ce titre : Mouvement.

Un geste de papier, ensuite élargi (dès 2001) aux rivages d’Internet.

Un espace éditorial unique en son genre, conçu, animé, chahuté, vivant, pour faire hospitalité à la création contemporaine et aux multiples écritures qu’elle suscite, pour créer du questionnement et du débat, pour reconnaître ce que nous ne connaissons pas encore, dans la quête indisciplinaire de ce qui vient, de ce qui s’efface et revient, de ce qui émerge et se transforme. A l’écoute des formes artistiques et des éclats qu’elles provoquent. A l’affût des initiatives qui leur font écho, soutiennent et propagent leur devenir.

Sur 8 pages, en noir et blanc, gratuitement distribué, le tout premier numéro de Mouvement, en 1993, faisait annonce d’une revue « en chantier ». Tout au long de ces 20 ans et quelques poussières, le chantier a été permanent. Déjouant la fixité des « rubriques », redistribuant chaque fois le jeu des « matières vives », scrutant « l’agenda des possibles », chroniquant le « cours des choses », invitant artistes à des « cartes blanches » et « portfolios », faisant place à de grands entretiens comme au travail de l’analyse et au bonheur du reportage, traçant entre arts et politique une voie originale de compréhension critique du monde contemporain. Sans aucun dogmatisme, Mouvement a tenu à affirmer une constellation d’engagements. Jusqu’à aujourd’hui, son histoire a été émaillée de positions qui ont fait date, et singularisé la place de cette revue dans le « paysage médiatique » mais aussi dans le « champ culturel ». Si nous avons pu contribuer, ici ou là, à faire « bouger les lignes », c’est que par essence le mouvement est instable, autant que perpétuel. Jamais assagi, il ne cherche pas à connaître d’avance ses limites, engendre sa propre dynamique, se propage parfois très loin de sa source d’émission.

20 ans et quelques poussières

Mais assez de romantisme ! Ce fut aussi, le plus souvent, pendant ces 20 ans et quelques poussières, un rude combat pour préserver la possibilité-même de dire et d’écrire, de mettre en pages et en ligne, de « tenir » sans renier engagements, convictions et désirs. Et il ne suffit pas de simplement « tenir », si les forces et les énergies mises en jeu ne peuvent plus continuer à « inventer » et se retrouvent prises au piège de la seule gestion des affaires courantes. Or, par vagues successives, les temps se sont durcis, venant jusqu’à étouffer le plaisir de la création éditoriale, rendant sa dévorante exigence de plus en plus difficile et chronophage.

Ces difficultés-là, il est encore trop tôt pour en faire maintenant le récit détaillé et circonstancié. Pour l’heure, il suffit de dire qu’en 2008-2009, le cumul de certains déboires a sérieusement détérioré les conditions de navigation de « l’aventure-Mouvement ». Il est sans doute inutile de rappeler ici le contexte général où ont surgi ces difficultés : « crise de la presse » (qu’il conviendrait d’analyser en profondeur plutôt que de rejeter systématiquement la faute sur Internet), et plus largement « crise économique » (sur laquelle il y aurait là aussi beaucoup à dire, mais qui n’a pas épargné, loin s’en faut, les « milieux culturels »).

En juin 2013, confrontées à une situation de « cessation de paiement » (dont ont notamment fait les frais les auteurs qui contribuent à la revue et à son site internet)  les Editions du Mouvement ont été placées en redressement judiciaire par le Tribunal de Commerce de Paris. Car un « espace éditorial » qui ne dépend d’aucune institution, d’aucun subventionnement pérenne, c’est aussi une (petite) entreprise, avec ses devoirs et obligations. Depuis lors (bientôt un an), il a fallu décupler les efforts pour sortir de l’ornière, pour maintenir dans des conditions fort contraignantes la liberté de paraître et de publier, mais aussi pour tenter de colmater les brèches, renflouer et réparer les dommages. La tâche fut sans repos, éreintante. Il ne saurait être question d’oublier les nombreux et touchants messages de soutien et d’encouragement, la confiance accordée par des souscripteurs (particuliers, compagnies, théâtres, centres d’art et festivals), par la Région Ile-de-France (qui a accordé à Mouvement une subvention exceptionnelle), par nos annonceurs, abonnés et lecteurs. Jusqu’au bout, nous y avons cru. Mais sans doute le fardeau était-il trop lourd, sans doute la pente trop ardue à remonter, et sans doute l’époque n’est-elle guère propice pour pouvoir engager dans ce processus quelque mécène, ou quelque « investisseur » qui puisse encore accorder du crédit à une telle aventure éditoriale résolument libre et indépendante. Début mai, il a fallu se résoudre à l’évidence qu’en dépit de tous les efforts déployés, les moyens manquaient pour engager la réalisation du numéro d’été, et au-delà, pour garantir la viabilité d’un « plan de continuation » qui puisse maintenir durablement l’activité des Editions du Mouvement. Fin de partie, donc.

Un titre, et une jeunesse qui n’a pas dit son dernier mot.

Il est bien sûr exagéré (certains diront même « déplacé ») de lier le sort d’une revue comme Mouvement au résultat de l’élection européenne qui voit le Front national s’affirmer comme « premier parti de France ». Et pourtant… La création de Mouvement en 1993, résultait pour une large part du constat (ou pour mieux dire, de la prescience) d’une raréfaction de « l’espace critique », notamment dans la presse généraliste. Le premier numéro de Mouvement, mis en kiosques en 1998, comportait, sous le titre « Fascisme et culture », un entretien avec Bruno Mégret, alors principal idéologue du Front national. Non pas qu’il se soit alors agi de bêtement « faire le buzz », comme on dit aujourd’hui, mais parce qu’il semblait déjà qu’il ne fallait pas craindre de s’affronter à la « culture » où ce mouvement d’extrême-droite plongeait ses racines, sans se réfugier dans la seule invocation, hier comme aujourd’hui, des « valeurs républicaines », dont on voit bien qu’elles ne font plus suffisamment sens auprès d’un nombre grandissant de citoyens qui se sentent « largués ». De débat sur « l’identité nationale » en soumissions au seul horizon d’une austérité économique où la « rigueur » serait inéluctablement… de rigueur, d’ostracisations en relégations (l’immigration, les « banlieues », les Roms, etc.), le gouvernement de la peur, quelle qu’ait l’alternance de ses couleurs, a lentement et patiemment instillé le poison dont le « séisme » des dernières élections est le résultat prévisible.

Et Mouvement, demandera-t-on ? Il suffit de lire Prospérités du désastre, un recueil de textes du philosophe Jean-Paul Curnier récemment paru aux éditions Lignes, pour saisir à quel point la disparition ou la paupérisation des espaces de pensée, de critique et de débat, a pu préparer le terrain aux herbes vénéneuses des « populismes » et « intégrismes » de tout poil, qui se nourrissent mutuellement dans la haine. « On fait ce qu’on peut », entend-on de la bouche de certains responsables politiques. Des mots tournent à vide. Il est vrai, comme le dit Jean-Luc Godard dans son dernier film, Adieu au langage, que « bientôt chacun aura besoin d’un interprète pour comprendre ce qui sort de sa propre bouche », tant le langage a été malmené, anémié, « sensuré », comme l’écrit Bernard Noël. On s’entend répondre à foison, par des responsables publics chargés des affaires courantes (notamment culturelles) : « il n’y a plus d’argent ». La plupart ne daignent même plus répondre ; les plus compatissants adressent un impuissant « bon courage ». Il n’y a plus d’argent ? Qu’il suffise de penser que seulement 1% de l’aide de l’Etat versée annuellement à huit hebdomadaires télé aurait permis, sur les cinq prochaines années, à une revue comme Mouvement de se restructurer et de se renflouer durablement. Imagine-t-on alors, dans de telles proportions, le nombre de publications et de titres fragiles mais essentiels qui pourraient ainsi être sauvés du naufrage voire nouvellement créés ?

Car ce ne sont pas les forces qui manquent ; ni les énergies, ni les désirs, ni les écritures, ni les initiatives. Dans le cas de Mouvement, cet élan fédère de façon transgénérationnelle des expériences et des commencements. La jeunesse d’un lectorat, dont certains sont nés en même temps que la revue, voilà 20 ans et des poussières ; la jeunesse de celles et ceux qui, notamment ces tout derniers mois, ont tenu avec brio le gouvernail de la revue et de son site internet, ne peuvent être abandonnés en rase campagne d’une « liquidation judiciaire » sans lendemain. Derrière une entreprise aujourd’hui mise en faillite, il y a une histoire mais aussi un devenir ; il y a un titre qui n’a pas dit son dernier mot. Avec celles et ceux qui voudront bien, les prochaines semaines seront décisives, pour s’employer à « rebondir », trouver les moyens de persévérer, de reprendre le chantier inachevé, où tant de directions nouvelles restent encore à explorer et à accomplir. Imaginer dès maintenant que Mouvement ait une nouvelle vie, c’est tout le contraire d’un acharnement thérapeutique, mais prendre soin de l’avenir et ne pas laisser aux forces de décomposition le champ libre pour nous asphyxier davantage encore. « Pourquoi ai-je un horizon ? J’attendais de la vie l’infini. Déception », écrivait Thomas Mann. Apprendre à composer avec cette « déception », la surmonter, dépasser l’horizon de tel ou tel « projet », voilà le risque à prendre.

A l’heure où ces lignes sont écrites, nous ne savons pas encore ce qu’il adviendra du site internet (qui devrait, logiquement, être fermé dans de brefs délais). Il faut, pourtant, maintenir le contact, continuer à échanger. Il y aura des rendez-vous, des pistes de réflexion à partager, un réseau à reconstruire. En dehors de notre page de Facebook, qui reste active, tous messages de soutien, toutes idées et propositions, sont particulièrement bienvenus. Nous créons pour cela une adresse mail, mouvementcontinue@gmail.com, et vous y attendons, en mouvement.

Source Mouvement 28/05/2014

Voir aussi : Rubrique Médias, rubrique Politique culturelle,

Une réflexion au sujet de « Mouvement. Au bout du souffle »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>