Municipales J – 2 : la vraie fausse victoire de Marine Le Pen

images1

Photo Bertrand Langlois AFP

Avant même le résultat du premier tour des élections municipales dimanche, Marine Le Pen a la mine d’une gagnante : le FN est au centre du jeu. Déjà, Jean-Marc Ayrault appelle les républicains à faire barrage contre lui au second tour.

Qu’elle est loin l’année 2007 où Nicolas Sarkozy semblait avoir réussi avec le parti d’extrême droite la même opération laminage que François Mitterrand avec les communistes.

Le FN est coriace. Il mène le même type d’offensive qu’en 1995. Le parti de Jean-Marie Le Pen avait alors présenté des listes dans 537 municipalités, réalisé près de 9 % des suffrages dans les communes de plus de 9 000 habitants et remporté pour la première fois trois grandes villes du Sud : Toulon, Marignane et Orange. Il avait en outre pu se maintenir au second tour dans 116 communes.

Cette fois, le FN de Marine Le Pen présente 597 listes, espère conquérir 10 à 15 villes, parmi lesquelles Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) et Fréjus (Var), ambitionne de faire élire un millier de conseillers municipaux. Il devrait être en mesure de se maintenir dans plus de 200 communes et d’entraver la reconquête espérée par l’UMP.

Là réside cependant l’ambiguïté : si Marine Le Pen veut simplement faire turbuler le système comme son père, elle a déjà gagné. D’autant que dans la foulée des élections municipales se profile la séquence européenne, qui s’annonce délicate aussi bien pour le Parti socialiste que pour l’UMP.

Mais si Marine Le Pen prétend installer le Front national parmi les grands partis capables un jour de gouverner, ces municipales ne sont pas une victoire. Elles sont simplement une réparation, la réparation de la scission mégrétiste qui, en 1999, avait fortement affaibli le parti.

L’implantation locale est déterminante pour un parti. C’est elle qui lui assure des élus, un maillage des notables, des financements. Or, tout cela a été détruit. En outre, dans les rares villes qu’il a gérées, le FN n’a pas laissé de bons souvenirs. En matière de gestion municipale, il n’a aucun bilan et a tout à prouver.

Ailleurs, dans les villes où il prétend faire élire des conseillers municipaux, il lui faudra bien plus qu’un millier d’élus pour peser et faire changer les choses. Marine Le Pen a beau faire sienne la stratégie de Bruno Mégret, elle est obligée de repartir de zéro.

Source : Le Monde 21/03/2014

Blog de Françoise Fressoz

Voir aussi ; Actualité France Rubrique Politique,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>