Disparition du rabbin Yossef: un demi-siècle d’influence sur Israël

iLe rabbin Ovadia Yossef, décédé lundi à l’âge de 93 ans, est l’une des personnalités les plus influentes de la vie politique, religieuse et sociale d’Israël depuis des décennies.

Fondateur et chef spirituel du Shass, un parti ultra-orthodoxe sépharade, il a été pendant près de 30 ans « le faiseur de rois » de nombreux gouvernements.

Sur le plan religieux, ce dignitaire charismatique a redonné un sentiment de fierté aux sépharades, les juifs orientaux qui représentent environ la moitié de la population, longtemps en butte aux discriminations de la part de l’establishment ashkénaze, originaire d’Europe de l’Est, y compris dans le monde ultra-orthodoxe.

Né à Bagdad en 1920, il émigre en Palestine sous mandat britannique avec sa famille à l’âge de 4 ans. Rabbin à 20 ans, il est envoyé en 1947 au Caire où il va diriger le tribunal rabbinique jusqu’en 1950, deux ans après la création d’Israël.

Nommé grand rabbin de Tel-Aviv en 1968, il se consacre aussi à l’écriture d’ouvrages de jurisprudence religieuse, devenant l’une des plus importantes autorités contemporaines, respecté par l’ensemble des communautés juives dans le monde.

Auteur prolifique de 39 livres, il reçoit en 1970 le Prix d’Israël pour l’ensemble de son œuvre.Trois ans plus tard, il est élu pour un mandat de dix ans grand rabbin sépharade d’Israël.

Réputé pour sa mémoire phénoménale, il a une approche relativement libérale en matière religieuse. Il a ainsi autorisé à des épouses de soldats tués durant la Guerre de Kippour en 1973 et dont les corps n’ont pas été retrouvés de se remarier et a reconnu la judaïté des Juifs éthiopiens que d’autres rabbins contestaient.

En 1984, il soutient la création d’un parti politique sépharade ultra-orthodoxe, le Shass, qui réalise très vite une percée. Ce parti, dont il devient le chef spirituel, a obtenu jusqu’à 17 sièges sur 120 au Parlement. Le Shass a été associé au pouvoir quasiment sans interruption. Il a été partie prenante de toutes les grandes décisions politiques des 30 dernières années.

Langage cru

En 1993, il s’est attiré les foudres de la droite nationaliste lors de la signature des accords israélo-palestiniens d’Oslo en s’abstenant lors d’un vote au Parlement. A l’époque, le rabbin Yossef émet un avis disposant que la « vie est plus importante que les Territoires » palestiniens, autrement dit admettant l’idée de concessions territoriale en échange de la paix.

Il a ensuite eu toutefois tendance à adopter des positions de plus en plus dures, sous la pression de sa base très à droite.Personnage haut en couleur, le rabbin Yossef a souvent défrayé la chronique lors de ses prêches hebdomadaires, utilisant souvent un langage assez cru.

Il a fait scandale en soutenant que les victimes de la Shoah étaient des âmes de pécheurs réincarnées qui expiaient ainsi leurs fautes et leur éloignement de la Torah, tout en affublant ses adversaires politiques de divers noms d’oiseaux, ou en vouant les Arabes aux gémonies.

« Ils pullulent dans la Vieille ville de Jérusalem comme des fourmis, qu’ils aillent au diable et le Messie les expédiera en enfer », a-t-il lancé en allusion aux Arabes devant ses ouailles dans une synagogue de Jérusalem en 2001.

Malgré son état de santé vacillant, il continuait de recevoir chez lui les hommes politiques de tous bords, notamment le président Shimon Peres et le Premier ministre Benjamin Netanyahu – à qui il administrait une claque amicale, un traitement réservé à ceux qu’il appréciait. En 2012, il avait envoyé une lettre à l’ex-président égyptien Hosni Moubarak l’assurant qu’il priait pour sa santé.

Il était le père de 11 enfants, dont l’actuel grand rabbin sépharade d’Israël, Yitzhak Yossef.

Sa disparition risque, selon les médias, de déclencher une guerre de succession dans un parti divisé par les ambitions personnelles.

Source AFP 07/10/2013

Voir aussi : Rubrique Israël, rubrique Société, Religion,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>