L’inversion du réel libéral

cyber-trash2presse

féroce et lucide décryptage d'un collectif féminin de choc

Plonger en moins de deux heures au cœur de la problématique politico-économique libérale, en saisir les conséquences sur nos vies et nos esprits… C’est ce que permet, entre autre, cette création contemporaine qui déchire nos illusions pour faire ressurgir l’urgence.

Le diptyque Autopsie du réel est issu d’une fructueuse association entre les metteurs en scène Katharina Stalder et Pierre Barayre qui montent respectivement United Problems of coût de la Main d’œuvre de Jean-Charles Massera et Je suis le peuple qui manque, d’après un texte du collectif Cyber Trash Critic paru aux éditions Allia.

Au cœur de cette exploration du réel qui décrypte l’élaboration des politiques affectant la vie quotidienne et le processus d’aliénation qui l’accompagne, les deux pièces se complètent pour faire entendre la raison critique.

«  A la base, nous avons conçu notre travail autour d’un triptyque, indique Pierre Barayre du Théâtre Hirsute, la troisième partie touchera davantage à l’esthétisme. Elle est actuellement en gestation.  »

Dans United Problems of coût de la main d’œuvre, trois comédiennes incarnent une trinité de PDGè-res distillant avec saveur le discours économique de rigueur à une femme (remarquablement interprétée par le danseur comédien Leonardo Montecchia) qui leur demande si son mari fera partie de la prochaine charrette. Elle ne trouvera pour toute réponse qu’une saine morale pour lui rendre acceptable l’entrée dans l’église du capital.

A l’heure où toutes les formes d’exploitation deviennent des consensus «  Je suis le peuple qui manque  » met en jeu la candeur d’un étudiant modèle face au féroce et lucide décryptage d’un collectif féminin de choc qui piétine ses convictions préfabriquées.

«  Sommes-nous venus ici pour abdiquer au pouvoir, jusqu’au centre de notre être ?  » Se poser cette question c’est aussi y répondre pour retrouver le goût de la vie et le chemin de l’action !

Jean-Marie Dinh



Le Diptyque «  Autopsie du Réel  » jusqu’au 3 mai au Théâtre Pierre Tabard-Lakanal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>