A quoi joue Gérard Collomb ?

Gérard Collomb était mardi à Montpelier pour soutenir son « ami de vingt ans » Georges Frêche

Dans la course aux élections régionales. Le sénateur-maire de Lyon a pris, une fois de plus, le contre-pied des positions du parti, qui, non content d’avoir exclu le président du conseil régional du Languedoc Roussillon, vient de mettre à pied pour deux ans les 59 colistiers socialistes de Georges Frêche. Et si le parti socialiste joue les pères fouettard, Gérard Collomb préfère lui la voltige. Et ce n’est pas la première fois. Depuis sa sortie d’Octobre 2009 sur le débauchage proposé par Nicolas Sarkozy, Gérard Collomb multiplie les attitudes équivoques auprès de sa propre famille politique. Une posture trop grossière pour être sincèrement naïve.

«Il faudrait que la gauche me déçoive beaucoup pour que j’en vienne à accepter les propositions de Nicolas Sarkozy». Une réponse en forme d’avertissement. Gérard Collomb, invité du plateau de la Matinale le 28 Octobre 2009, laisse peu de place à la tiédeur, quand Caroline Roux, son interlocutrice, évoque, malicieuse, les tentatives de débauchage dont a été l’objet le sénateur-maire de Lyon par l’Élysée. Et de la déception à la dissidence, il n’y a qu’un pas. Un pas franchi, et allègrement par Gérard Collomb, depuis sa réponse sybilline devant les caméras de Canal+.

Cela a commencé par le contre-pied pris par le maire de Lyon suite à la défection surprise de Vincent Peillon pour le débat de Mots Croisés sur France 2, face à Éric Besson, sur la question de l’identité nationale. «J’y serais allé» assurait-il le 18 Janvier, se positionnant déjà à l’inverse du bureau national du PS et de Martine Aubry. Et Gérard Collomb de persister, et signer, lorsqu’il se rend au dîner annuel du CRIF où le ministre de l’immigration est l’invité d’honneur. Jean-Jack Queyranne avait refusé de s’y rendre. Une occasion trop belle pour le sénateur-maire de Lyon de faire voir à nouveau sa différence. Besson et Collomb, socialistes contrariés, chantre de l’ouverture à la Sarkozy pour l’un et poil à gratter du parti pour l’autre, se promettent même un débat ultérieur autour du thème tellement polémique de l’identité nationale.  Alors que penser aujourd’hui du soutien de Gérard Collomb à Georges Frêche ?

S’il nous est vendu comme un soutien du coeur, sa portée est sans doute plus politique qu’il n’y paraît.  Car au jeu des inventaires, cette dernière transgression de Collomb a une saveur plus offensive. Soutenir Georges Frêche, c’est très clairement faire acte de défiance auprès de la direction du parti socialiste. De là à ce que Collomb devienne un nouveau symbole de l’ouverture pour la majorité présidentielle, il y a loin de la coupe aux lèvres. Alors Collomb prépare-t-il réellement le terrain à Dominique Strauss-Kahn, comme le laissent entendre les commentateurs de la politique locale. C’est probable, connaissant l’amitié liant les deux hommes. Mais il reste encore des zones où la maire de Lyon joue double-jeu.

En effet, Gérard Collomb est chargé d’une partie du projet économique du Parti Socialiste pour les Présidentielles de 2010. Il s’agit plus précisément du volet innovation et recherche de la convention nationale du PS sur l’économie. Alors pourquoi s’impliquer dans le futur proche du parti, sur c’est pour piétiner, dès que l’occasion s’en présente, la doctrine et les positions du bureau national ? Une position ambivalente qui donne à réflechir. Et quand Gérard Collomb assure être venu à Montpellier «pour l’apaisement», on l’entend sans doute d’une autre oreille rue de Solférino. Joint ce mercredi matin, le service communication du PS n’a pas souhaité donner suite à notre demande d’interview.  Il faudra pourtant, le moment venu, savoir pour qui roule réellement le maire de Lyon. Sans pour autant jouer les Cassandre, tout laisse à penser que Martine Aubry n’aura pas forcément un allié entre Saône et Rhône dans la course aux élections présidentielles.

Lyon Mag

Voir aussi : Rubrique politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>