Corps, déviance, décharge

leballetlargeDanse contemporaine. tauberbach d’Alain Platel ce soir et demain à Montpellier  Opéra Comédie.

Spectacle accueilli avec l’Opéra de Montpellier L-R et Humain trop humain CDN tauberbach s’inspire de la vie d’une femme schizophrène qui vit et travaille dans une décharge sauvage des bidonvilles de Rio qu’Alain Platel a découverte dans le documentaire Estamira de Marcos Prado.

À partir de ce personnage réel, il crée une œuvre splendide et déconcertante où il se confronte à deux de ses univers de prédilection, la musique de Bach et le monde des sourds. La gêne, le malaise mais aussi la dérision dans lesquels les interprètes plongent le spectateur créent un état singulier de perception qui repousse les limites étroites de ce qu’on appelle normalité. “La beauté qui m’attire est celle qui se niche dans des lieux qui ne cherchent pas à séduire mais qui sont des lieux de vie”, explique Alain Platel. “La marche du monde me rend profondément triste, mais j’adore la vie. Il y a comme une contradiction : ce constat pessimiste me pousse à travailler dans la joie”.

En continuant à explorer son langage de mouvement connu comme “la danse bâtarde”, Alain Platel livre une danse rituelle où la violence est à la fois jouée et vraie, telle une initiation au défoulement, un acte de transgression et de libération.

Il puise sans relâche à la source de la difformité, de la cacophonie et de la déviance, pour rendre invisibles les frontières que nous érigeons entre le beau et le laid, entre l’harmonieux et l’intolérable.

Resa :  0 800 600 740

Voir aussi  : Rubrique Agenda, rubrique Danse, rubrique Montpellier,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>