Festival 100% : Agitateurs responsables

bobie-100

Yves Bommenel, alias Bobie, pose le cadre de la manifestation au Baloard. Photo Rédouane Anfoussi

C’est un grand rendez-vous de la saison d’automne. Né les pieds dans le rock rebelle, le festival 100% ne les a pas gardés dans le même sabot mais la fibre militante ne s’est pas perdue en route. Au sous-sol du Baloard, lors de la présentation de l’événement, l’ineffable Yves Bommenel, alias Bobie, pose le cadre de la manifestation. «  Le festival est organisé par l’association La Méridionale des Spectacles, un collectif dont je ne suis que la tête de gondole. Pour la programmation, nous avons composé un comité de réflexion artistique dont la diversité des représentants et la richesse de leur expérience spécifique s’est avérée très nourrissante.  »

Une affirmation à prendre au sens propre dimanche 8 novembre à la MPT Voltaire, où le jeune chef Xavier Valnet propose un brunch gastronomique pour tous. C’est promis, il n’y aura pas de cheveux dans la soupe. On pourra le constater avec l’installation musicale pour batterie de cuisine qui transforme nos ustensiles en objets sonores du 8 au 14 novembre au Kawenga. Au même endroit, les 14 et 15 novembre, se tiendra un atelier proposant une écoute instrumentalisée par le corps. Expérience proposée par Lynn Pook et Julien Clauss, qui donneront un concert audio-tactile à la Chapelle Gély du 11 au 14 novembre.

Ce festival à tendance identitaire affirmée est bien plus qu’une série de concerts à la chaîne. L’édition 2009 intègre résolument les formes musicales innovantes. On pourra voir et entendre les machines de Pierre Bastien du 05 au 14 novembre à la chapelle de la Miséricorde, écouter les subtilités de la pop song de Fredo Viola et basculer sur les compositions de Soap&Skin au Trioletto samedi 7. A noter le retour de Dominique A à Montpellier pour un concert au Rockstore le 12 novembre. Le groupe d’Afro beat Fanga sera au Jam le 05 et les Montgomery, qui s’attaquent à Mad Max en version ciné concert, à la Maison des étudiants le 6 novembre.

Le Festival 100% affirme une identité à travers le regard qu’il porte sur son temps. On est au cœur de la culture urbaine, du «  Do it yourself  », de l’art populaire où le citoyen trouve sa place. La structure multifacette du festival épouse les contours des courants qu’elle défend. Produisant un travail intéressant sur les formes musicales innovantes, elle intègre aussi les problèmes du terrain, des professionnels, des semi professionnels et des amateurs et se répartit dans l’espace en annexant une pluralité de lieux sur la ville.

Cette évolution d’une culture et de son discours critique est aussi celle d’une génération dont l’actuel adjoint à la culture Michaël Delafosse n’est pas éloigné. Un aspect qui n’est pas étranger à la tutelle prégnante de la Ville, qui devient, cette année, le premier partenaire financier du festival. N’entendons pas par là que la programmation se plie à un quelconque académisme. Le terme d’agitateur responsable convient mieux. D’ailleurs l’outil fédérateur ne prévaut pas sur les différents styles artistiques concernés.

Jean-Marie Dinh

 Rens : www.festival100pour100.com

 
 
 
 
 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>