Bibi Tanga : l’alchimiste afro-européen du blusypop

Bibi Tanga papa du blusypop

Bibi Tanga and the Sélénites (Les habitants de la lune) sont en concert ce soir au Jam. L’occasion de découvrir l’envoûtant dernier album qu’ils livrent en live en avant première à Montpellier dans le cadre d’une session Cosmic groove.

Originaire de Bangui, en République centrafricaine à proximité de la frontière congolaise, Bibi arrive en France à l’âge de six ans. Il a grandi entre deux continents et se revendique aujourd’hui comme un artiste afro-européen. Bercé par une culture musicale tout à la fois multiculturelle et largement ouverte, de la soul funk psychédélique qui fleurit au Etats-Unis dans les années 60/70, à Marley, en passant par la chanson française à texte (Brassens, Ferré…), le post punk des années 80 et la new-wave.

Passionné de groove, Bibi Tanga cultive sa virtuosité. Il travaille sa voix mais aussi la guitare, la basse, le saxe… les spectateurs montpelliérains l’ont vu en 2010 à l’occasion de la sortie de « Dunya » qui renouait dans une subtile alchimie avec ses origines centrafricaines. A ses côtés le grand modulateur de sources sonores, Jean Dindinaud, dit Professeur inlassable, officie toujours aux platines. Le libre apport des habitants de la lune, est une source de richesse supplémentaire au groupe.

Trois questions à Bibi

Toujours à la croisée des genres, votre dernier album « 40° Of Sunshine », semble plus orienté sur le funk et le soul, les références aux sources africaines, n’en n’ont pourtant pas moins disparu ?

A la première écoute, l’album est très funk soul, mais contrairement à ce qu’en ont dit certains, je considère que les références afro sont aussi présentes que dans l’album précédent. Elles se nichent dans un spectre africain plus large, notamment rythmique. Cet aspect, parfois insaisissable, explique par exemple le succès qu’ont réservé les africains à James Brown dont la soul percute la rumba congolaise et l’art oratoire flirte avec le griotisme.

D’où tenez-vous cet optimisme à l’égard de la situation centrafricaine où le marigot politique s’avère hypocrite et dévastateur ?

Effectivement la situation centrafricaine est ubuesque. Moi qui suis de la diaspora, j’ai pris conscience en me retrouvant là-bas que l’art et la musique sont des moyens de sortir de tout ça. J’ai mesuré à l’accueil qui m’était réservé, l’importance pour les Centrafricains que l’on parle d’eux d’une autre façon. On n’imagine pas ce que représente cette reconnaissance, mais cela a beaucoup de poids pour les gens sur place.

Sur scène, on est frappé par l’étonnante diversité musicale et l’harmonie qui se dégage du groupe. Comment travaillez-vous ?

Chacun fait ce qu’il sait le mieux faire. Moi, je joue de la basse, du saxe, je travaille sur les paroles, Prof dresse des décors musicaux, le violoniste, le guitariste et le batteur amènent leur propre sensibilité. Chacun reste libre dans son expression. On n’est pas contraints par les étiquettes. On considère souvent le courant soul funk psyché, né aux Etats-Unis dans les années 70, comme de la veille musique. Mais elle n’a qu’une quarantaine d’années. C’est ce qu’il a fallu au jazz avant que l’on commence à en parler. Finalement c’est un genre jeune, au sein duquel nos explorations musicales vont encore s’élargir…

Jean-Marie Dinh

Rens : Cosmic Groove

Voir aussi : Rubrique Musique, Rubrique Afrique, République centrafricaine, France  Centrafrique un nouvel accord de défense, rubrique Rencontre,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>