Ce si paisible bonheur du divertissement

rien-a-declarer-2011-19897-1882459045

Le dernier Dany Boon Rien à déclarer

Ambiance au Domaine de Verchant à Montpellier où Benoît Poelvoorde, Laurent Gamelon, Julie Bernard … et une joyeuse équipe ont débarqué pour la promo de Rien à déclarer, le dernier film de Dany Boon présenté en avant-première au Gaumont Multiplexe.

Très attendu après le triomphe de Bienvenue chez les Ch’tis (plus de 20 millions d’entrées en France) cette nouvelle comédie est promise à un avenir en or. Sujet sur lequel, hormis les producteurs, personne n’a le mauvais goût d’escompter un succès anticipé. « J’ai refusé de me lancer dans un Bienvenue chez les Ch’tis 2 », indique le réalisateur décontracté. Dany balance entre délire et sagesse: « Il est bien votre micro, vous avez l’air d’y tenir, lance t-il à une journaliste en lui saisissant des mains, il fait aussi rasoir ? » poursuit-il alliant les gestes à la parole. Sur des sujets plus sérieux comme la difficulté d’aborder le thème du racisme dans un film grand public,  il adopte une attitude moins légère : « Avec mes origines ch’timie et kabyle, j’ai connu des gens racistes. En discutant avec eux on parvient à leur faire admettre la stupidité de leurs préjugés. Ils acceptent mais ils ne changent pas dans le fond. Souvent, ils finissent par vous dire je ne les aime pas sauf toi. Il faudrait qu’ils rencontrent tous les étrangers un par un. »


Images léchées

L’histoire met en prise un couple franco-belge de douaniers au moment où la douane physique est supprimée entre les deux pays. Ruben Vandevoorde (Benoît Poelvoorde) souffre d’un racisme primaire à l’égard des Français. Son ennemi intime, Mathias Ducatel (Dany Boon), souffre lui aussi mais d’un amour impossible pour sa sœur (Julie Bernard). Les deux protagonistes se retrouvent coéquipiers à bord d’une 4L de la douane volante… Les images léchées restituent fort bien l’atmosphère du poste de douane. Le soin minutieux apporté aux détails nous ramène au 1er janvier 1993, date à laquelle le territoire douanier limité jusqu’alors au territoire national, s’est étendu à toute l’Europe. Date de passage entre un monde et un autre.

C’est certainement ce monde qui n’existe plus qui fera le succès cinématographique du film en diffusant son charme de régression historique. Sans reprocher au spectateur de vouloir se divertir, on peut s’interroger sur la matière de son divertissement voire de sa diversion. Un peu comme quand Frêche dissertait sur la composition de l’équipe de France, on est censés sourire et se situer très loin de la question du racisme et du nationalisme telles qu’elles se posent aujourd’hui en Europe. Malgré l’heureux dénouement du film, la scène finale indique que le racisme a la peau dure. Est-elle censée être drôle ? C’est aux spectateurs d’en décider…


Pas dans la dentelle

On pense au film de Gérard Oury pour la bonne tenue du scénario et le type de comédie efficace et hyper lisible. Dany Boon reprend les mêmes ingrédients que pour son film précédent, un récit linéaire, un monde partagé entre gentils et méchants avec des personnages bien stéréotypés où les femmes sont aimantes ou tutrices, et les hommes d’irresponsables petits garçons.

Les amateurs du genre passeront un bon moment même s’ils attendront en vain les scènes d’anthologie du type Galabru décrivant les habitants du Nord. « Le film a beaucoup intéressé les acheteurs étrangers mais je ne pense pas qu’il fera autant d’entrées que Bienvenue chez les Ch’tis, » confie Dany Boon. On s’attend quand même à un très bon score comme en témoigne la circulaire qu’a fait passer le ministère du budget à l’attention des douaniers qui leur conseille de ne pas aller voir le film en uniforme.

Jean-Marie DINH

Rien a déclarer : Sortie française le 2 février

Voir aussi : rubrique Cinéma,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>