Culture européenne ou Europe des cultures ?

Culture européenne. Photo DR

Culture européenne. Photo DR

Hier et avant-hier, le grand forum européen a permis de clore au Corum de Montpellier la phase de rencontre et de débat initiée par l’association pour le développement culturel européen et international (ADCEI) avec le soutien de la Région Languedoc-Roussillon et le réseau Euromedinculture qui associe les pays du pourtour méditerranéen. Après avoir souligné l’état de balbutiement dans lequel se trouve la politique culturelle supranationale qui occupe l’avant dernière place des dotations budgétaires assurées par l’UE, le président de l’ADCEI, René Kollwelter évoque la problématique. « Faut-il voir dans ce déficit d’implication, les effets de l’opposition entre une culture européenne transnationale à promouvoir et le respect de la diversité des cultures à tous les échelons y compris régional ? et envisage un dépassement : la perception de l’atout que pourrait représenter le renforcement du socle culturel européen dans un monde mondialisé citant l’enjeu de la bibliothèque numérique Européana vouée à devenir le pendant de Google, et la célèbre phrase de Jean Monnet : « Si c’était à refaire, je recommencerais par la culture. »

Simple recueil de témoignages pour alimenter le débat, faux nez d’une institution en mal de reconnaissance démocratique, ou réelle réflexion sur les enjeux d’une culture à partager au moment où les certitudes économiques s’effondrent, à l’évidence, le Forum européen de Montpellier propose plusieurs grilles de lecture.

Quinze pays dont neuf Etats membres seulement étaient représentés pour cette première étape de synthèse.

« La culture n’est plus un luxe. Elle fait pleinement partie de la citoyenneté active tout en donnant une priorité aux besoins socio-économique quotidiens», indique le représentant grec Nikos Papadakis. « La culture est une colonne vertébrale qui doit traverser tous les champs. Elle permet d’améliorer le niveau de vie, de protéger la démocratie et la diversité » restitue l’Allemand Didier Caille. « La liberté d’expression culturelle reste un défi à Malte, témoigne Jeannine Rizzo. Suite à la censure de représentations théâtrales, les gens se sont sentis touchés parce que l’on mettait à mal les principes de la démocratie. » L’Andalou, Pedro A. Vives cite les priorités culturelles recensées dans sa région : « En premier lieu, la diversité, suivi du patrimoine et de la démocratie, mais il précise, que l’échantillon du questionnaire n’est pas représentatif et invite l’UE a intégrer la culture dans l’Eurobaromètre », véritable outil d’analyse de l’opinion publique européenne. « Le maintien de la paix et de la stabilité apparaît comme une fonction culturelle essentielle pour les Français, retient Anne-Marie Autissier, prof d’université, qui note que l’intérêt du débat sur l’Europe se pose aussi dans une dialectique locale. Les gens interpellent les élus locaux, les universitaires et la société civile sur le manque d’espace de discussion. »

On retrouve des thèmes communs à travers ces morceaux choisis, comme on saisit des préoccupations nécessitant une approche particulière. Le belge Mo Haidle, insiste sur la nécessité de soutenir des coproductions transnationales et celle d’associer des artistes en provenance du monde. Ce qui vient heurter la politique qui érige l’Europe en forteresse. A ce sujet, René Kollwelter propose la création d’un visa culturel spécial qui dérogerait avec les conditions d’attribution de plus en plus restrictives. Sera-t-il entendu et suivi par Odile Quintin, rien n’est moins sûr ? La directrice en charge de la culture et de l’éducation à la Commission européenne est apparue sur un écran du palais des congrès pour encourager les intervenants dans leur travail. Elle paraissait lointaine. Son discours convenu et creux, et son image, parfait reflet de l’incarnation technocratique, n’augurent apparemment pas d’un changement.

Mais ce débat sur la prise en compte d’une culture supranationale mérite d’être suivi. Après que l’Unesco a reconnu la diversité culturelle qui consiste à faire admettre notamment à l’OMC que les biens culturels ne sont pas une marchandise comme les autres, il est temps que la culture européenne renoue avec son histoire. Le directeur de la Drac LR Didier Dechamps en convient : « Le libéralisme ne garantit pas la pluralité de l’offre. C’est un peu l’histoire du loup et de l’agneau qui votent démocratiquement ce que l’on va manger ce soir. Peu importe la manière dont la culture revient. Que l’économie lui serve de cheval de Troie ne manque pas de sel.» C’est avec le traité de Maastrich en 92 que la culture s’amarre aux compétences supranationales mais sa nature politique demeure une énigme jusqu’au 12 mai dernier quand les 27 reconnaissent que la culture est un investissement stratégique pour la dynamique et l’innovation. Il importe de s’y pencher largement avant la future programmation européenne qui débutera en 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>