La rose qui dort et le propos tue-mouche

plantu

« Il ne faut jamais s'attaquer aux ayatollahs des médias. »

Enfin un livre pour faire un point sérieux et rapide sur les événements ayant marqué l’année en France et dans le monde. Le bouquin signé Plantu est à la fois drôle, léger, et lourd de sens. A la pointe (acérée) de l’actualité, le dessinateur nous parle de deux trois choses dans son introduction qui suscitent l’intérêt. « Le PS travaille tous simplement pour Nicolas Sarkozy en n’écoutant surtout pas les problèmes des Français… » Le pouvoir d’achat « C’est la faute à pas de chance », estime-t-il, en disant que l’UMP surfe avec les socialos sur la symphonie du mépris. Le tout dirigé subtilement par un président qui s’adresse à ses sujets à coup de «  casse-toi pauv’con ! » C’est toujours sur des constats point à la ligne, que Plantu observe : « Peu de gens se souviennent qu’en novembre 2007, 130 policiers ont été blessés, dont une majorité par balles. Les armes existent toujours… »

plantu-bd-sarkoLa partie internationale du livre est une jolie balade au pays des tontons flingueurs en chef de la planète : Kadhafi, Bush, Hu Jintao, Poutine… Est-ce ce regard déformé par la pratique professionnelle qui conduit Plantu à percevoir l’essentiel ? Ou l’esprit d’indépendance cher et incorruptible qui le pousse à prendre position ? Toujours est-il que son propos fait mouche dans le grand bastringue de l’info. Déjà pas cire-pompe à la Une du Monde où son regard contraste en clair avec l’obscure collision de certains éditos, Plantu l’est encore moins quand il a quartier libre. La sélection de dessins du livre comporte quelques épreuves où il passe la ligne jaune. Pour autant, Plantu ne se lève pas le matin pour le plaisir de dézinguer une personnalité politique. C’est ce qui assure la longévité de son parcours. Il faut savoir rester frais dans la pratique d’un art qu’il définit comme « un savant dosage entre la provocation, la colère et le respect de la personne humaine. » Pour 2008, la couverture du livre arrive en guise de synthèse avec cette grosse rose qui roupille dans ses petites baskets rue de Solferino et le titre qui tombe d’évidence.

Jean-Marie Dinh

Un boulevard pour Sarko, édition du seuil,16,5 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>