La Maison des Thés au Printemps des Comédiens

L’art de la marionnette très présent dans la représentation

L’art de la marionnette très présent dans la représentation

La création de Daniel Bedos La Maison des thés. » condense tous les aspects de l’art traditionnel chinois. Au Printemps des Comédiens.

Là où les Chinois mettent le pied, ils apportent la coutume de boire le thé.  La proposition de Daniel Bedos répond par effet de miroir à cette vérité historique. Là où il a foulé le sol chinois, l’homme des cultures a cherché à tisser du lien qu’il compile dans La Maison de thé.

Les interrogations que peut susciter cette recherche permanentes d’autres cultures – nous l’évoquions dans ces colonnes à propos de Koteba -reviennent peut-être à discerner si l’essentiel s’appuie sur la démarche ou le résultat. Un peu des deux sans doute, ce qui rend le pari à la fois périlleux et intéressant. Au reste, le contexte culturel, historique, et interculturel de ces spectacles initiatiques appelle une approche qualitative, intime et différente.

Qualité des feuilles et de l’eau, appréciation de la température requise, choix du type de théière, juste proportion, temps de l’infusion, codification du geste, le tout accompagné par les mesures et la qualité du timbre d’un tympanon chinois. Le touché expert de Li Chunyong se conforme aux recommandations de Confucius jouant avec la variation de rythme pour emporter les spectateurs vers une lointaine Antiquité. Le spectacle s’ouvre ainsi, sur une scène de vie spirituelle et sophistiquée qui confère son esprit à la soirée. Mais la cérémonie du thé que prépare Madame Xie est également une mise en relation sincère et chaleureuse. Si les feuilles du théier font partie intégrante de la vie des Chinois, les bases du rituel de l’infusion aboutissent à une dégustation partagée. Suit un extrait de théâtre chanté, un duo entre une marionnettiste et une chanteuse qui lie l’attrait oral et visuel. Les courts extraits magnifiquement interprétés de l’opéra Liyuanxi, nous laissent un peu sur notre faim, par leur brièveté et la qualité sommaire des costumes.

On s’étonne des doigts de fée de madame Gaoshaoping qui pratique depuis l’âge de dix ans l’art traditionnel du découpage de papier. L’artiste fait preuve d’une créativité hors paire, cédant au charme romantique et au plaisir d’accomplir des idéaux nobles de vérité, en un temps record. L’art de la marionnette est très présent dans la représentation. A juste titre si l’on considère la profonde influence qu’il a exercé sur l’évolution des autres formes de théâtre. Le spectacle présente ses deux formes principales, le théâtre de figurines et le théâtre d’ombres. On plonge à plusieurs reprises dans l’univers des marionnettes à fils comme avec l’histoire légère et drôle du bonze paresseux qui se trompe et déclenche des orages.

Le clou du spectacle doit beaucoup à l’énergie insoupçonnée des anciens, qui préservent les techniques du théâtre d’ombre en puisant dans les centaines de scénarios traditionnels. Même si les figurines souffrent un peu de l’absence de décor, la représentation qui s’accompagne de mélodies très anciennes jouées et chantées, préserve ce pouvoir de fascination évoqué par Artaud.

Il y a plusieurs façons d’aborder la culture chinoise. Schématiquement, on peut opter pour une confrontation directe en se laissant transporter vers un ailleurs, totalement opposé à nos valeurs occidentales ou choisir une initiation plus lente en approfondissant les différentes formes, nuances, et subtilités de cette culture plurimillénaire.

Daniel Bedos qui a conçu le spectacle, évoque son premier voyage en Chine. Du premier choc frontal lié au poids immense de la culture chinoise à sa découverte progressive, qui appelle la relation pour percevoir et mieux appréhender la trame fondamentale de la culture et de l’esprit chinois. Plus on se rend en Chine et moins on la comprend. Invitation vers l’inconnu, La Maison de Thé est la petite lueur du phare qui s’éteint et s’allume sur un espace immense, en attendant le grand saut !

Jean-Marie Dinh

La Maison de thé mise en scène Daniel Bedos, jusqu’au 26 juin.

Voir aussi : Rubrique Théâtre Théâtre du grand guignol, Rubrique co-développement Partenariat entre l’Hérault et Quanzhou,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>