Béziers. Aux Chapiteaux du livre, le débat déconstruit la mystification

grenouille-narbonneRien ne passionne les gens comme les gens. Patrick Boucheron en a fait la démonstration aux Chapiteaux du Livre avec une brillante conférence sur l’histoire et la capacité qu’elle donne à résister à la séduction du pouvoir totalitaire. Mais plus  simplement encore, par sa présence en un lieu menacé.

« L’histoire ne détient pas la vérité, elle la construit en authentifiant des faits. Une fois construite il faut la défendre. » L’historien du Collège de France s’est rendu «serviable à la réflexion»  ce qui n’a pas manqué de déclencher la fureur du locataire de l’Hôtel de ville.

Touché au vif par les affirmations de l’historien dans la presse sur la manière dont il s’approprie le récit national, il a rétorqué hier par un communiqué se voulant cinglant  :

« Bonne nouvelle : les « intellectuels engagés » qui ont fait « l’honneur » de la France n’ont pas disparu… Ils savent toujours « résister », douillettement blottis dans leur chaire professorale. On les appelait jadis des mandarins. Ils sont aujourd’hui les gardes-chiourmes de l’ordre moral établi

Fermer les rangs et l’anecdote car à ce niveau d’invective on ne peut que se méprendre sur les porteurs de l’ordre moral établi.

Plus qu’un salon ou une fête du livre, les Chapiteaux s’affirment à travers l’idée portée et mise en oeuvre avec exigence par le directeur de sortieOuest Jean Varela, comme espace démocratique de discussions des idées.

JMDH 

Source : La Marseillaise 24/09/2016

Voir aussi : Rubrique Livre, Littérature française, Politique, Politique de l’Education, rubrique Rencontre, Patrick Boucheron,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>