Gauche du PS : un pas vers la sortie ?

arton31445-3d3a3Minoritaire, l’aile gauche du Parti socialiste entend se déployer à l’extérieur du parti pour « résister à la pente libérale » prise par son parti.

Passer du « courant » au « mouvement ». La gauche du PS, sortie vaincue du congrès de Poitiers, entend désormais tenter d’établir des alliances avec ses partenaires de gauche pour créer un nouveau « mouvement ». Il faut « constituer un mouvement qui va bien au-delà du périmètre socialiste » afin de « résister à la pente libérale » prise par le PS, a martelé, hier à Poitiers, le député de l’aile gauche Benoît Hamon, lors d’une Assemblée générale où s’étaient réunis quelque 300 signataires de la motion B. Reconnaissant franchement « qu’une majorité de socialistes a dit ’’oui’’ à la poursuite d’une politique sociale libérale », l’élu de Trappes a estimé : « S’il faut en passer pour un moment par un pied dedans, un pied dehors, il faut le faire ». Les partenaires pressentis pour former ce nouveau mouvement ? « EELV et le Parti communiste », a-t-il précisé.

Peu à peu, cette doctrine du « un pied dedans, un pied dehors » fait son chemin à la gauche du PS, comme une réponse à l’impasse dans laquelle elle se trouve. Ou comme un contre-feu à des envies de départ.

L’ancien eurodéputé Liêm Hoang-Ngoc a publié hier une tribune pour enjoindre les frondeurs à construire une « alternative attractive » à gauche.

Retenu à Paris, le député Pouria Amirshahi a lui aussi envoyé une « lettre » aux militants de la motion B, où il appelle à « la mise en perspective d’un grand mouvement citoyen d’un type nouveau ».

Un ton en dessous, Christian Paul, le chef de file de la motion B, qui est intervenu en séance plénière samedi matin, juste avant Manuel Valls, a jugé que « l’unité [des socialistes] n’est pas en danger » ; il a d’ailleurs appelé ces derniers à « faire naître la prochaine gauche » en remettant notamment « les citoyens dans le circuit », sous peine d’être bientôt ringardisé par Podemos.

Incantations

Malgré ce discours officiel modéré beaucoup de « frondeurs » assurent en off qu’un changement de politique relèverait désormais du « miracle ». Mais pas question pour autant de quitter le PS. Ou plus exactement, de le laisser à Manuel Valls, qui entend le transformer en parti ouvertement social-libéral. « Valls aura un boulevard pour parfaire son OPA sur le PS si Hollande perd en 2017 », prédit un représentant de l’aile gauche.

C’est qu’au PS, qui a perdu près de la moitié de ses militants depuis le congrès de Reims (2008), dont 40.000 depuis 2012, domine une ambiance de fin de règne. « Autant j’ai trouvé que les résultats de la motion B étaient bons, autant je suis très inquiet de l’état du parti, du manque de mobilisation des militants », estimait vendredi soir le député de Paris, Pascal Cherki.

L’appel à un mouvement à cheval entre le PS et au dehors n’est pas nouveau, mais il n’a peut-être jamais été si clair au PS. « Pourquoi pas un mouvement, mais il ne faut pas recommencer les erreurs habituelles en faisant des courants et des courants », grince toutefois un militant présent à l’AG de la motion B. Manière de dire que les incantations ont vécu.

Pauline Graulle

Source Politis 06/06/2015

Voir aussi : Actualité France, Rubrique Politique, Ce texte que les ministres auraient dû mieux lire avant de signer, Politique économique, On Line, Le socialiste Liêm Hoang-Ngoc appelle les frondeurs à sortir du PS, Amirshahi pour un dialogue de toutes les gauches 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>