Fred Vargas:  » C’est Viviane Hamy qui m’a quittée  »

fred-vargas-1_709377
Fred Vargas publiera son prochain polar chez Flammarion, après avoir été éditée pendant vingt ans par la petite maison indépendante de Viviane Hamy.

Pas question de quitter Viviane Hamy, qui l’édite depuis 1994, assurait Fred Vargas l’année dernière dans les colonnes de L’Express:  » Mon éditrice me soutient depuis des années malgré mes débuts laborieux. Me barrer Ce serait d’une ingratitude crasse! Et pour de la thune Au secours !  » Et la romancière aux millions d’exemplaires vendus de balayer la rumeur persistante selon laquelle son agent, le très influent François Samuelson, chargé de négocier les droits audiovisuels de ses deux derniers romans, l’inciterait à céder aux offres de la concurrence. « J’ai choisi Samuelson non pas pour l’argent, mais pour me décharger, insistait alors la créatrice du flic Adamsberg. L’idée de parler fric, pourcentages, de discuter un contrat me rendait malade. Il s’entend avec Viviane, elle sait que je ne partirai pas. »

Quelle surprise, donc, lorsque Livres Hebdo annonce ce 2 décembre que le prochain polar de Fred Vargas paraîtra en mars chez Flammarion sous le titre Temps glaciaires – une information officieuse glanée dans les couloirs de la dite-maison. Que s’est-il passé ? « Je n’ai pas trahi, soutient aujourd’hui la romancière. C’est Viviane Hamy qui m’a virée, c’est elle qui m’a quittée. Je l’ai appris par une lettre du 29 janvier 2014 : Viviane me faisait savoir qu’elle ne voulait plus travailler avec mon agent. « Dès l’instant où tu garderas François Samuelson, les conclusions sont imparables« , m’écrit-elle.

« Mes livres représentent 85% de son CA »

Je n’y comprends rien : Sam est un homme attentif, sensible, il lui envoyait des fleurs et n’est pas le tueur que certains dépeignent. Je réponds à Viviane le lendemain, nous échangeons plusieurs mails. Mais elle ne veut rien savoir. « Tu as voulu rentrer dans la norme », m’écrit-elle encore. Cette lettre m’a assommée. A ce moment-là, j’avais commencé un nouveau polar sans en parler à quiconque, exceptés mon fils et ma soeur. Pour convaincre Viviane Hamy de revenir sur sa décision, je l’informe que j’ai déjà écrit 90 000 signes de mon prochain livre. Ca n’a rien changé pour elle, alors que mes livres représentent environ 85% de son chiffre d’affaires.

J’ai donc continué à écrire, sans me soucier de trouver un éditeur. Or je connais Teresa Cremisi [PDG de Flammarion] depuis longtemps, et tout le service de distribution qui est aussi celui de Viviane Hamy, les commerciaux de J’ai Lu [filiale de Flammarion] qui m’édite en poche. Ca s’est fait naturellement. J’ai dit à Viviane que c’était triste mais je ne voulais pas céder à son chantage. Comme il me paraissait discourtois d’aller chez un autre éditeur sans la prévenir, je l’ai fait en la remerciant, dès que le contrat a été signé avec Flammarion. Aucune réponse de sa part« . Et Fred Vargas de conclure, visiblement émue : « Je ne suis pas partie comme une voleuse. Je ne suis pas devenue une femme d’argent, il n’y a rien de plus faux. Je n’ai pas changé et je veux pas qu’on me mette tout sur le dos. De moi-même, je n’aurais jamais quitté Viviane Hamy, je sais ce que je lui dois. » Sollicitée par L’Express, l’éditrice n’a pas donné suite. Son attachée de presse, Sylvie Pereira, a évoqué pour sa part « une décision purement professionnelle de ne plus accepter d’intermédiaires entre nous et nos auteurs.« 

Source L’Express 05/12/2014

Voir aussi ; Rubrique Edition, rubrique Livre, Roman noir, rubrique Rencontre, Fred VargasRespect, tendresse et compréhension tacite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>