17e FIRN. Témoins du noir pour un jour sans crépuscule

 FIRN le rendez-vous des passionnés du roman noir à Frontignan (Archives). Photo David Maugendre


FIRN le rendez-vous des passionnés du roman noir à Frontignan (Archives).                    Photo David Maugendre

Festival international du roman noir. Allez allez, on sort du lit pour rejoindre la 17e édition du Firn qui bat son plein à Frontignan de 10h à 5h du matin.

Aujourd’hui s’ouvre à Frontignan le 17ème Firn (Festival international du roman noir). Une journée et une nuit de fête en dépit ou plutôt en honneur à Michel Gueorguieff, décédé en septembre dernier, qui laisse le festival orphelin de son père fondateur. A 11h30 aura lieu l’inauguration du passage Gueorguieff Square de la liberté. Le lieu est bien choisi même si l’âme du maître des passions noires s’est répandu bien au-delà du parc. A l’heure du festival, c’est toute la ville de 20 000 habitants qui est concernée. Si les co-organisateurs, l’association Soleil noir et la ville de Frontignan, présentent cette édition exceptionnelle – réduite à 24h – comme une année transitoire, ils sont déterminés, comme Soulages, à faire du noir de la lumière.

« C’est un hommage à Michel confie Martine Gonzalez, pour Soleil noir, cette édition nous permet de reprendre souffle avant de lancer un nouveau concept qui conserve les ingrédients essentiels du Firn, comme l’innovation, les thématiques et la volonté de rendre le roman noir accessible. »

Il a fallu faire des tentatives de définition pour aboutir à ce qui fait le génie et l’originalité de ce festival. On est revenu aux fondamentaux. Comme l’idée pas évidente que le livre est avant tout populaire. Que depuis sa création, le Firn n’a eu de cesse d’inventer de nouvelles formes de mise en scène de la parole. Que les déclinaisons en thématiques annuelles, – cette année c’est : Je n’oublie rien – permettaient de ne pas se noyer avec la cavalerie de l’actualité pour approfondir les oeuvres et sélectionner les auteurs. Et puis aussi qu’en cas de doute, le seul maître-mot restait : la rencontre, entre ceux qui écrivent des histoires, ceux qui les vivent, ceux qui les lisent. Le Firn c’est simple ou compliqué comme la vie des humains.

550 auteurs de polars, de BD, de cinéma, des éditeurs, des journalistes, tous ceux venus de tous les coins de la planète noire, qui se sont retrouvés à Frontignan depuis 1998, le savent. Ils ont participé à cette journée et seront là en chair et en os comme Fred Vargas ou virtuellement, comme James Lee Burke qu’Hubert Artus est allé interviewé spécialement aux USA. Dans cette édition où le high-tech côtoie tongs et parasols le Firn interroge la marchandisation de la culture, et redonne la parole aux lecteurs.

L’inspiration et la vitalité artistique insufflées dans le Firn semblent ne jamais pouvoir se tarir. C’est la force du roman noir que de poser un cadre exigeant dans lequel se trouve les clés qui nous permettent d’en sortir.

JMDH

Programme : www.polar-frontignan.org

Source : L’Hérault du Jour 28/06/2014
Voir aussi : Rubrique Livre, rubrique  Roman noir, FIRN, Les amoureux du noir, rubrique Festival,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>