L’entreprise modèle sans fard

Les nouvelles formes de précarité, l'oppression mentale et le développement de l’ouvriérisme clandestin.

Les nouvelles formes de précarité, l'oppression mentale et le développement de l’ouvriérisme clandestin.

On trouve en couverture de ces dix textes de fiction réunis par Arnaud Viviant, le planning des ressources disponibles de la semaine avec les petites fiches en bristol de couleur indiquant que tout le monde est bien à la bonne place. Dès lors, reste à se mettre au boulot en tirant les fiches aux hasard. Chacune d’entre elles propose une entrée sur l’entreprise contemporaine vue par des romanciers.

Cette pluralité de regards, sans valorisation esthétique, laisse par endroits une empreinte  naturalisme.  Dans un Un jeune ouvrier qui franchit le pas,  les sociologues Stéphane Beaud et Michel Pialoux posent à froid les étapes qui amènent un jeune manutentionnaire à s’engager syndicalement.  Le propos de ce document dénonce moins les conditions de travail des sous-traitants du secteur de l’automobile qu’il ne décrit la précarité d’un monde ou tout peut basculer à chaque instant.

Les autres textes sont des fictions inédites qui permettent une juste appréhension du monde du travail. Dans « Qu’est-ce que tu vas faire? » Hellena Villovitch évoque à la première personne du singulier la vie d’une employée qui court après les CDD et l’incidence de la culture kleenex sur ses relations sexuelles basées sur le plaisir immédiat et l’interrogation systématique.

Dans une veine plus cynique Régis Jauffret décrit la non vie d’une secrétaire de direction qui joue le jeu en cultivant une haine féroce à l’égard de son patron. Par petites touches impressionnistes, François Bon évoque la disparition de la culture ouvrière des chantiers de l’Atlantique, à Saint-Nazaire. Arnaud Viviant nous embarque dans un sulfureux service de DRH où l’on découvre que les relations intersexuelles au sein de l’entreprise s’avèrent un formidable levier de productivité.

L’ensemble des récits pointe les déterminants sociaux et biologiques qui affectent en profondeur l’individu et le groupe au sein de l’entreprise, les nouvelles formes de précarité, l’oppression mentale et le développement de l’ouvriérisme clandestin dans le tertiaire.

On a vu la magnifique conversion de la sphère politique dans la philosophie néolibérale. On a observé la féchitisation de l’entreprise qui nous est vendue comme un incontournable modèle de société. Ce qui se passe dans le monde du travail aujourd’hui, et ce qu’il nous est donné à voir dans ce livre, annoncent assurément la faillite de ce modèle.

Jean-Marie Dinh

L’entreprise, édition La Découverte, 8,5 euros.

Voir aussi : Rubrique Actualité France Vague de suicide chez France Telecom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>