Corentin Coko : Poésie exaltée de la chanson populaire

Maison de la poésie. Le chansonnier et poète Corentin Coko célèbre les 140 ans de La Commune de Paris.

La Maison de la Poésie de Montpellier renoue avec l’esprit des goguettes du XIXe siècle en invitant  le chansonnier Corentin Coko. « C’est un jeune artiste qui se tourne vers l’histoire pour apprendre le présent, indique Annie Estèves la directrice artistique du lieu, je le suis depuis ses débuts. Corentin Coko dispose d’un talent vraiment original. Il se distingue par la qualité de ses textes qui ne donnent pas dans l’engagement bien pensant. Ici, on tient beaucoup à la poésie engagée qui fait appel à la mémoire du peuple, même si quelque part, la poésie répond toujours à un engagement

Armé de son accordéon, l’artiste célèbrera à cette occasion les 140 ans de la Commune de Paris. On le sait, l’espoir soulevé par le soulèvement de Paris et le bain de sang dans lequel le mouvement fut réprimé ont inspiré de nombreux poètes et auteurs, mais curieusement, ce 140e anniversaire aurait pu passer relativement inaperçu.

C’était sans compter sur ce vibrant artiste montpelliérain qui commença sa carrière à 16 ans en première partie d’Arthur H.  » On trouve souvent des amnésiques, chez les jeunes auteurs de chanson française que j’apprécie beaucoup par ailleurs. Recevoir une leçon sur le passé donnée par un jeune, c’est plutôt rare. Après le Domaine D’O et avant le Théâtre Jean Vilar, programmer Corentin Coko dans le cadre de la manifestation  » Les poètes n’hibernent pas » relève un peu de l’emblématique. Il a tout à fait sa place dans le travail de brassage des générations que nous avons entrepris. »

Un idéal d’humanité

Au travers des textes et chansons d’Eugène Pottier (auteur des paroles de l’Internationale), de Victor Hugo, Louise Michel, Jules Vallès, Jean-Batiste Clément, Emile Zola, Corentin Coko fera revivre ces quelques mois où Paris fut aux mains du peuple et de la révolution sociale.

Passionné par la chanson populaire, l’artiste n’ignore rien du climat de lutte et de misère qui furent à l’origine de la Commune. Mais c’est l’exaltation poétique qu’il retient surtout de cette tentative de rappropriation populaire : « Cet idéal d’une société nouvelle ne se construit pas seulement avec des armes, des canons, mais avec des discours, des mots, des textes, particulièrement emplis de poésie. Une poésie exaltée, vibrante, passionnée, venant de la masse populaire, de la terre rougie de sang, une poésie sortie tout droit des entrailles de Paris. »

Aujourd’hui, il ne reste pas grand chose de l’esprit des goguettes qui émaillaient les nuits françaises du XIXe. On s’y rendait pour boire et chanter. Considérée comme des réunions séditieuses, elles furent supprimées en 1851 par Napoléon III. Mais la chaleureuse ambiance de fête paillarde, propice à l’entraide et à l’amitié décrite notamment par Gérard de Nerval, n’a pas sombré dans l’oubli. Elle a traversé les siècles. On la retrouve encore au carnaval de Dunkerque. Corentin Coko a l’heureuse et riche idée de la faire resurgir près de chez nous. Il suffit de s’y rendre pour se trouver en bonne compagnie.

Jean-Marie Dinh

Maison de la Poésie, Moulin de l’Evêque 78,  av du Pirée.
Le nouvel album de Corentin Coko peut être commandé sur le site : www.corentin-coko.fr

Voir aussi : Rubrique Littérature Poésie, rubrique Musique, rubrique Histoire,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>