Roman noir : Se retenir de respirer au travail

Marin Ledun signe un roman choc sur le harcèlement moral.

Les visages écrasés

Carole Matthieu est médecin du travail dans une grande entreprise de télécommunication dont  le mode de management oscille en fonction des objectifs de résultats fixés par les actionnaires. Elle exerce en province dans un centre d’appels en service après-vente. Flexibles et interchangeables, les jeunes responsables d’équipe s’adaptent vite aux conditions de travail : ils fixent des objectifs inatteignables.

Le cadre de l’organisation est bien rodé. On infantilise le personnel, on lui offre des sucettes comme récompense, et des avertissements comme punition. Les dégâts humains sont considérables, mais personne n’en parle et la direction s’en frotte les mains. Carole Matthieu a mal au ventre tous les jours. C’est elle qui reçoit les salariés au bout du rouleau. Elle sait être leur dernier recours. Il y a déjà eu un suicide et deux tentatives dans le service. Elle est stressée et a beaucoup de travail. Entre deux entretiens, il lui arrive de s’effondrer. Puis elle reprend son travail, repère les personnes en grande souffrance et ceux que l’entreprise a brisé à jamais. Tout cela est très difficile à porter.

Carole Matthieu comprend rapidement que les moyens consacrés à la santé des salariés sont très largement sous-estimé. Elle remet en question ses propres pratiques et le sens de son métier. Pour tenir, elle carbure aux cachetons. L’aboutissement d’une longue est douloureuse succession de causes et d’effets va la conduire dans une situation inextricable. Lorsqu’un salarié est assassiné dans l’entreprise, l’hypothèse d’un lien entre le meurtre et le contexte de travail ne peut être écartée…

Pris par le suspens, on retient son souffle d’un bout à l’autre. Le livre de Marin Ledun se rapproche du documentaire à caractère social avec la texture haletante et sombre des meilleurs romans noirs. En 4e de couv, on conseille au lecteur de l’offrir à son DRH. Les derniers rebondissements de l’actualité sociale pourrait vous conduire à adjoindre une allumette à votre cadeau car de toute évidence on est en présence d’une matière inflammable.

Jean-Marie Dinh

Les visages écrasés, Roman noir Seuil, 18 euros

 

Voir aussi Rubrique Livre, Roman noir,

Marin Ledun signe un roman choc sur le harcèlement moral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>