L’expression qui brise la mer gelée

hero-104b-p3Si vous voulez entrer dans le monde d’un écrivain qui vous entretienne de l’écriture et des subtilités de la prose vous ne lirez pas La guerre de l’humain. A l’âge de 14 ans son auteur était apprenti coiffeur. Pat Gady a aujourd’hui 55 ans. Il est chômeur et le mot travail lui donne la nausée. « Je trouve que le travail a quelque chose de merveilleux quand on l’exerce pour s’épanouir », pense Pat Gady qui livre une réflexion méditative sur les multiples inégalités perpétuées au sein de notre système social. On est loin de l’essai sociologique mais, comme le dit le philosophe Clément Rosset « Après  une connaissance apprise auprès de quelques sommets, rien de tel, pour vous rafraîchir qu’une connaissance par les gouffres. » Cet adepte de Schopenhauer défendait aussi l’idée que le pire est la seule chose certaine, ce en quoi il se rapproche du propos de Pat Gady. Les thèmes qu’aborde l’auteur se succèdent, sous la forme d’un grand zapping : fiscalité, écologie, conditions de travail, système de santé, discrédit des discours politiques… constituent un ensemble où la cohérence est liée au vécu. Gady nous restitue un bloc d’expériences, une pensée populaire lucide et partagée peu prisée par le monde de l’édition. La missive nous arrive grâce à l’heureuse contribution d’Yvan Mécif des éditions héraultaises Rémanences.

Rien de commun dans l’œil désabusé de Pat Gady mais un sens évident de la politique au sens noble du terme. Son expression sensible sur le manque de volonté pour lutter contre la fracture sociale semble appartenir à un instant qui précède l’abandon. L’écrivain ne cherche pas à être le témoin. Il est seulement à l’écoute des mots qui tracent son avenir ou plus justement son non avenir. Selon Kafka « Le livre doit être la hache qui brise la mer gelée en nous » la note d’optimisme qui conclut le livre de Pat Gady témoigne qu’il a su s’écouter.

Jean-Marie Dinh

La guerre de l’Humain , aux éditions Rémanence

2 réflexions au sujet de « L’expression qui brise la mer gelée »

  1. Un ami qui avait commandé ce livre me l’avait donné à lire, au moment où le fameux « Indignez-vous » battait son plein… J’avoue que les véritables raisons de s’indigner sont celles données par Pat Gady, parce qu’elles sont vécues de l’intérieur, et non pas camouflées par un coup éditorial, publicitaire, médiatique ou financier. D’ailleurs, à voir le type de publications et d’auteurs défendus par les éditions de la revue Rémanences (dirigées par un certain Yvan Mécif), on s’aperçoit que le mot de « résistance » à encore un sens. Tant mieux !

  2. J’ai lu ce livre. Un témoignage plein d’humanité sur l’inhumanité qui nous enserre. Une sensiblilité à la fois lucide et franche. Une invitation à revoir notre mode de vie et de penser la vie.
    A noter également la très belle qualité d’édition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>