Wen Jiabao appelle les jeunes à « avoir les pieds sur terre »

wen-jibao-cantine

Le premier ministre chinois à la cantine

A l’occasion de la Journée mondiale de la jeunesse qu’il a passé cette année avec les étudiants de l’Université de Pékin, le Premier ministre chinois Wen Jiabao a appelé les étudiants chinois à avoir un idéal élevé et à faire des efforts concrets pour le réaliser.

A l’Université de Pékin, le Premier ministre a pu rencontrer mardi matin des dizaines de clubs et sociétés de l’université qui organisaient des activités pour marquer la Journée mondiale de la jeunesse. Une jeune étudiante appelée Li Danlin a offert au Premier ministre, une oeuvre de calligraphie qu’elle avait elle-même réalisé en quatre caractères. On pouvait y lire : yang wang xing kong (regarder en haut le ciel étoilé). C’est aussi le nom d’un poème chinois écrit par Wen Jiabao pour encourager les jeunes.

En échange du cadeau de Li Danlin, Wen Jiabao a écrit quatre autres caractères : jiao ta shi di, ce qui signifie avoir les pieds sur terre. Cette année marque le 91e anniversaire du « Mouvement du 4 mai » (voir ci-dessous), un important mouvement culturel et politique dans l’histoire de la Chine pour lutter contre l’impérialisme et promouvoir la démocratie et la science. Wen Jiabao a appelé à hériter de l’esprit de science et de démocratie, ce qui est essentiel pour édifier un socialisme aux caractéristiques chinoises et réaliser la modernisation. Il a indiqué à cette occasion que la réforme des universités chinoises vise à créer un bon environnement qui permette aux étudiants de penser de façon indépendante et à promouvoir l’innovation.

Xinhua

Le 4 mai les étudiants se soulèvent à Pékin

Le 4 mai 1919, peu après la naissance de la République chinoise, 3000 étudiants manifestent à Pékin, sur la place Tien An Men. Ils dénoncent les «21 conditions» présentées par le Japon à leur gouvernement, car elles tendent à une colonisation de la Chine. Ils protestent aussi contre le traité de Versailles qui livre au Japon les concessions allemandes du Chang-toung, une province du nord du pays.

Guidés par de jeunes intellectuels progressistes, les étudiants dénoncent également le poids des traditions, le pouvoir des mandarins et l’oppression des femmes. Ils se montrent favorables à la modernité et aux sciences nouvelles. L’agitation gagne les citadins et les commerçants, dans tout le pays. Elle se double d’un mouvement de boycott des produits japonais. Mais elle reste dans l’immédiat sans effet sur les Occidentaux comme sur les Japonais.

Le «Mouvement du 4-mai», ainsi baptisé par les historiens, n’en est pas moins capital car il traduit l’émergence en Chine d’une conscience patriotique opposée aux Occidentaux comme aux Japonais, et l’abolition de l’ empire mandchou. Plusieurs de ses leaders rejoignent le Parti communiste chinois dans l’espoir de régénérer la Chine. Trente ans plus tard, ils célèbreront sur la place Tien An Men le triomphe de l’insurrection communiste.

70 ans plus tard, se rappelant du «Mouvement du 4-mai», d’autres étudiants réclameront la démocratie sur la même place Tien An Men. Leur révolte finira dans un bain de sang mais débouchera paradoxalement sur une ouverture de leur pays au monde extérieur. -

Alban Dignat (Hérodote)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>