La Turquie provoque les Kurdes

La Turquie provoque les Kurdes

L’interdiction du parti des Kurdes en Turquie, le DTP, a provoqué de violentes protestations parmi les Kurdes ce week-end. La Cour constitutionnelle a justifié sa décision par la trop grande proximité de ce parti avec le Parti kurde des travailleurs, le PKK, déjà interdit. Ce jugement aura des répercussions négatives sur le processus démocratique et attisera un peu plus le conflit interne avec les Kurdes, estime la presse.

Extraits des publications suivantes:
Der Standard – Autriche, die tageszeitung – Allemagne, Neue Zürcher Zeitung – Suisse

Der Standard – Autriche

L’interdiction du parti kurde nuit au développement démocratique de la Turquie, critique le quotidien Der Standard : « Le fait que le DTP siège au Parlement ne constitue en effet aucun danger, mais plutôt une condition nécessaire à la paix. La justice s’est toutefois laissé impressionner et diriger par la terreur [du Parti des travailleurs du Kurdistan], qui manifestement ne veut pas la paix. L’interdiction du parti est un verdict politique qui ramène la Turquie des années en arrière pas seulement en ce qui concerne la politique relative aux Kurdes – cela représente aussi un recul dans l’ensemble du processus démocratique. Interdire un parti comme le DTP revient à limiter les libertés politiques. Le jugement témoigne du manque de compréhension démocratique de la justice turque. Il rappelle d’anciennes interdictions de partis et des époques que l’on estimait depuis longtemps révolues. Mais même le gouvernement Erdo?an plie devant la logique nationaliste. Sa politique relative aux Kurdes était déjà erratique en raison de la pression de l’armée et de l’opposition. » (14.12.2009)


die tageszeitung – Allemagne

Le processus de paix entre Turcs et Kurdes a connu une amère régression, déplore le quotidien Die Tageszeitung suite à l’interdiction du parti des kurdes, le DTP : « Il y a à peine trois mois, toutes les forces en Turquie semblaient enfin décidées à parvenir à une solution politique pour la minorité kurde. Le gouvernement du Premier Ministre Tayyip Erdo?an s’était même efforcé de faire une proposition de réintégration à la majeure partie de la guérilla du PKK. L’armée n’a pas protesté et le DTP kurde était enthousiaste que le gouvernement dialogue enfin avec lui. La Turquie était sur le point de faire une avancée énorme en termes de démocratie. L’interdiction du DTP par la Cour constitutionnelle vendredi dernier n’a été que le point final d’une évolution qui constitue l’exemple de la façon avec laquelle les opposants acharnés à la paix peuvent torpiller la moindre entente. » (14.12.2009)


Neue Zürcher Zeitung – Suisse

L’interdiction du parti kurde DTP pourrait provoquer des affrontements politiques et renforcer les courants nationalistes, redoute le Neue Zürcher Zeitung : « Pas besoin d’être voyant pour prédire l’intensification des tensions politiques en Turquie suite à cette décision douteuse en matière de politique démocratique. Les conditions requises pour qu’Erdo?an puisse faire avancer la politique envers les Kurdes se sont en tout cas détériorées. Le PKK [Parti des travailleurs du Kurdistan] devrait profiter de cette décision de la Cour. C’est pour lui un nouvel atout confortant son argumentation selon laquelle Ankara n’est pas sérieux dans ses velléités de réconciliation avec les Kurdes. Ceux qui peuvent s’estimer gagnants, ce sont les forces passéistes au sein des partis nationalistes et kémalistes, qui voient derrière chaque rapprochement avec les Kurdes, une atteinte à l’unité nationale. La critique prévisible de la part de l’UE vis-à-vis de cette décision de la Cour d’Ankara devrait laisser ces cercles indifférents. » (12.12.2009)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>