Iran: les femmes font une percée aux élections municipales et locales

000_oi7hp

ATTA KENARE / AFP

De nombreuses femmes se sont faire élire aux élections municpales et locales iraniennes, dans la foulée de la foulée de la réélection de Hassan Rohani, à laquelle elles ont largement contribué.

 

Les élections municipales et locales iraniennes, organisées le 19 mai dernier en même temps que la présidentielle, ont permis à de nombreuses femmes de se faire élire y compris dans les villages. Des voix s’élèvent pour qu’elles fassent également leur entrée au gouvernement de Hassan Rohani, largement réélu président dès le 1er tour, notamment grâce à la mobilisation des électrices.

On est encore bien loin de la parité, mais dans la capitale iranienne, le nombre des élues femmes a été multiplié par trois. Elles sont désormais six sur un total de 21 membres au Conseil municipal de Téhéran.

Dans les deux autres grandes villes du pays, c’est-à-dire Machhad et Ispahan, il y a deux femmes élues sur une quinzaine de membres. Et dans d’autres villes encore, il y a également des élues femmes.

Par exemple à Ardébil, une femme est arrivée en tête des élues de la ville. Près de 18 000 femmes s’étaient inscrites pour participer aux élections municipales et locales sur un total de 270 000 candidats.

Idem dans les villages d’Iran

Des femmes ont également été élues dans les conseils des villages. Dans la province plutôt rurale et traditionnelle de Sistan-Balouchistan, à la frontière pakistanaise, 415 femmes ont par exemple été élues au sein des conseils municipaux et des villages.

Précédemment, elles n’étaient que 185. Dans le petit village d’Afzal-Abad, situé dans cette même province, les quinze candidats du conseil local sont d’ailleurs des femmes.

Cette forte augmentation est due à la politique du gouvernement du président modéré Hassan Rohani, qui a nommé plusieurs préfets et sous-préfets dans la région. Pour la première fois, une femme a également été ambassadrice.

Des femmes au gouvernement ?

Après les élections, des voix se sont même élevées pour demander que des femmes entrent au gouvernement. Il y a actuellement plusieurs vice-présidentes, notamment chargées de l’Environnement ou du Tourisme, mais aucune femme ministre.

L’ex-président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad avait nommé une femme comme ministre de la Santé. C’était une première.

Désormais, des responsables réformatrices réclament au président Rohani, réélu à une très forte majorité - notamment grâce à la mobilisation des électrices -, de faire entrer des femmes au gouvernement. Mais dans ce cas, le Parlement devra lui accorder sa confiance.

 Siavosh Ghazi

Source RFI 29/05/2017

 

Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique Moyen Orient, Iran, Législatives : poussée des alliés du président Rohani , pas de majorité claire, rubrique Politique internationale, Paris et Téhéran jouent l’ouverture économique et diplomatique, rubrique Société, Droit des femmes,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>