La justice enquête sur la vente de sous-marins français au Brésil

La justice française s'intéresse à la vente en 2008 de cinq sous-marins par la France au Brésil (Reuters)

La justice française s’intéresse à la vente en 2008 de cinq sous-marins par la France au Brésil (Reuters)

Le parquet national financier s’intéresse au contrat de 6,7 milliards signé avec le Brésil en 2009 pour la livraison de cinq navires. DCNS assure au JDD avoir « respecté les règles de droit ».

e parquet national financier a très discrètement ouvert une enquête préliminaire sur la vente de sous-marins français au Brésil. Signé en 2009 par DCNS, le géant français des constructions navales, le contrat, d’un montant total de 6,7 milliards d’euros, pourrait avoir donné lieu au versement de commissions occultes à des politiciens locaux via le partenaire brésilien, le groupe de BTP Odebrecht, déjà largement impliqué dans un gigantesque scandale, l’opération « Lava Jato » (« lavage express »). « Des cadres d’Odebrecht mis en cause auraient cité la société française, il s’agit de procéder à des vérifications », confie une source informée.

La chef du PNF, Éliane Houlette, accompagnée de trois magistrats de son parquet ainsi que de Thomas de Ricolfis, directeur de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), se sont rendus au Brésil la semaine dernière. Officiellement dans le but de « renforcer la coopération judiciaire » entre les deux pays, ils ont rencontré le président de la Cour suprême et le procureur général du Brésil. Mais selon nos informations, en marge de ces discussions protocolaires, les enquêteurs français ont également tenu de discrètes réunions de travail avec les investigateurs brésiliens en charge de l’affaire Odebrecht.

200 élus auraient touché des pots-de-vin

L’enquête initiale a commencé il y a un peu plus de deux ans par le volet Petrobras, du nom de cette entreprise pétrolière liée à Odebrecht où sont apparus les premiers pots-de-vin. Depuis, plus de 70 cadres de cette gigantesque entreprise du BTP ont été impliqués, dont le PDG, Marcelo Odebrecht, déjà condamné à dix-neuf ans de prison. Avec son père Emílio, lui aussi épinglé, ils « coopèrent avec la justice » en échange de remises de peine. « La corruption est institutionnalisée depuis trente ans », a expliqué Emílio Odebrecht sous serment. Depuis leurs accusations, plus de 200 élus brésiliens sont désormais soupçonnés d’avoir touché des pots-de-vin. C’est apparemment suite à ces aveux internes que la vente des sous-marins français a fait son apparition dans le tentaculaire dossier de corruption. « Par définition, il faut être prudent avec des déclarations de repentis », pondère une source proche du dossier.

La vente remonte à 2008. Depuis plusieurs années, le Brésil, avec ses 8.500 km de côtes, cherchait à se doter d’un sous-marin nucléaire. « Lors de la guerre des Malouines en 1982, un seul sous-marin nucléaire britannique a bloqué toute la flotte argentine… Depuis, en Amérique latine, tout le monde en veut un », confie un expert naval français. Le Brésil aurait d’abord cherché à s’équiper auprès des Américains, mais ces derniers n’exportent pas leur technologie nucléaire. Pas plus que les Russes et les Anglais, liés à des équipements sous embargo US. Restaient les Chinois et les Français…

En 2007, après l’échec de la vente des avions Rafale, la vente de submersibles français se serait conclue dans le bureau du président Lula avec Nicolas Sarkozy. Le contrat global signé en 2009, baptisé Prosub, prévoit la livraison de quatre sous-marins conventionnels de type Scorpène (pour remplacer les quatre sous-marins brésiliens livrés par les Allemands à la fin des années 1990) et d’un sous-marin à propulsion nucléaire. Sur demande des autorités locales, DCNS a monté un partenariat sur place avec Odebrecht. Le géant brésilien du BTP a eu pour mission de construire toute l’infrastructure du site d’Itaguaí, un énorme complexe de près de 5 km2, à 70 km au sud de Rio, prévu pour accueillir le chantier des sous-marins puis, à terme, leur servir de base navale. Mais le  premier submersible conventionnel, qui devait être lancé cette année, ne le sera pas avant 2018. Quant au chantier du sous-marin nucléaire, prévu pour être opérationnel en 2021, il accuse cinq ans de retard.

Un trésor de guerre évalué à 3 milliards d’euros

L’opération de 2009 a-t-elle donné lieu à des versements de commissions occultes? Selon les enquêteurs brésiliens, tous les chantiers d’Odebrecht (la plupart des stades pour la Coupe du monde, le parc olympique de Rio notamment) ont donné lieu à des surfacturations pour abonder un trésor de guerre déjà évalué à 3 milliards d’euros. « Partout où l’on a une présence forte, il y avait des dessous-de-table, c’est clair », a confessé Marcelo Odebrecht. L’entreprise française DCNS a-t-elle ou non été liée à de quelconques surfacturations ou à des versements de fonds ? A-t-elle pu ignorer les pratiques de son partenaire local? Les vérifications lancées par le PNF vont tenter d’y voir clair. « DCNS déclare n’avoir rien à voir avec l’affaire Lava Jato et assure respecter scrupuleusement, partout dans le monde, les règles de droit », a sobrement répondu hier matin au JDD un porte-parole du géant industriel français.

Laurent Valdiguie

Source JDD 21/05/2017

Voir aussi : Actualité Internationales, Rubrique Amérique Latine , rubrique Brésil, rubrique Politique, Affaires, rubrique Economie, rubrique Société, Justice,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>