Avec la victoire du oui, la Turquie en pleine régression

5112483_6_c254_le-president-turque-recep-tayyip-erdogan-et_0cdd2220aed6bf65a87fec1892197b4bRéférendum en Turquie : les observateurs internationaux critiquent la campagne

« Les électeurs n’ont pas reçu d’informations impartiales sur les points-clés de la réforme », estime notamment la mission de l’OSCE et du Conseil de l’Europe.

Une mission commune d’observateurs internationaux a estimé, lundi 17 avril, que la campagne pour le référendum constitutionnel en Turquie s’est déroulée dans des conditions inéquitables.

Les observateurs, issus de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et du Conseil de l’Europe, ont critiqué de nombreux aspects du scrutin, à l’issue duquel une majorité de Turcs a approuvé dimanche soir une réforme renforçant considérablement les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan. « Les électeurs n’ont pas reçu d’informations impartiales sur les points-clés de la réforme », estime notamment la mission d’observation dans un communiqué. « De manière générale, le référendum n’a pas été à la hauteur des attentes du Conseil de l’Europe. »

« Le référendum a eu lieu dans un environnement politique dans lequel les libertés fondamentales essentielles à un processus démocratique étaient étouffées par l’état d’urgence », a ajouté Tana de Zulueta, de l’OSCE.

L’opposition demande l’annulation du vote

« Des modifications tardives dans la procédure de comptage [des voix] ont supprimé un important garde-fou », a ajouté Cezar Florin Preda, de la mission d’observation, faisant allusion à la décision des autorités d’accepter les bulletins non estampillés du sceau officiel.

Lundi, le principal parti d’opposition a demandé l’annulation du référendum, en dénonçant des irrégularités. « Il n’y a qu’une seule décision à prendre […] C’est l’annulation du scrutin par le Haut Conseil électoral (YSK) », a déclaré Bülent Tezcan, vice-président du CHP (social-démocrate), cité par l’agence de presse Dogan.

Dès l’annonce des résultats préliminaires, dimanche, l’opposition a dénoncé des irrégularités dans le scrutin. Bülent Tezcan a qualifié sur la chaîne CNN-Türk de « violation » la décision du Haut Conseil électoral (YSK) de valider les bulletins de vote non marqués du sceau officiel. Et le deuxième parti d’opposition, le HDP, a fait savoir sur Twitter qu’il allait contester les votes provenant de « deux tiers » des urnes.

Le Monde.fr avec AFP 17/04/17

AVEC LA VICTOIRE DU OUI, LA TURQUIE EN PLEINE REGRESSION

 

Editorial du « Monde ». Recep Tayyip Erdogan a donc achevé de détruire ce qu’il avait largement contribué à construire : la démocratie en Turquie. Au lendemain du référendum du dimanche 16 avril, le président turc dispose des pleins pouvoirs, ou presque. Le régime politique turc change de nature. Il passe de la démocratie parlementaire à un « hyperprésidentialisme » taillé pour le chef du parti islamo-conservateur AKP. La Turquie s’éloigne de l’Europe pour s’aligner sur la pratique politique moyen-orientale : le mode de gouvernement autoritaire, plus ou moins tempéré.

Un cycle s’achève. Depuis la fin du XXe siècle – d’abord avec le parti laïc de centre gauche CHP puis avec l’AKP –, la démocratie n’avait cessé de progresser dans ce grand pays, membre de l’OTAN et, depuis 2005, candidat à l’adhésion à l’Union européenne. La Turquie, enfin apaisée, semblait à même de jouer un rôle essentiel pour l’équilibre géopolitique et géostratégique de la région. On parlait d’un « modèle turc », qui faisait coexister islam et démocratie et où succès économique – la Turquie est la 15e économie du monde – et dynamisme démographique – 80 millions d’habitants – permettaient à Ankara de tenir sa place dans le groupe des puissances émergentes.

Il en est allé ainsi pendant dix ans ou presque, jusqu’à ce que M. Erdogan, au pouvoir depuis 2003, cède à un tropisme autoritaire de plus en plus prononcé. Cette tendance destructrice n’a cessé de s’accentuer au fil de ces dernières années. Masquant de plus en plus mal sa volonté d’islamiser la société turque et de projeter à l’étranger une forme de politique néo-ottomane, le chef de l’AKP gouverne en autocrate irascible. Au bout de cette dérive, il y a ce projet d’amendement de la Constitution adopté dimanche d’une courte majorité : 51 % des voix.

C’est peu pour changer de fond en comble le régime politique turc et passer du parlementarisme – qui avait bien réussi au pays – à un régime présidentiel boursouflé, où M. Erdogan disposera d’un contrôle total sur l’exécutif et le pouvoir judiciaire et très large sur le législatif. C’est peu pour légitimer ainsi une forme de despotisme constitutionnel, où le jeu des pouvoirs et contre-pouvoirs est réduit à rien ou presque. La Turquie retourne en arrière sous le coup du caprice d’un homme qui, loin d’être plébiscité, divise son pays. La Turquie des villes a voté « non », l’opinion est polarisée comme jamais. Il y a « deux Turquie ».

On dira que le pays vient de traverser nombre de traumatismes : l’atroce et interminable guerre chez le voisin syrien et l’afflux de réfugiés sur le sol turc ; une vague d’attentats meurtriers perpétrés par des cellules locales de l’organisation Etat islamique ; la guerre avec ses propres Kurdes ; la tentative de coup d’Etat militaire en juillet 2016. Tout cela est vrai. L’UE ne le sait que trop, qui compte sur la Turquie pour maîtriser un flux migratoire continu à destination de l’Europe.

Mais, par son aventurisme en Syrie, où il a joué avec l’islamisme radical, par la répression disproportionnée qu’il a déclenchée à l’été 2016, par sa volonté de soumettre la presse et l’ensemble de l’appareil d’Etat, M. Erdogan est largement responsable des malheurs de son pays. Cet homme imperméable à la moindre critique, prompt à injurier ses collègues européens et à dénoncer un « complot global », est maintenant doté d’un pouvoir sur mesure. Ce n’est bon ni pour la Turquie ni pour l’Europe.

Source : LE MONDE | 17.04.2017

5112552_6_22c4_2017-04-17-ceacb5d-12362-1do655i-g51dbihpvi_25a8951dc2ef8c9a08209d72b285ba29

Voir aussi : Actualité Internationale, Rubrique Europe, Turquie, La crise politique turque grande menace pour les artistes, La romancière Asli Erdogan en prison, Assasinat de l’ambassadeur de Russie à Ankara, rubrique Politique,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>