Israël donne son feu vert à la construction de 566 logements à Jérusalem-Est

5066916_6_8814_le-premier-ministre-israelien-benyamin_efa6e5d81190f9f7765cc9bb6c4cb5de[1]Avec l’arrivée de Donald Trump à la tête des Etats-Unis, « les règles du jeu ont changé », estime le gouvernement israélien.

Deux jours après l’entrée en fonctions du président américain Donald Trump, la mairie israélienne de Jérusalem a donné son feu vert définitif à la construction de 566 logements dans trois quartiers de colonisation de Jérusalem-Est, a annoncé un conseiller municipal dimanche 22 janvier.

Les permis de construire de ces logements avaient été gelés à la fin décembre à la demande du premier ministre, Benyamin Nétanyahou, en attendant l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, a précisé Meïr Turjeman, président de la commission de la construction et de planification de la municipalité de Jérusalem.

Ces logements seront construits dans les quartiers de colonisation de Pisgat Zeev, Ramot et Ramat Shlomo, a précisé M. Turjeman. Selon lui, « les règles du jeu ont changé avec l’arrivée au pouvoir de Donald Trump. Nous n’avons plus les mains liées comme du temps de Barack Obama, désormais, nous pouvons enfin construire. () Ces 566 logements ne sont qu’un coup d’envoi. Nous avons des plans pour la construction de 11 000 logements qui attendent les autorisations », dans les quartiers de colonisation de Jérusalem-Est.

Le premier ministre israélien a d’ailleurs annoncé qu’il allait s’entretenir dans la soirée par téléphone avec Donald Trump « sur des sujets portant sur les Palestiniens, la situation en Syrie et la menace iranienne ».

Relations tendues avec l’ex-président Obama

Benyamin Nétanyahou s’est chaudement félicité de l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, après avoir entretenu des relations tendues avec son prédécesseur Barack Obama, critique sur la question des colonies présentées comme un des obstacles à la reprise des négociations avec les Palestiniens gelées depuis plus de deux ans.

La tension avec Obama avait atteint son paroxysme lorsque le 23 décembre les Etats-Unis, pour la première fois depuis 1979, les Etats-Unis n’ont pas mis leur veto à une résolution de l’ONU, condamnant les colonies israéliennes.

Les 14 autres membres du Conseil ont voté en faveur du texte qui exhorte Israël à « cesser immédiatement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est », et affirme que les colonies « n’ont pas de valeur juridique » et sont « dangereuses pour la viabilité d’une solution à deux Etats » israélien et palestinien.

Quelque 430 000 colons israéliens vivent actuellement en Cisjordanie occupée et ils sont plus de 200 000 à Jérusalem-Est, dont les Palestiniens veulent faire la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

Source AFP Le Monde 22/01/2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>